MARX AU 21ème SIECLE ?

  • index
  • Bienvenue
  • Qui sommes-nous ?
  • MARX LIBERATEUR

  • Economie marchande et non marchande
  • valeur d'usage/forces productives
  • Valeur Travail/exploitation
  • Théorie de l'aliénation
  • Monnaie
  • Etalon monétaire et prix
  • Inflation:actualité
  • Marchés de l'or actuels
  • Libre Echange, monnaie coloniale
  • Le salariat
  • MARX INDUSTRIALISTE pour le compte du capitalisme

  • Machinisme et science
  • Déterminisme historique
  • Démocratie
  • Communisme Révolution sociale
  • Le capitalisme peut-il s'effondrer ?
  • Industrialisation
  • Famines et capitalisme
  • famines et communisme
  • Les forces productives ont-elles cessé de croître ?
  • REVOLUTION dans le Tiers Monde ?
  • Soviétiques en Afghanistan
  • Chine communiste

     

     

  • ANNEXES

    Analyses théoriques

    Colonisation, CurrencyBoards

    Division Unité

    euro

    Islamisme

    Keynes

    La Gauche dans le monde

    L'extrême gauche

    Les trente glorieuses

    Nationalisme

    Racisme et discrimination

    religion irréligion

    Socialistes français 2014

    Subprimes

     

     

     

    Analyses factuelles et historiques

    Al Qaïda: Qui infiltre qui ?

     

  • Liberté d'expression Charlie Hebdo
  • Luttes de classe au jour le jour
  • Palestine maudite
  • Somalie
  • Soudan,Darfour
  • Soviets
  • stratégie syndicale
  • Syrie
  • Théorie du complot ?
  • TRUMP, un cancrelat du capitalisme, un produit logique du communisme
  • Voyoucratie d'Etat
  • Yémen

     

     

     

    QUE FAIRE ?

    -L'Internationale des travailleurs: urgence !

    -Pétition, lettre ouverte au PS

     

  • Ecrivez-nous :

    infos@marx21siecle.com

  •   

    BARBARIE, PARASITISME, IMPASSES....

    (voir les "grands dossiers"

    Argent, pouvoir, pensée de droite, misère sexuelle...

    Le patron de FOX NEWS, à New York, Mr Roger Ailes, vient de démissionner, accusé de harcèlements sexuels sur les femmes de son entourage professionnel.

    Pourtant la pensée du monsieur et de sa chaîne était très conformiste et "devait" empêcher toute dérive de ce type: morale puritaniste, contre l'avortement, contre le mariage homosexuel, (les femmes à la maison...?), mais aussi ......... contre l'immigration, contre le contrôle des armes à feu, contre l'ouverture d'une mosquée près du World trade Center, pour les guerres en Afghanistan et en Irak, pour la torture, pour le Tea Party... bref, gens "bien" sous tous rapports.. Mais quelle misère sexuelle engendrée par de si belles idées, et... quel pognon !!!

     

    La barbarie en 2015

    L'Europe recule face aux lobbys autour du Diesel ! Les constructeurs ont obtenu de l'Europe le pouvoir d'émettre 2,1 fois le plafond d'oxydes d'azote autorisé jusqu'en 2019... et ceci après le scandale Volkswagen

    Le Monde du 30-10-15

     

    L'Europe a condamné les pesticides qui détruisent les abeilles, mais repousse l'application de cette condamnation en 2017, puis permettra (c'est sûr) en 2017 aux fabricants de continuer à épuiser leurs stocks... ad vitam eternam...

     

    60 millions de réfugiés dans le monde, annonce la radio le 18-6-2015

     

    Elargissement du canal de panama :Un projet herculéen et monstrueux du point de vue humain, et faramineux du point de vue de ce qu'on appelle " le développement économique "

     


    Lire cet article du Nouvel Obs sur internet : " Le canal du Nicaragua, un chantier pharaonique-. tempsreel.nouvelobs.com › Economie. 25 déc. 2014 ", et les articles proposés sur internet sur l'élargissement de ce canal, plus également Le Monde du 8 et 9 mars 2015…


    Elargissement pour qu'une partie du commerce mondial traverse plus vite le continent américain, de l'Atlantique à l'Océan a indien. Ce sont d'énormes bateaux qui seront appelés à traverser Panama .. D'énormes finances sont en jeu. Le Nicaragua croit pouvoir profiter de l'aubaine (du point de vue de qui ?), ainsi que les îles caraïbes….

    C'est un projet en cours de réalisation monstrueux qui ne suscite pas la riposte nécessaire, tant les questions de l'emploi (sans mise en cause de l'objectif poursuivi) et de la croissance sont dans les têtes, même de ceux qui se disent révolutionnaires...


    Les résultats actuels et prévisibles: Pollution massive de la mer ; des tonnes de sédiments retournés, fonds marins en perdition, boues de clapage considérables ( rejet en mer de boues ou de solides par refoulement à l'aide de pompes, arsenic, cuivre, métaux lourds…) ; terres salanisées ; des lacs d'eau douce en perdition , qui sont des refuges actuels de toutes sortes de faune et de flore; déplacements organisés d'animaux, plantes et cultures par les constructeurs (comment et où ?), déplacements de populations, destructions de villages et de zones de pêche, disparition de coraux, de zones de reproduction pour les tortues, les baleines à bosse, de dauphins… Un désastre environnemental et humain pour les populations, mais d'énormes perspectives de profit pour certains car le trafic commercial va tripler.


    Le comble : la Guadeloupe a calculé, à travers la tête de ses dirigeants français, que si elle ne se dotait pas d'un terminal adéquat de porte-conteneurs, elle subirait une grosse perte commerciale et en PIB… vu le trafic qui est attendu. Donc l'argent à investir dans un immense port est déjà trouvé ! Un gaspillage monstrueux. Mais toutes les îles veulent faire la même chose, donc il y aura une concurrence féroce entre elles et un développement des mafias de toutes sortes.
    Le capitalisme est en train de chuter ?? Il devient de plus en plus barbare, difforme et effrayant, mais il continue son ascension en s'appuyant sur des dévastations, qu'il mettra beaucoup de soin à présenter sous un jour prometteur d'emplois…

     


    Les soi-disant responsabilités de la religion et de l'irréligion ?

    L'Arabie très religieuse ???

    Le mode d'assassinat du pilote jordanien par Daech le 3 février 2015 a eu pour but de jeter l'effroi sur l'Occident et les musulmans, par sa barbarie.

    On oublie que le voyage de Hollande en Arabie Saoudite, couvre de fait les crimes de Daech, puisqu'il n'y a aucune différence entre l'idéologie de l'Arabie et celle de Daech, à ceci près que l'Arabie assassine en silence dans ses geôles après des coups de fouets ou autres sévices, mais.... vend du pétrole et achète des armes...!


    Si par hasard certains avaient raison de parler de la nocivité du Coran (ce qui n'est pas mon avis, mais passons...), il n'en demeure pas moins que nous n'avons pas eu besoin de la religion, nous autres occidentaux, pour être les premiers en barbarie, tout au long du 20 ème siècle, pas seulement dans le colonialisme mais surtout à travers le communisme et le nazisme. Combien de millions de morts dans les plus immondes souffrances ? Les régimes communistes étaient athées, et les nazis étaient, semble-t-il, totalement irréligieux, voulant transformer l'église protestante en porte parole de leur idéologie..


    Donc pas besoin de religion pour pratiquer la barbarie. Religion ou pas, c'est l'idéologie en "isme" qui traduit en barbarie, les effets de la sacralisation de notre industrie et de notre commerce, basés pour près de 50% sur l'armement.


    Il ne faudrait donc pas oublier notre propre histoire et notre leg moral à l'histoire de l'humanité. Les "ismes" du Moyen Orient ne font que nous imiter.

    L'Iran en 2001 avait une ressemblance criante entre l'ex URSS et la tyrannie iranienne sur le peuple...

    Il faut lire "Les carnets de Guantanamo" qui viennent de sortir, préfacés par Amnesty International, et se demander qui est le plus abominable en ce bas monde, ceux qui parlent et agissent en termes de religion, ou ceux qui parlent et agissent en termes d'irréligion ? Apparemment on se trompe de problème en mettant la religion en avant. Charlie Hebdo pourrait en prendre de la graine, et, en s'élevant un peu, nous faire de sacrées caricatures...


    le 4-2-15

     

    La barbarie en 2012

    C'est Marx lui-même qui avait pronostiqué "Socialisme ou barbarie capitaliste", conscient qu'il n'y aurait pas d'effondrement capitaliste de lui-même. Le problème est de savoir ce qui est le plus barbare: le socialisme que nous avons vu dans l'histoire, ou le capitalisme ? Mais nous ne discutons pas de cela ici.

    Nous constatons que le capitalisme a recours, pour accroître le capital dans des situations de crise, aux pires industries criminelles: la drogue, le commerce du sexe, les armes. Le Mexique en est la meilleure illustration (voir article dans Grands dossiers) car il allie, sur fond de misère, ces industries abominables à grand échelle, avec la complicité ( sinon l'instigateur), des USA.

    (voir la rubrique "gauche", "grands dossiers")

    -Le DIESEL toxique rapporte de très grands profits

    -GRANDE INDUSTRIE: POURVOYEUSE D' EMPLOIS ET DESTRUCTRICE DE LA SANTE DES HUMAINS: QUE FAIRE ? Pesticides et antibiotiques

    -Barbarie et Bayer : du roundup dans les pillules ?

    -Barbarie et technologie moderne

    -Les Drones

    - La spirale de la Barbarie au Mexique 2012

    -Les femmes, les dictateurs et les mormons...

    -Production capitaliste et parasitisme.

    -Les mots de la barbarie: un film

    -General Motors: une production parasitaire.

    -General Motors: la gangrène

    -EDF: dépenser toujours plus ?

    -Capital Financier

    -Stiglitz et la guerre en Irak

    -Un film sur le néolibéralisme

     

    -Le DIESEL toxique rapporte de très grands profits

    Dans les ports d'Amsterdam, de Rotterdam, Anvers, le diesel stocké fournit l'essentiel des importations de la Mauritanie, de l'Angola et d'autres...

    C'est un diesel hautement soufré interdit en Europe. Une motion du 30-11-2016 vient d'exiger du maire d'Amsterdam de faire interdire la production et l'exportation de ce diesel.

    L'ONG Public Eye dénonce la vente massive en Afrique de ce type de carburant par des traders de pétrole installés entre autres à Genève.

    Les carburants sont en Afrique 200 fois plus toxiques qu'en Europe, c'est tout dire. Derrière des noms peu connus se cachent de grandes sociétés du commerce mondial qui possèdent raffinage et cuves de stockage (Shell, Puma.....)

    Une ONG proteste mais quid du mouvement écologiste en Europe ??

    (voir entre autres le Monde des 4 et 5-12-16)

     

     

    -GRANDE INDUSTRIE: POURVOYEUSE D' EMPLOIS ET DESTRUCTRICE DE LA SANTE DES HUMAINS: QUE FAIRE ?

    Reportage sur France Inter le 2 juin 2013

    Région de Dunkerque: 14 usines Seveso. Principalement TOTAL. Classées comme telles depuis l'explosion de Toulouse il y a quelques années. Usines enclavées dans des villages. Terrains constructibles.

    On y produit tout ce qu'il y a de plus dangereux pour les humains: pétrochimie, engrais chimiques, production d'objets en plastique, auparavant rafinerie, chimie...

    Ce sont les paysans, ouvriers, retraités qui habitent là. Ce ne sont pas les gens riches qui habitent dans ces zones. Ils ont leurs villas ailleurs.

    La zone emploie plus de 3000 salariés + les intérimaires, et toutes les activités qui dépendent de l'existence d'une telle concentration de salariés.

    Aujourd'hui les nouvelles normes rendent les maisons anciennes invendables. Les autorités parlent d'exproprier un certain nombre de gens qui seront relogés, mais les autres ?

    La compétitivité fait rage dans ces activités. Qui dit qu'elles resteront en place ?? Faut-il défendre les emplois, mais quels emplois ? Le salariat ? Mais quel salariat ? Les petits producteurs ? Les individus ? A quels niveaux ? La santé ? La compétitivité ? La croissance ? Tout cela est-il compatible ? Ou faut-il réfléchir sur les besoins de l'humanité ? Y a-t-il des demies solutions à trouver, des arrangements, des concessions... Lesquels ?

    -Les USA continuent d'utiliser des antibiotiques à haut risque dans l'élevage

    (Le Monde du 31-1-2014)

    -Pesticides dans les phytosanitaires: la mise en garde de 1200 médecins

    (Le Monde du 1-2-2014)

     

    -Barbarie et Bayer : du roundup dans les pillules ?

    Plaisanterie ??

    La société Bayer fait des profits collossaux avec conjointement les pillules contraceptives Jasmine 3ème et 4ème génération, avec les désherbants et insecticides roundup et autres de Monsanto, les fongicides, et enfin les anticancéreux, dont Nexarar... N'est-ce pas extraordinaire ?

    Bayer/Monsanto nous flanque des produits cancérigènes à tout va avec la complicité des gouvernements et de l'Europe, puis nous offre des produits anticancérigènes... Il lui reste à bien doser les deux pour une efficacité maximum en apports de profits. Est-ce que les médias en font des gorgées chaudes ? Est-ce leurs soucis de dénoncer ce scandale ?? Bien sûr que non.... Il faut préserver l'emploi nous répondrait-on ! Leur emploi et l'emploi des usines qui fabriquent ces produits ! Alors que la logique voudrait que ces usines sautent avec tous les produits et les machines utilisés à cet effet ! Oui la logique voudrait que Bayer soit détruit, comme Monsanto, et que ces entreprises disparaissent de la surface de la terre..

    La complicité va très loin. En principe les pillules de la 3ème et 4ème génération (remboursées par la Sécurité sociale pour la 3ème, tenez vous bien !!!!) ne doivent s'utiliser qu'après une analyse de sang.... Est-ce fait ? Généralement non, mais les médecins prescrivent parce que c'est remboursé ! Les pillules de la 1ère et 2ème génération, moins dangereuses, elles ne sont pas remboursées ! Donc la Sécu travaille pour Bayer ... Voilà ce que les gens devraient savoir, et ce qu'ils ne savent généralement pas. La télévision aux grandes heures d'affluence se tait.

    Vive la science au service du capital !

    le 8-1-13

     

     

     

    -Barbarie et technologie moderne

    (mars 2011)

    -Le Tsunami qui a suivi le tremblement de terre au Japon, puis les fissures dans 4 réacteurs nucléaires au Japon et la catastrophe qui s'en suit, indique bien que les techniques utilisées par le capitalisme portent en elles les possibilités de plus en plus visibles de destruction de l'humanité.

    Cela fait longtemps que ceci est souligné. Rappelons nous Creys Malville au début des années 1970, où des "voyous" stupides, selon la droite, la gauche et l'extrême gauche, et la CGT bien sûr....mettaient en cause ce type de technique. Depuis lors, des voix avisées, des groupes, des associations, des écologistes, ne cessent de demander qu'on en finisse avec cette technique, mais les centrales nucléaires promettent toujours plus d'énergie !! Quel bonheur ! L'industrialisation à outrance, c'était bien aussi la vision du communisme aussi bien par les bolchéviks que par les chinois ensuite..

    xxxx

    (novembre 2012)

    L'ouragan Sandy aux USA fin octobre 2012 a mis en lumière ce qui peut arriver dans une société qui a tout misé sur l'électricité, sans aucune technique de rechange. Plus d'électricité, plus d'internet, plus de téléphones, plus de mobiles "Les mobiles sont aussi périssables que le contenu du congélateur" (Le Monde Magazine du 10-11-12), plus de chauffage, plus d'eau dans les étages car plus de pompes...plus d'ascenseurs.... La vie des villes devient impossible. Seuls les objets à piles marchent encore un peu.

    9 millions de gens à Nw York ont été plongés dans l'obscurité. Souci majur: recharger ses batteries de téléphone. Aliénation maximum...

     

    -Les Drones

    -La CIA révèle (par mégarde ?) le 20-2-13 avoir tué 4700 personnes ces dernières années par les drones des USA, pas seulement en Afghanistan, au Pakistan et au Yémen, et ne cache pas que de nombreuses personnes innocentes auraient été touchées par ces assassinats considérés comme légaux par la communauté internationale.

    -Mars 2013: à la faveur de la guerre au Mali, les USA sont en train d'installer des sites de lancement de drones dans toute la zone sahélienne, de la Mauritanie à la Somalie, et ceci sans bruit, pour soi-disant lutter contre le terrorisme...

    Guerre à distance à bon marché. La manipulation des drones fonctionne comme un jeu, avec un oeil électrique. Les agresseurs ne risquent pas leur vie. Ils tuent. Ils tuent en faisant fi des frontières, du droit international, du droit du pays; ils feignent de faire justice, ils épargnent au système judiciaire de faire un procès; qui leur en donne le droit ?

    Le tueur avec des drones est un féodal qui a droit de vie et de mort sur les humains, comme le féodal du 18ème qui pendait les paysans voleurs de lapins sous sa propre autorité sans que personne ne lui demande des comptes... oui mais l'agressé est un futur kamikaze, qui au mépris de la vie, va se faire exploser au milieu de la foule... qui sait, qui peut le dire à l'avance ? Il va se faire exploser aussi au mépris de sa mort. Lui et les siens ont déjà tant perdu. Inexcusable kamikaze, le tueur avec des drones est un joueur devenu assassin...

    (voir MD d'avril 2013)

     

    Justification des drones en inventant Al Qaïda, ou du moins en rendant cette organisation ambiguë plus importante qu'elle n'est...

    Barack Obama fait le 23 mai un important discours de clarification sur ses ordres secrets sur les drones, et sur " le droit " concernant leur utilisation. Il dit entre autres que lorsque la vie des américains est en jeu, il y a nécessité d'utiliser des drones.
    En effet des américains s'indignent de l'usage qui en est fait (un jeune yéménite est appelé au sénat US pour témoigner de ce qu'il voit au Yémen, du nombre de civils tués, de l'abus de langage concernant l'utilisation du mot " Al Qaïda "…. ) de la notion " d'assassinats ciblés ".
    6 jours après ce discours, un drone US tue un chef Taliban au Pakistan : Wali Ur-Rehman. La population US n'a rien à voir là-dedans. Il y a donc le discours et la réalité.
    En juin les talibans se vengent en tuant des guides occidentaux.


    (un long article du Monde du 20 juin 2013 et divers autres)

     

    Pour chaque personne visée, 28 civils meurent en moyenne.

    Voir le site www.bastamag.net/Drones-militaires-La-France-s, 9-12 2014

     

    Lanceurs d'alerte contre un système de surveillance planétaire

    Ces lanceurs étaient estimés être des paranoïaques. Puis l'affaire Snowden a éclaté. Edward Snowen a piraté dans l'Agence de sécurité nationale US (NSA) des milliers de documents qui prouvaient que les USA espionnaient non seulement tous les hommes politiques, mais les organisations politiques, les individus jugés dangereux, la vie publique et privée des gens, les ordinateurs, les messages échangés, les conversations téléphoniques etc etc. La NSA fait cela en toute impunité.

    Par suite le gouvernement US utilise toutes ces informations pour faire tuer les gêneurs, hors de leurs frontières, par les drones.... Pire ils envisagent d'introduire les drones dans la vie courante à toutes sortes d'usage. Ce ne sera bientôt plus la police qui fera un travail d'investigation, et la justice qui jugera, mais ce sont des machines qui décrèteront que tel ou tel individu est dangereux et qu'il faut l'éliminer. Il suffira d'envoyer un drone. Les sociétés totalitaires, ou en train de le devenir, utiliseront les drones pour se faire justice sur des critères inconnus.

    Il vaut mieux désormais se dire les choses importantes de vive voix dans des lieux publics, et surtout pas par téléphone; les lanceurs d'alerte mettent en garde contre une surveillance généralisée des individus, et la fabrication de drones pour des usages politiques, lesquels finiront par nier l'existence même d'une justice.

    (Le Monde du 12-12-13)

     

     

    - La spirale de la Barbarie au Mexique 2012

    Un excellent éditorial du Monde du 24-8-12, dont nous citons le titre, fait état de cette barbarie.

    Disons de suite qu'après la révolution mexicaine de 1910, la bourgeoisie qui a pris le pouvoir dans une certaine confusion, s'est finalement donnée un parti, le Parti révolutionnaire institutionnel (bien nommé !), PRI, en 1929, faisant partie de l'Internationale socialiste, qui a régné pendant des décennies. Le PRI a acheté les paysans dans les années 30 en leur offrant une mini réforme agraire, et s'est imposé comme quasi parti unique (imitation du grand frère soviétique). A ce titre le PRI a tripatouillé dans le narcotrafic pour le plus grand bonheur des USA qui en a profité pour établir sa domination sur ce pays.

    Comme nous le disons dans l'article sur les activités criminelles du Mexique dans une autre rubrique, le narcotrafic, soi-disant contrôlé par les USA, est l'occasion d'un fructueux marché d'armes. Comme quoi les révolutions mènent à tout.

    L'Europe, où fleurit le marché des stupéfiants, vend également des armes pour "lutter" contre la drogue. On sait à quoi sert la lutte contre la drogue ! A pourrir les banlieues, puis à y faire des raffles et des provocations, puis à vendre des armes, sans jamais toucher évidemment aux très gros bonnets mafieux, qui restent au-dessus des enquêtes....

    Sous prétexte de guerre aux gangs de la drogue, sous le mandat de Calderon, il y aurait eu 120 000 morts par assassinats divers au Mexique. Le pouvoir quelques années passé à le "droite", va revenir au PRI qui en connait un rayon sur la question. L'article parle de gangrène qui règne dans le pays: industries du kidnapping , de l'extorsion de fonds, de la prostitution, trafics de personnes, trafics d'organes.... Corruption au sein de l'appareil d'Etat, dans l'armée, la justice, l'administration, sur fond de grande misère sociale.

    Il n'y a pas lieu d'espérer que le PRI fasse mieux.

    C'est là que se pose une nouvelle fois la question du libre-échange dévastateur entre les USA et le Mexique.

    En 1848, les USA prennent la moitié du territoire mexicain et l'annexent . A la fin du 20ème siècle, ils imposent le libre échange dans l'accord de "l'Alena", les industries "maquiladoras" à la frontière où ils exploitent honteusement les salariés mexicains. Dans les années 2000, ils passent un cran au-dessus en faisant fructifier de façon indirecte l'industrie de la drogue, comme en Colombie, et organisent le trafic d'armes... Ce qui leur importe: organiser le chaos au Mexique pour pouvoir y intervenir directement au moment choisi par eux, exactement le même processus qu'au Nord du Mali...

     

     

    -Les femmes, les dictateurs et les mormons

    (30-12-11)

    La dictature a non seulement pour objet de terroriser les peuples, de dilapider et voler les biens publics et privés d'une nation, de tuer et faire disparaître les opposants, de les torturer... et plus notre civilisation est sensée progresser (!), plus la torture se généralise... Mais plus encore, entre les mains des dictateurs, les femmes ne sont plus que des objets sexuels, exactement comme pour les chefs de guerre, les truands. Les services secrets parcourent les villes, enlèvent les femmes et les jeunes filles pour les plaisirs des dictateurs.

    Il en fut ainsi de tous les grands dictateurs capitalistes et communistes : entre autres Staline, Mao, Kadhafi... , tous ceux qui les ont pécédés, tous ceux dont on ne connait pas encore l'histoire, tous ceux à venir..

    Le désir de pouvoir des hommes, se double toujours du désir de pouvoir absolu sur les femmes. En anihilant les femmes, les hommes espèrent en finir avec toute contestation, car les femmes constituent bien la première opposition à la guerre, à la violence, à toutes les violences...

    Il faudrait réfléchir, un peu plus avant, à la signification symbolique de l'anéantissement des femmes par le pouvoir des hommes, lorsque ceux-ci sont aveuglés par le pouvoir !

     

    Régression aux USA....

     

    Obama a été réélu contre son adversaire républicain, appartenant à la secte des mormons, laquelle représente ce qu'il y a de plus réactionnaire, de plus fascisant dans la société américaine. Les femmes doivent être totalement soumises aux hommes, ou alors ressembler à la femme d Romney (très vamp et pur objet sexuel), ne porter que des jupes et être vierges lors du mariage. Si par hasard (!), elles sont violées, puis enceintes, c'est qu'elles l'ont cherché; car un vrai viol n'entraînerait pas de procréation...

    Lors de cette campagne, il n'y a pas eu en Europe d'analyse sur ce que signifiait ce candidat dans le pays soi-disant le plus moderne, du point de vue des droits humains et du droit des femmes. Certes Obama n'a pas mieux fait qu'un homme de droite, mais pouvait -t-on mettre un signe égal entre lui et son adversaire mormon ? La régression est telle aux USA sur le plan moral et social qu'on ne peut qu'approuver la réélection d'Obama, sans en attendre grand chose... puisque la gauche a totalement disparu..

    (Novembre 2012)

     

     

     

     

    -Production capitaliste et parasitisme

    La production capitaliste n'a pas pour objet de satisfaire à des besoins mais de produire du capital pour la classe dominante, par l'intermédiaire du profit. Au passage, il faut bien que cette production remplisse apparemment la fonction de satisfaire des besoins, sinon la production ne serait pas vendue. Plus le capitalisme se développe, plus la distance entre les besoins et la production s'élargit. Mais le mode de vie, la publicité doit précisément combler cette différence. C'est ici qu'intervient le mécanisme de trassformation des besoins réels en besoins qui intéressent le capitalisme (quant à leur forme et leur contenu), ou la création de faux besoins. Il faut convaincre le public, le salariat d'acheter ce qui est proposé et toujours plus, en lui faisant intégrer que cela correspond exactement à ce qu'il désire. La tâche du marketing va consister par une publicité très bien étudiée à soumettre la population à des besoins continuellement nouveaux. Mais les marketteurs ne diront jamais qu'ils contribuent à créer des besoins; ils diront que leur tâche est de découvrir les besoins cachés des consommateurs. Pêle mêle, les besoins de gadgets, de jeter les chaussettes qui ont des trous, d'acheter des vêtements bien plus qu'il n'en faut, de changer de voiture tous les 3 ans, de renouveler son mobilier continuellement, de ne plus rien faire réparer mais de racheter, de considérer qu'un ordinateur de 5 ans est une vieillerie, font partie d'un genre de vie et de ce qu'on appelle "la production de masse" ou la société de consommation qui vise à impulser l'idée que les oppositions de classes s'aplanissent dès lors que le même genre de vie s'impose à tous.

    C'est la société du gaspillage et de la destruction de masse des matières premières, des moyens de production, des biens et de l'environnement.

    Mais comment continuer d'exploiter toujours plus, tout en faisant acheter toujours plus.. ? Il n'y a là qu'une opposition apparente. C'est le crédit qui va régler pour un temps la question en attachant encore plus le salarié à la société de consommation, lequel ne va bientôt vivre que dans la perspective de travailler pour rembourser ses crédits pour pouvoir acheter, et reprendre de nouveaux crédits..etc. C'est tout le problème des subprimes.

    Le pilier de l'économie capitaliste, ces dernières cinquante années, est la production automobile qui induit un nombre considérable de productions en amont, et par suite d'emplois. Et qui induit un genre de vie, un mode d'habitat, un mode touristique, une conception de l'individu formaté très éloignée du développement de sa fonction créatrice intime...

    Les emplois, en système capitaliste, sont évidemment totalement dépendants de ces productions parasitaires. Le salarié, en défendant son emploi, défend à son insu, le mode de production capitaliste et sa fonction parasitaire. Mais il défend ce qui est, donc il combat le principe de concurrence qui fait que toute porduction doit se transformer, ou disparaître au profit d'une autre. Donc il est l'empêcheur de tourner en rond... il est contre "l'évolution des techniques" (c'est à dire les nouvelles productions capitalistes)... C'est ainsi que les syndicats de salariés combattent pour sauvegarder les emplois dans le nucléaire, l'armement, les pesticides, les engrais chimiques etc etc. La défense de l'emploi ne s'accompagne jamais d'une volonté de redéfinir le type de production en fonction de besoins réels (qui devraient être jugés par les citoyens réunis à la base).

    Dans une période de croissance l'emploi dans l'automobile a un effet multiplicateur de 8 au niveau de l'emploi en amont. Il suffit que cette industrie s'effondre à la suite de méventes ou d'une concurrence féroce faisant disparaître certains types d'automobiles, pour que des pans entiers d'industries ferment.

    La capacité de production des industries automobiles était encore en 2008 de 86 millions d'automobiles, comprenant une production excédentaire non divulguée, régulièrement détruite. Cette capacité est tombée à 31 millions en 2009: crise économique, crise de l'environnement, crise de l'énergie.

    La concurrence aurait dû nettoyer le marché en faisant fermer une quantité de producteurs. C'est ce qu'on appelle en termes capitalistes "la sélection anturelle", qui n'est que la sélection du marché. Mais les effets sociaux auraient été terribles. D'où la prime à la casse par exemple.

    La réflexion a vite été détournée vers la voiture électrique, mais qui restera chère. Mais du point de vue capitaliste, il faut trouver une autre production qui permette de revenir à l'état antérieur de croissance à la crise et de ne rien modifier à l'objectif de la production. Un dessin d'El Pais sorti en juillet 2009, montrait une route pleine d'automobiles qui roulaient vers un abîme et s'écrasaient les unes sur les autres: peu importe leur distruction puisqu'elle auraient été achetées.

     

    -Les mots de la barbarie

    Il faut aller voir le film de KLOTZ, la "Condition humaine". Il établit la similitude entre le langage nazi et le langage de l'entreprise capitaliste financière. Klotz souligne le caractère neutre, froid, du vocabulaire employé par les deux systèmes, évacuant l'un et l'autre tout aspect humain dans les questions humaines sur lesquelles ils interviennent. Tout doit être traité comme s'il s'agissait de questions purement techniques.
    Le livre de Victor Klemperer " La langue du 3ème Reich " de 1933 avait déjà montré quel usage faisaient les nazis de mots et de phrases anodines pour désigner leurs pratiques d'assassins. Ce détournement du sens du vocabulaire, cette modification dans la destination des mots avaient inspiré Georges Orwell, après la 2ème guerre mondiale, pour écrire " 1984 ". Il avait carrément imaginé la simplification des langues et la suppression des mots jugés subversifs en vue de limiter les capacités à penser.
    Les économistes, sociologues, hommes politiques au service des dominants s'efforcent depuis plus de 20 ans de ne plus qualifier la réalité telle qu'elle devrait l'être, mais ils ont inventé des mots qui édulcorent la nature de ce que nous vivons, comme pour la rendre inintelligible, ou en faire une matière neutre et insipide.
    Nos gauchistes ou nos dits révolutionnaires de tout poil ont paradoxalement été conquis par cette attitude en refusant d'employer les mots qui conviennent ou qui fâchent pour évoquer la réalité que l'on subit : l'impérialisme barbare et parasitaire dont Lénine parlait en 1914 dans un sursaut de lucidité étonnant.
    Comme pour coller au " novlangue " cher à Georges Orwell, chacun à gauche s'accorde à parler du " néocapitalisme " ou du " néolibéralisme " pour trouver l'expression qui amoindrira le caractère insupportable du monde occidental actuel, ou qui neutralisera au mieux sa malfaisance. Il y a d'ailleurs tellement de mots en " néo ", pour exprimer on ne sait plus quoi, qu'un seul mot suffira bientôt pour camoufler la barbarie ambiante. Il suffira de dire " on est dans le NEO "

    Donc ce " NEO ", pour parler neutre, nous offre quelques chiffres intéressants en cette rentrée.

     

    -GENERAL MOTORS: UN DES SYMBOLES DU PRODUIRE TOUJOURS PLUS ! Une production ouvertement parasitaire.

    Les 73000 salariés de GENERAL MOTORS entrent en conflit le 24 septembre 2007 contre leur direction sur la question des salaires et de l'emploi. Les travailleurs peuvent tenir plusieurs semaines dans la grève, leur syndicat l'UAW a des réserves. Pour le constructeur, le coût de la grève se monterait à 12000 véhicules par jour (non fabriqués) (le Monde du 26-9). Pourtant il dispose de stocks pléthoriques, comme dans toute l'industrie automobile. Quel est l'enjeu ? " Un conflit de plusieurs semaines ferait basculer dans la récession l'économie américaine " titre le journal. Quelle signification ? GENERAL MOTORS, constructeur automobile, tire en réalité toute la machine économique en amont. Plus de fabrication automobile et toute l'industrie est mise gravement en difficulté ( ce qu'on vérifie complètement en 2009). Il est fondamental de fabriquer des autos pour cette raison, beaucoup plus que d'en vendre ! Et peu importe les voitures non vendues et stockées, le gaspillage et la nécessité de détruire, de temps à autres, les stocks, et plus souvent qu'on ne pense ! Le prix de vente d'une voiture correspond en réalité au prix de revient de plusieurs. Même les voitures les moins chères sont encore chères par rapport au prix de revient d'une seule. C'est ainsi que le capital fructifie sur la base de besoins fabriqués, de gaspillages éhontés, des richesses naturelles détruites, de pollution, d'un travail salarié à la chaîne débile et d'un salariat déboussolé dont les revendications de base s'appuient aussi sur la nécessité de produire toujours plus. L'exploitation du salariat dans le but de produire du capital s'appuie sur des pans entiers d'industries largement inutiles au genre humain……sauf à verser des salaires si l'on estime que le salariat est un genre de vie à la pointe du progrès humain, et que pour cette raison il doit avoir une existence éternelle ! Plus aucun syndicat de salariés ne dit " A bas le salariat ".

    Ceci constitue une impasse même du point de vue de la bourgeoisie.

    (le Monde du 19-1-09)

    Les Etats engagent des sommes folles pour maintenir l'activité des constructeurs d'automobiles (il faut continuer de produire des voitures et trouver le moyen de les vendre à tout prix), mais en imposant une contrainte aux constructeurs: rapatrier leurs usines délocalisées à l'étranger.

    Cette contrainte, pour produire de l'emploi, est en contradiction avec la nécessité de produire au moindre coût, et avec celle d'être compétitif par rapport à l'étranger. Protéger à tout prix les emplois rendra les constructeurs vulnérables à cette compétition internationale et créera les conditions d'une autre crise majeure (Pierre Briançon)....

    Commentaire: donc il faut faire fi des emplois, donc faire fi du pouvoir d'achat, donc créer les conditions d'une mévente encore plus grande.... Quelle solution ? Eh bien le crédit et encore du crédit, moyen pour faire acheter à tout prix et moyen pour soumettre davantage la population au système. Les subprimes sont nées ainsi.

     

    (Janvier 2008)

    On entend dire de plus en plus que le capitalisme n'est que financier et que le capital produit du capital tout seul sans le secours de l'industrie. C'est plus qu'une illusion, c'est une escroquerie intellectuelle aboutissant à camoufler la réalité du capitalisme. Il n'y aurait pas de capitalisme financier s'il n'y avait de capitalisme industriel. General Motors illustre parfaitement ceci. Mais cette entreprise illustre également le fait que la "croissance" du capitalisme repose sur une production matérielle ou de services toujours accrue, donc sur une production de plus value en expansion, sinon il y a crise. Le capital ne peut stagner, il doit croître. L'industrie doit donc produire n'importe quoi, n'importe comment, mais il faut produire... Donc il faut inventer toujours de nouveaux produits et vendre.

    La crise éclate dans cette industrie en 2005. La concurrence du Japon réduit les parts de marché de l'automobile US à 25%, contre 40% en 1980. les pertes pour General Motors (GM) sont considérables. La "structure des coûts est trop élevé". Les frais de retraite et de santé "explosent" (le nombre des retraités est deux fois plus lourd que le nombre des salariés à GM et ils reçoivent les fonds de pension gérés par l'entreprise) !

    Les ventes d'automobiles sont en chute libre. Pour vendre à tout prix des voitures en surnombre par rapport à la demande, GM offre des crédits à taux zéro (les banques font l'avance ?) et des ristournes pouvant aller jusqu'à 4000 dollars par voiture (Le monde du 21-4-05). Les surcapacités industrielles sont de l'ordre de 15 à 20%. Ces ventes permettent une réalisation (des coûts et de la plus value) au minimum. Ce n'est évidemment pas ce qu'attend le capitalisme financier qui piaffe..

    La question de l'emploi et des salaires se pose donc avec acuité. En septembre 2007 le riche syndicat UAW rompt les négociations et entame la grève (73000 salariés aux USA, 80000 au Canada). Celle-ci menace d'être plus dure que celle de 1970. Que nous dit-on ? Que la grève va faire perdre 12200 véhicules par jour. On pourrait penser, en termes logiques, que ça n'a pas d'importance puisqu'on nous annonce des stocks pléthoriques (dont le montant n'est pas donné). Mais il ne faut pas penser en termes logiques, mais en termes de capital. La pertede fabrication de 12200 véhicules par jour, c'est, au bout d'un mois, la perte de 1% de croissance (de PIB) pour le 4ème trimestre 2007. Et c'est toute la chaîne industrielle qui est touchée. En 1970, il y avait eu entre 1,5% et 2% de croissance perdue. (le Monde du 26-9-2007).

    Les contradictions sont les suivantes: il vaut mieux produire en excédent que moins produire, car derrière il y a la question de la plus value.

    Il faut vendre à tout prix, mais en même temps il faut baisser les coûts, donc les salaires, les dépenses de santé, les retraites pour riposter à la concurrence.Ce qui semble paradoxal.

    Pour sortir de l'impasse, il convient d'enfermer les salariés dans un système de crédits qui les prend à la gorge (voir les subprimes). Le crédit fait partie intégrante de la politique de réalisation de la plus value, sans laquelle l'industrie s'effondre. Les crédits à taux 0, ce sont des crédits bancaires à taux un peu plus élevés en faveur de GM, mais celle-ci devra payer. Le même système que pour les subprimes est organisé, sauf que GM ne tombera pas en faillite avant longtemps, et là, l'Etat renflouera.

    En réalité le capitalisme financier existe pour inventer toutes les combines possibles et imaginables pour s'emparer des salaires et de l'épargne jusqu'à la dernière miette, et ficeler les salariés, comme il met la main sur toute l'industrie pour lui imposer sa vision du profit. Mais il existe avant tout pour créer des chaînes de crédits, contrairement à ce que les économistes prétendent.

    Le système syndical, tel qu'il fonctionne, est en adéquation avec ce système, il ne le remet pas en question.

    Fin 2007, l'immobilier est en crise, ainsi que l'automobile aux USA. La récession est en marche en septembre. Mais le syndicat américain va sauver la situation

    Les subprimes prendront la relève.

     

    Suite sur General Motors: 12-2-08

    France Info 19h:

    Un plan social de grande ampleur vient d'être décidé à GM. En 2008 GM doit supprimer 74000 postes moyennant des compensations. Déficit record de l'entreprise. Déjà l'an passé 30000 départs volontaires avec compensations acceptées par les syndicats.

    Ces départs volontaires ne signifient pas la fermeture de l'usine, mais des réembauches de salariés deux fois moins payés avec couverture sociale réduite. Les médias informent que le syndicat des salariés de GM a accepté cette clause.

    Tout ceci est annoncé sans vergogne publiquement.

    Gageons qu'il faudra trouver des crédits "adaptés" pour faire acheter des maisons à ces nouveaux salariés, mais on pourra les mettre dehors et revendre à des salariés encore moins bien payés. Un turnover astucieux des maisons et appartements entre salariés débauchés et embauchés permettra peut-être aux constructeurs de s'y retrouver, à condition de former une police adéquate... On peut rêver à la place des banques, sauf si les salariés décident de s'approprier leurs habitations ! Rêvons du côté des salariés !

    ............................................

     

    1° juin 2009: Liquidation de GENERAL MOTORS et mise sous contrôle de l'Etat, encore 22000 licenciements aux USA !

    Nationalisation de GM (juillet 2009) : l'Etat US prend 60,8% du capital.

    Au 31 mars 2009, GM avait 82 Mds de dollars d'actifs, mais 172 Mds de dettes.

    En un an GM a perdu 20000 emplois. Certes ! Mais il faut réfléchir où employer utilement les chômeurs et non pas "comment récréer une industrie automobile"

    (même problème avec PSA en France en 2012..)

     

    General Motors: la gangrène. 2014

    (Le Monde du 7 juillet 2014)

    Défaillances techniques connues depuis longue date: commutateur d'allumage, pb d'airbag... GM laisse passer. Mais ça tourne mal: 13 morts du fait de ces défaillances connues. GM rappelle 30 millions de véhicules. Oui c'est bien cela. 30 millions qui vont où ? A la casse ou à réparrer ?? Entre temps de nouveaux modèles sont sortis... Les clients laissent leur véhicule pour un nouveau ! Ce scandale n'a pas d'impact sur les ventes qui sont à leur plus haut niveau depuis 2008 ! C'est dire les immense bénéfices faits pour qu'un tel gaspillage, un tel mépris pour les clients soient possibles. Et c'est dire le nombre de gens riches capables de passer outre ....

    Voilà sur quoi repose la croissance ! Ce qu'on nomme la richesse d'un pays, son opulence.
    Pour ce gaspillage, les pays occidentaux courent après les matières premières : les "terres rares" pour les catalyseurs automobiles par ex, le plastique c'est à dire le pétrole, etc etc

     

     

     

     

    -Produire, produire, gaspiller et taxer ceux qui gaspillent le moins ! Une taxe pour EDF ??

    (Le Monde du 21-7-09)

    La société Voltavis, fondée en 2007, crée un boitier permettant d'arrêter automatiquement certains appareils électriques au moment des pics de consommation. Economies possibles de 5 à 10% d'électricité. Cela devrait éviter à EDF d'acheter de l'électricité, par ex à l'Allemagne. Mais...mais, c'est un manque à gagner pour EDF, Poweo, Direct Energie !!

    Du coup ces fournisseurs veulent une taxe pour couvrir ce manque à gagner !! En outre EDF veut une augmentation de ses tarifs de 10 à 20%, l'augmentation précédente n'ayant pas suffit.

    C'est un tel scandale que nous devrions tous suspendre nos paiements ou semer la pagaille dans ces paiements...En tous cas il faut traiter EDF de mécréant.

     

     

    -Parasitisme du capital financier

    Sur l'article d'Isabelle Pivert de mars dans le Monde diplo.
    Il manque à cet article intéressant d'une part le contexte de la modification du fameux Diktat de la "création de valeur", et d'autre part la critique de l'expression "création de valeur".

    La création de valeur et sa transformation en capital est le propre du capitalisme, donc l'expression est absurde. Il n'y a rien de nouveau. Il s'agit en fait, dans la décennie 80, du diktat de gros actionnaires qui n'ont plus aucun lien direct avec l'industrie et qui cherchent uniquement la meilleure rentabilité de leurs placements en se moquant du devenir industriel . Mais pourquoi ? Qu'est-ce qui a changé ?? Isabelle Pivert ne fait pas le lien nécessaire avec la grande transformation des années 80, à savoir la liberté totale de circulation des capitaux, qui fut une calamité: homogénéisation de tous les marchés financiers du monde, permissivité absolue de criculation des capitaux sans contrôle, réforme des marchés monétaires et financiers avec de nouveaux intervenants, facilités pour créer des obligations et de nouveaux produits financiers hyper dangereux, fin du soutien direct des banques d'affaires (dans ce contexte) aux industries, généralisation des fusions, rachats, OPA...Bref le capital financier se disjoint de l'industrie, mais il ne fait pas du capital avec du capital, comme on l'a vu écrire sottement, il s'appuie toujours et plus que jamais sur l'exploitation de plus en plus éhontée des populations en obligeant aux délocalisations à tout va pour tenir le coup face à une compétition débridée... C'est de cela dont il s'agit.
    Parler du "diktat de la création de valeur" camoufle la réalité ci-dessus. Ce n'est pas par hasard que personne ne parle aujourd'hui de la nécessité de revenir à un contrôle des capitaux, qui serait une entrave majeure aux paradis fiscaux ! On préfère parler de ces derniers pour la galerie de façon superficielle... Mais le Monde Diplo, devrait revenir à ces années 80 qui ont précipité la crise du crédit actuelle.

    mars 2009

    -Le point de vue de Stiglitz sur la guerre en Irak: gaspillage et crise alimentaire.

    L'économiste Américain Stiglitz dans son dernier livre sur la guerre à 3000 milliards de dollars a stigmatisé l'impasse actuelle. Il est intéressant de constater que cet auteur n'est pas un gauchiste mais un réformateur indépendant.

    Sur France Culture le 14-7-08 repassait l'interview donné en avril sur le livre de Stiglitz.

    En clair l'augmentation phénoménale des prix des produits alimentaires ne viendrait pas, selon lui, comme les médias se plaisent à le dire, de l'augmentation de la demande de l'Inde et de la Chine, en produits alimentaires tels que le blé par exemple.

    Cette croissance viendrait d'abord de la guerre en Irak qui aurait occasionné une telle demande d'énergie que cela aurait contribué à faire flamber les prix du pétrole au-delà ce qu'on pouvait imaginer.

    Suite à quoi, les gouvernements américains et occidentaux en général, ne voulant absolument pas modifier leur genre de vie, ni stopper la guerre, auraient envisagé de transformer massivement les emblavures de maïs et blé en vue de la fabrication d'éthanol, lui-même dépensier en énergie.

    Les réserves de blé et de maïs ont fondu face à une demande croissante.

    Dans le même temps ont été toujours plus découragées les agricultures traditionelles concurrencées par les produits du nord, d'où une pénurie et des risques de famines aujourd'hui.

    (point de vue à discuter)

    Juillet 2008

     

    -Néolibéralisme ravageur

    Le film "let's Make Money" d'Erwin Wagenhofer,sorti en 2009, définit le néolibéralisme comme ceci:

    -Liberté de circulation des capitaux et dérégulation financière totale au profit des banques (voir crise fiancière)

    -Libre échange total dans le sens des pays occidentaux vers les pays émergents, mais pas dans l'autre sens, ou peu. Mais par contre, les bénéfices des opérations économiques des occidentaux dans les pays émergents seront intégralement rapatriés. Ce qui entraînera entre autres le fait que le Ghana producteur d'or ne tire que 3% des bénéfices de cet or, tandis que les pays occidentaux gardent 97% pour eux (cf le film)

    -Diminution considérable du rôle de l'Etat dans le domaine social et économique (FMI et Banque Mondiale pour le Tiers monde, et Politiques de rigueur dans les pays occidentaux)

    -Privatisations massives par voie de conséquence.

     

    (il ne s'agit en réalité ni plus ni moins que du capitalisme à l'époque de l'impérialisme, quand le pouvoir du salariat a constamment régressé. Face à l'impérialisme pas d'organisation d'un internationalisme quelconque. C'est la brillante oeuvre du communisme soviétique !)

    L'objet du film était de montrer comment les banques ravagent le monde et les populations, font du profit, et se voient offrir la plus grande partie de l'argent public quand elles sont en difficulté. C'est une impasse pour le genre humain.

    Le film montre aussi comment les petits chefs capitalistes qui veulent leur part de butin se voient envoyer les "chacals" pour les broyer, dès lors qu'ils ne font pas exactement ce que veulent les puissants de ce monde. Un exemple, l'Irak. Sadam Hussein voulait vendre son pétrole autrement qu'en dollars pour élargir son marché à d'autres clients que les USA. Sadam Hussein n'a jamais cédé. Du coup, guerre de 1991, tentatives d'assassinats, mais Sadam se crée des sosies (ce qu'il niera).... ceci aboutissant à la guerre de 2003, à sa destitution, un pseudo jugement et à son exécution pour l'empêcher de parler.

    Le film montre le parasitisme capitaliste: Des promoteurs véreux en Espagne se font remettre des permis de construire, y compris dans des parcs régionaux ou nationaux; ils se font prêter de l'argent par les banques qui traitent avec les constructeurs du bâtiment, avec des chaînes d'investissements (comme dans les subprimes). Placements très lucratifs au départ, puis effondrement pour les promoteurs qui ne vendent pas les maisons et les appartements. Gaspillage innommable, face à une population souvent déshéritée et non logée....Des milliers de lotissements ou immeubles vides !

    Impasses qui à la longue deviendront mortelles pour le capitalisme lui-même.