MARX AU 21ème SIECLE ?

  • index
  • Bienvenue
  • Qui sommes-nous ?
  • MARX LIBERATEUR

  • Economie marchande et non marchande
  • valeur d'usage/forces productives
  • Valeur Travail/exploitation
  • Théorie de l'aliénation
  • Monnaie
  • Etalon monétaire et prix
  • Inflation:actualité
  • Marchés de l'or actuels
  • Libre Echange, monnaie coloniale
  • Le salariat
  • MARX INDUSTRIALISTE pour le compte du capitalisme

  • Machinisme et science
  • Déterminisme historique
  • Démocratie
  • Communisme Révolution sociale
  • Le capitalisme peut-il s'effondrer ?
  • Industrialisation
  • Famines et capitalisme
  • famines et communisme
  • Les forces productives ont-elles cessé de croître ?
  • REVOLUTION dans le Tiers Monde ?
  • Soviétiques en Afghanistan
  • Chine communiste

     

     

  • ANNEXES

    Analyses théoriques

    Colonisation, CurrencyBoards

    Division Unité

    euro

    Islamisme

    Keynes

    La Gauche dans le monde

    L'extrême gauche

    Les trente glorieuses

    Nationalisme

    Racisme et discrimination

    religion irréligion

    Socialistes français 2014

    Subprimes

     

     

     

    Analyses factuelles et historiques

    Al Qaïda: Qui infiltre qui ?

     

  • Liberté d'expression Charlie Hebdo
  • Luttes de classe au jour le jour
  • Palestine maudite
  • Somalie
  • Soudan,Darfour
  • Soviets
  • stratégie syndicale
  • Syrie
  • Théorie du complot ?
  • TRUMP, un cancrelat du capitalisme, un produit logique du communisme
  • Voyoucratie d'Etat
  • Yémen

     

     

     

    QUE FAIRE ?

    -L'Internationale des travailleurs: urgence !

    -Pétition, lettre ouverte au PS

     

  • Ecrivez-nous :

    infos@marx21siecle.com

  •   

    Ecologie ?

     

    UNE GRANDE MESSE ECO-TARTUFFE

    Ici on coupe des arbres !
    Les habitants modestes des copropriétés "ex- Savoisienne " n'auront plus d'arbres devant leurs fenêtres avant très longtemps… La municipalité très " libérale-écologique " a fait couper plus d'une vingtaine d'arbres centenaires pour construire un n-ième rond point " éco-compatible " mais, pour desservir un " éco-quartier "… Un massacre à la tronçonneuse, juste une horreur, commise par nos " Eco-Tartuffe ". Bravo les artistes, nous applaudissons !

    Vive la " gendarme-rit !
    La municipalité de Forcalquier, le CG, et autres institutions libérales construisent à grand frais, la soit-disant maison des " Métiers du livre ", encore un " éléphant blanc " écologique mais laissent à l'abandon, une décennie durant, les anciens bâtiments de la gendarmerie.
    Ils se montrent incapables bien entendu ici comme ailleurs de répondre au problème du logement social. Ils ne peuvent pas non plus comprendre les besoins pour les "squatters" d'un lieu de vie collectif, autonome. Pour eux les pauvres doivent être mis dans des "cases " contrôlées par les " services dits sociaux ". Ils doivent se taire, se conformer aux normes de conduite des " assistés " et surtout ne pas s'organiser solidairement pour trouver des solutions concrètes à leurs problèmes concrets. On les pourchasse au nom du droit sacré de propriété, au nom de l' "ordre libéral" qui jette les jeunes dans la galère et les vieux dans la misère. Il va falloir pourtant qu'ils s'habituent tous ces politiciens professionnels, gérants du système, à ce que des gens prennent leurs affaires en mains.
    Il faut signer même pendant la messe écolo-bio-bio-bobo, la pétition de soutien au squat de la gendarme-rit, et dénoncer l'expulsion policière programmée.

    Une forfaiture: la privatisation de l'eau !
    La municipalité de Forcalquier a confié la gestion de l'eau et de l'assainissement à la SEM, émanation des multinationales Véolia et Suez. La gestion publique de l'eau, ce bien commun, essentiel à la vie - sa préservation à long terme - l'optimisation de sa qualité - la protection des zones de captage - l'autonomie et le savoir-faire dans la gestion des réseaux - l'éducation populaire contre les gaspillages et pour la sobriété - pour aujourd'hui, pour notre avenir et ceux de nos enfants, tout cela a été abandonné au profit des intérêts d'une multinationale.
    Plus grave encore, ce soutien à Veolia lui permet de sévir ailleurs, partout dans le monde pour s'accaparer des services publics essentiels aux populations par la corruption des politiciens. L'excellent film " Water make money " en a fait la démonstration. La multinationale Véolia, ex " Vivendi ", ex " Générale des eaux ", va-t-elle devoir une nouvelle fois changer de nom, tant elle traîne de " casseroles " ? Sa filiale " Transdev " qui a racheté les transports " Bremont " vient d'être sauver de la faillite par la banque de l'Etat, la Caisse des Dépôts et Consignation. Les grands groupes du CAC 40 aiment toujours l'Etat pour socialiser leurs pertes.
    Voilà les partenaires de la municipalité de Forcalquier, ce méfait valait bien une grande messe eco-Tartuffe, à " guichets fermés " on en comprend bien les raisons.

    Bienvenu au pays du nucléaire !
    Nos " eco-Tartuffe " ne parleront pas du nucléaire pour ne pas " gêner " les petits marquis "verts".
    Notre " territoire " (comme ils disent) est sans doute une des régions au monde où séjourne le plus grand nombre d'employés travaillant directement ou indirectement pour le nucléaire civile et aussi militaire. Iter, Cadarache, la centrale de Tricastin. 5 à 6000 personnes.
    Le poids économique, politique et idéologique de ce complexe industriel est écrasant. Cadarache forme les personnels des " sous marins nucléaires d'attaque ", on y construit le prototype du propulseur nucléaire pour la nouvelle génération de sous marins: le projet " Barracuda " un coût estimé à 8 Milliards d'Euros. Dans ce domaine comme dans tant d'autres pas de changement en vue !
    Le lobby nucléaire fait un excellent travail : tous les " élus " (parmi lesquels très peu de femmes) sont corrompus, contaminés, nucléarisés, nos " Pravda " locales distillent en permanence la bonne parole aux populations. Ici, le débat sur le nucléaire est " tabou ", censuré, interdit. Cadarache et Iter sont construit sur une faille sismique, mais dormez, braves gens …
    Ils appellent cela la démocratie et la " liberté de la presse ".
    Voilà une autre bonne raison pour organiser une grande messe " éco-Tartuffe " sur un autre sujet !

    Summum de l'éco-tartufferie : L'UPC !
    Notre département, comme bien d'autres a installé une " Unité de Préparation Culinaire (UPC) ", pour produire et livrer dans tout le département 3500 repas par jour pour les collectivités.
    Au moment où il était urgent et nécessaire d'offrir des débouchés aux producteurs locaux estampillés " bio " ou pas, la logique capitaliste a conduit au choix inverse.
    Une usine à " bouffe bon marché " à la mode " Sodexo " intégrée avec les circuits de la grande distribution et de l'agro-industrie, exploitant une main d'œuvre déqualifiée. Tout marche ensemble !
    Depuis des décennies, la logique de circulation du capital et de sa concentration, la réglementation et le cadre juridique qui la sert conduisent à ce type de folie :
    Disparition de la paysannerie, ruine de milliers de paysans au profit de " l'agro-business ".
    Ce désastre se poursuit inexorablement, 200 fermes disparaissent encore chaque semaine en France. Devant la faillite annoncée du modèle agricole capitaliste, puisqu'il faut appeler les choses par leur nom, la transition vers une agriculture vivrière de proximité s'annonce comme un défi de plus en plus insurmontable.
    La première production du département sont les pommes pour l'exportation avec des vergers totalement soumis aux traitements chimiques, vient ensuite le blé dur. La paysannerie détient une part infime du "marché". C'est bien pour cela que nos "libéraux" l'étalent dans toutes ces " foires " bio, la mettent en scène, la " valorisent " les jours de fêtes … Cela ne leur coûte qu'une portion infime du budget du département, cela plait aux touristes et convient au " folklore " provençal.
    Cette production vivrière locale, réduite à une micro "niche" par la logique du marché pose une grave question: Allons-nous connaître les " émeutes de la faim " comme celles que " notre " modèle agricole a imposé, impose et va encore imposer aux populations du tiers monde. Ce sujet ne concerne pas nos " libéraux " de tous types, de droite, de gôche " ou pseudo-écologistes. Ils sont au service d'un système, le capitalisme qui les paie. Leurs positions sociales, leur inclination au compromis et à la soumission les rendent incapables d'en imaginer un autre; comme si le capitalisme était l'ordre naturel des choses, un effet de la "providence divine": le divin marché.
    La mise en place de ce centre industriel de cuisine pour remplacer les cantines scolaires est une forfaiture, cela méritait bien une grande messe expiatoire sur l'alimentation !
    Ils osent tout, c'est à cela qu'on les reconnaît ! Merci aux idiots utiles en service commandé !

    Vite recrutement d'autres idiots utiles en soutien du capital en crise !
    "Ils feignent de s'affliger "consensuellement" des conséquences tout en s'accommodant des causes " disait déjà Bossuet. Principal objectif :
    Exclure les analyses qui remontent à la racine des problèmes, éviter les mots capitalisme, classe, exploitation, domination, inégalité, pillages… mots obsolètes, trop impertinents, pas " vendables ".
    Il faut fabriquer du " consentement " au système, au travers de l'organisation sociale, des rapports de production, des modèles de consommation, d'une vision du monde mais aussi au moyen d'une idéologie.
    La catastrophe écologique et l'inquiétude qu'elle inspire sont recyclée par certaines officines en " nouveau marché ", c'est le monde du " développement durable " sponsorisé par toutes les grandes firmes. C'est la mode de la " pastille verte " qu'on colle partout, la grande lessiveuse verte, la " vaseline verte " pour supporter la catastrophe libérale qui vient. Plus écolo que moi, tu meurs !
    Contre la pensée critique écologique radicale, un nouveau " clergé " s'est installé, des bigots-bobos prêchent le consensus. Son catéchisme, un nouveau charabia crypto religieux inonde le "débat public". Des bonimenteurs, des gourous, produisent une nov-langue de séminaires.
    Cette vulgate inoffensive ne propose pas de programme, n'appelle à aucune lutte, n'indique aucune forme d'organisation. Mais elle paie et peut même déboucher sur de belles carrières médiatiques. Cet impérialisme symbolique, cette pensée fétiche mènent à l'impasse car elle renvoie au comportement individuel, face à un système extrêmement structuré, l'individualisme est son credo. Le " travail sur soi " à la place de l'action collective, pour que rien ne change…

    "Si les peuples du monde ne sont pas capables d'enterrer le capitalisme, alors le capitalisme enterrera la planète"… Evos Morales

    Les taupes rouges du 04