MARX AU 21ème SIECLE ?

  • index
  • Bienvenue
  • Qui sommes-nous ?

     

  • MARX LIBERATEUR

  • Economie marchande et non marchande
  • valeur d'usage/forces productives
  • Valeur Travail/exploitation
  • Théorie de l'aliénation
  • Monnaie
  • Etalon monétaire et prix
  • Inflation:actualité
  • Marchés de l'or actuels
  • Libre Echange, monnaie coloniale
  • Le salariat

     

  • MARX INDUSTRIALISTE pour le compte du capitalisme

  • Machinisme et science
  • Déterminisme historique
  • Démocratie
  • Communisme révolution
  • Le capitalisme peut-il s'effondrer ?
  • Lois du capitalisme ??
  • Industrialisation
  • Famines et capitalisme
  • famines et communisme
  • Les forces productives ont-elles cessé de croître ?
  • Soviétiques en Afghanistan
  • Chine communiste

     

    ANNEXES

    Analyses théoriques

    Colonisation, CurrencyBoards

    euro

    Islamisme

    CROISSANCE DU CAPITAL

    Justice

    Keynes

    La Gauche dans le monde

    L'extrême gauche

    Les trente glorieuses

    Nationalisme

    Racisme et discrimination

    religion irréligion

    Socialistes français 2014

     

    Analyses factuelles et historiques

    Afrique

    Al Qaïda: Qui infiltre qui ?

     

     

  • Liberté d'expression Charlie Hebdo
  • libre circulation sans papiers
  • Luttes de classe au jour le jour
  • Macronisme
  • Palestine maudite
  • Patriarcat et droits des femmes
  • paysannerie
  • Paysannerie en Inde
  • Pays du Tiers Monde
  • Somalie
  • Soudan,Darfour
  • Soviets
  • stratégie syndicale
  • Syrie
  • Terrorisme
  • Théorie du complot ?
  • Transition énergétique
  • TRUMP, un cancrelat du capitalisme, un produit logique du communisme
  • UKRAINE la guerre
  • Voyoucratie d'Etat
  • Yémen

    QUE FAIRE ?

    -L'Internationale des travailleurs: urgence !

     

     

  • Ecrivez-nous :

    infos@marx21siecle.com

  •    

    Pauvreté et discriminations

     

    36,5 millions d'euros de revenus à Carlos Tavares en 2023 !

    Carlos Tavares directeur général du constructeur automobile franco-italo-américain a empoché pour 2023, 36,5 millions d'euros de revenus, Il faut exiger qu'il reverse à l'Europe 30 millions au profit des hôpitaux, de la justice, de l'Education....et que la France cesse de geindre sur son déficit public, puisqu'elle accepte qu'un patron d'entreprise gagne autant !

    18 -4-2024

     

     

     

    DISCRIMINATIONS

     

    Le WOKISME, une théorie sur les discriminations importée en France

    Dès avant la mort de George Floyd, mais surtout à partir de cette mort, s'est développé aux USA un travail " d'éveil à toute forme de discrimination ". L'analyse dite " intersectionnelle " (due à une juriste noire, Kimberley Crenshaw) avait déjà courroucé la droite raciste, car sous ce mot barbare, il s'agissait d'examiner comment des personnes, femmes ou hommes, peuvent additionner plusieurs discriminations du fait de leur couleur de peau et de leur statut social, et d'intervenir en leur faveur. Par exemple la femme de ménage noire en entreprise est discriminée parce qu'exploitée par son patron. Elle l'est encore plus, en tant que femme car elle reçoit un bas salaire ; et encore plus en tant que noire, son salaire étant diminuée d'autant, et en tant que salariée parmi les plus précaires. En plus si elle est frappée dans la rue par un voyou qui veut son sac, elle va subir l'insulte de celui qui la frappe, l'insulte de la police qui ne prendra pas en compte sa plainte, l'insulte éventuelle de l'homme blanc qui sur le trottoir ne lui portera pas secours.etc etc


    Les chercheurs et militants américains qui travaillent sur le sujet, ont établi des listes de cas de ce type, qu'il s'agisse d'homme ou de femme, les femmes étant particulièrement visées par une discrimination extrême. Les féministes peuvent y ajouter que la femme noire, quand elle rentre chez elle, peut subir la violence de son mari noir, parce qu'elle est une femme…..L'analyse de toutes ces discriminations ne privilégie pas obligatoirement le cas de la femme noire, ou de l'homme noir, persécutés par la police blanche. Elle peut concerner, cas très rare, le policier noir qui frappe une femme blanche d'abord parce qu'elle est femme, et en plus femme de chambre sous payée dans un hôtel, et peut-être handicapée mentale. En somme il s'agit de toutes les formes de discriminations qui se combinent avec l'exploitation économique et sociale.

    Evidemment ce type d'analyse exaspère les racistes de tout poil qui tentent un renversement des termes de la démonstration, en accusant les auteurs du travail sur les discriminations, de racistes, alors que ces auteurs analysent précisément la situation des victimes du racisme ! On voit ainsi naître le qualificatif blessant de " wokiste " (par exemple à l'IEP de Grenoble). Le wokisme en effet, " analyse intersectionnelle des discriminations ", est en outre l'intervention pour les faire reculer, surtout quand elles touchent les plus faibles, entre autres ceux ayant subi l'esclavage, ou la colonisation dans leur histoire familiale et personnelle, cette dernière au nom de la civilisation. Or à une époque où certains tentent de réhabiliter la colonisation, cette démarche est vue comme allant à l'encontre de l'analyse historique. " On " voudrait alors y voir des conflits d'identités, des conflits religieux et de cultures rendant certains " inassimilables ".
    Pour quelques habitués du contresens calomnieux, c'est la bonne aubaine en France pour les racistes de droite (M BLanquer) et d'extrême droite (Zemmour), pour tenter de discréditer ceux qui les traitent à juste titre de racistes et d'islamophobes, en mélangeant intentionnellement d'un part les islamistes et les musulmans, d'autre part " l'islam des islamistes et des dictatures " avec " l'islam du Coran ".


    Il faut souvent relire deux fois les articles des journaux pour s'y retrouver tant l'usage de mots ou de phrases, jamais définis ou empruntés, ont un sens volontairement équivoque (comme la " déconstruction ", " liberté d'expression extra-académique ", " bouleversements identitaires "….. ) . Il en est ainsi de la lecture de compte- rendu d'un " colloque " à la Sorbonne des 7 et 8 janvier 2022 organisé par la droite, soutenu par le gouvernement et le Ministre de l'Education nationale en tête, Blanquer, avec Zemmour caché sous son manteau, sur le wokisme entre autre. Le thème étant quant au fond la nécessité de " nettoyer " (déconstruire disent-ils) l'université de tout travail sur les discriminations et sur le racisme. Il ne manquait que Valérie Pécresse (une femme au service du patriarcat) à cheval sur son karcher à l'assaut de la liberté de la Recherche et de la liberté d'expression à l'université, depuis que Charlie Hebdo a le seul monopole de cette " la liberté d'expression ", c'est-à-dire du droit à l'insulte sans fin contre l'islam (cf son dernier journal début janvier qui est vraiment déshonorant).
    Celui qui n'est pas un peu au courant du problème, ne comprend rien, tant le langage est obscur (voir le Monde du 11-1-22). Ce qui n'est pas obscur par contre est la qualification d' " islamo-gauchistes " de ceux qui traitent les organisateurs du colloque d'islamophobes. D'où vient ce mot qui prétend mettre des individus de gauche dans le camp de " islamistes " ? De quoi parle -t-on ?


    En janvier 2002, Pierre-André Taguieff emploie le mot contre les " tiersmondistes " qui soutiennent les palestiniens ! Le 2 avril 2016 dans le Monde, Elisabeth Badinter, qui se targue d'être féministe, écrit: "Etre traité d'islamophobe est un opprobre, une arme que les islamo-gauchistes ont offerte aux extrémistes." (sens ?). Puis Blanquer, chargé de l'Education par Macron, reprend le mot il y a peu à propos de la mort de Paty ! La confusion est à son comble.
    On va ainsi tout droit vers la proclamation d'une pensée unique de la droite extrême à l'Université. Il suffirait que de vrais islamistes, c'est-à-dire des intégristes, par exemple des salafistes téléguidés (1), invoquent dans des colloques improvisés et autorisés, " leur liberté d'expression " à l'université contre le féminisme, contre les femmes afghanes, contre la contraception, contre le droit à l'avortement, et pour l'abolition de l'examen critique et du doute, pour l'abolition du droit à l'analyse des diverses pensées, pour que cesse l'étude la plus approfondie du colonialisme et du néocolonialisme (qui ne fait que commencer sérieusement), pour que l'établissement des faits et leur analyse soit décrétés et non pas objet de recherche…il suffirait tout ceci pour que s'instaure la dictature sur la pensée et les écrits. Un colloque réunissant 600 personnes contre le wokisme à la Sorbonne, en janvier 2022 en dit long sur ce que l'appareil d'Etat aux mains de Macron entend imposer aujourd'hui, dans un silence relativement assourdissant.


    AMC le 11-1-22


    (1)Concernant le fructueux commerce des armes de la France avec l'Arabie Séoudite, un caricaturiste bien connu, Plantu, dans le Monde du 20-2-2020, avait représenté un possible échange d' armes par Macron à l'Arabie contre des salafistes….

    Note complémentaire sur le wokisme : ( la grande peur des dominants)
    Les individus critiques qui ont assisté avec stupeur au " colloque " du 7 et 8 janvier à la Sorbonne ont bien relevé que pour Blanquer et ses amis, " " la pensée woke " devait être considérée comme l'instrument d'une destruction de la civilisation occidentale " (E Roudinesco dans le Monde du 21-1-22, J-B Fressoz dans le Monde du 20-1-22) ! Rien que cela ; " Ce serait " un appel à un ethnocide de grande ampleur ", " le monstre conquérant d'un nouvel esprit totalitaire "…Les " déconstructeurs " seraient animés des pensées de Foucault, de Bourdieu, de Derrida, du " marxisme ", du " relativisme ", du" néoféminisme ", de " l'écoféminisme "….
    S Fath de La Croix rectifie en voyant " dans le wokisme, un agrégat de revendications de minorités longtemps dominées " (21-1-22)

     

     

     

    PAUVRETE EN FRANCE

    -Pauvreté en France en 2019 (le Monde du 18-10-19)

    14,7 des ménages, soit 9,3 millions de personnes vivent avec un revenu inférieur à 1050 euros en 2018 (statistiques de l'INSEE)

     

    -De 1996 à 2004, 6,8 millions de français vivent avec moins de 800 euros par mois, soit près du quart de la population (INSEE : Les revenus et le patrimoine des ménages. 23-11-2006)
    17% de pauvres en 2004 contre 14% en 1996 : moins de 753 euros par mois.

    -Qui sont les 8,9 millions de Français vivant sous le seuil de pauvreté en 2015?
    Publié le 17/10/2017
    L'Insee a compté 1,48 million de salariés pauvres.
    Selon une simulation de l'Insee publiée ce mardi, le taux de pauvreté devrait passer de 14,2?% de la population en 2015 à 13,9?% en 2016.

    Mais qui sont ces 8,9 millions de Français qui vivaient sous le seuil de pauvreté en 2015??
    En 2015, 8,9 millions de Français vivaient avec un revenu inférieur à 1?015 € par mois (60?% du revenu médian), soit 14,2?% de la population. Un taux qui devrait baisser de 0,3 point en 2016, grâce à la redistribution vers les plus modestes suite à des mesures décidées à la fin du quinquennat de François Hollande.
    En 2015, selon l'Insee, sur les 8,9 millions de Français sous le seuil de pauvreté, 3 millions étaient demandeurs d'emploi, catégorie la plus touchée par la pauvreté avec un taux de pauvreté de 37,6?%. 2,79 millions des Français pauvres étaient des enfants de moins de 18 ans, soit 19,9?% des Français de moins de 18 ans.

    L'Insee a également compté 1,48 million de salariés pauvres. Chez les salariés, le taux de pauvreté s'élève à 6,5?% contre 7,3?% chez les retraités, soit 1,03 million de retraités pauvres.
    La catégorie "?autres inactifs?" (qui comprend les étudiants) comptait en 2015, 32,1?% de pauvres, soit 1,98 million de personnes. Enfin 500?000 indépendants étaient pauvres, une catégorie frappée par un taux de pauvreté de 17,3?%.

    600 000 pauvres de plus en dix ans
    DONNÉES 11 septembre 2018
    La France compte entre 5 et 8,8 millions de pauvres selon la définition adoptée. Entre 2006 et 2016, le nombre de personnes concernées a augmenté de 630 000 personnes au seuil à 50 % et de 820 000 au seuil à 60 %. Principalement sous l'effet de la progression du chômage.

    (source :INSEE REVENUS ET PATRIMOINE )


    La France compte cinq millions de pauvres si l'on fixe le seuil de pauvreté à 50 % du niveau de vie médian [1] et 8,8 millions si l'on utilise le seuil à 60 %, selon les données 2016 (dernière année disponible) de l'Insee. Dans le premier cas, le taux de pauvreté est de 8,0 % et dans le second de 14,0 %. Au cours des dix dernières années (2006-2016), le nombre de pauvres a augmenté [2] de 630 000 au seuil à 50 % et de 820 000 au seuil à 60 %. Le taux de pauvreté s'est élevé de 0,7 point au seuil à 50 % et à 60 %.
    La pauvreté a fortement progressé à partir de 2008 avec l'accentuation des difficultés économiques liées à la crise financière. Entre 2008 et 2012, le nombre de pauvres, au seuil à 50 % comme à 60 %, a augmenté de près de 800 000. Le taux de pauvreté à 50 % s'est élevé de 7,4 à 8,5 %, celui à 60 % de 13,2 à 14,2 %. Depuis 2012, le taux et le nombre de pauvres stagnent. Cette stagnation est trompeuse, car elle résulte en partie de l'extension de la crise aux couches moyennes [3]. Le niveau de vie médian de 2016 est du niveau de 2011. Or le seuil de pauvreté est calculé en fonction du niveau de vie médian.

    -Le 11-10-18, le Figaro publie :
    L'Observatoire des inégalités,
    présente deux tendances claires : la pauvreté ne diminue plus en France, et les plus jeunes sont en première ligne.
    Le constat est alarmant. "Depuis dix ans, le nombre de personnes qui vivent sous le seuil de pauvreté en France augmente", analyse Anne Brunner, dans le Rapport sur la pauvreté de l'Observatoire des inégalités. Selon Noam Leandri, son président, "la société française souffre de l'écart entre les discours et les actes". Il met en cause des "promesses non tenues" et affirme que "l'élitisme social français laisse trop de concitoyens sur le bord de la route". Le seuil de pauvreté que prend en compte l'Observatoire pour ce rapport est fixé à 855 euros par mois, soit 50% du revenu médian. État des lieux, évolution historique, visage de la pauvreté: voici ce qu'il faut retenir de ce rapport.

    Après avoir grimpé, la pauvreté stagne... mais ne diminue pas
    Depuis 1970, la courbe retraçant le taux de pauvreté se sépare en deux périodes: l'avant et l'après 2000. En 1970, on comptait 5,7 millions de pauvres au seuil à 50%. En 1990, le chiffre est tombé à 3,7 millions après plusieurs baisses régulières. Mais, à partir du début des années 2000, le nombre de pauvres en France ne connaît plus ces diminutions, pourtant habituelles depuis plus de trente ans, constate le rapport. Au contraire, le nombre de personnes pauvres a même eu tendance à augmenter, pour plafonner à cinq millions en 2013. "La reprise de l'activité économique et la diminution du chômage" a interrompu cette hausse, sans pour autant faire baisser le nombre de pauvres. Ce que le rapport met en avant n'est pas une "explosion de la misère" mais plutôt une hausse du nombre de personnes qui décrochent du niveau de vie des classes moyennes.

    Le rapport présente un autre constat alarmant, celui de la situation de la jeunesse. En 2015, pas moins d'1,7 million d'enfants vivaient dans un ménage dont le niveau de vie était inférieur au seuil de pauvreté. Au total, plus d'un jeune sur dix (jusqu'à 18 ans), vit sous le taux de pauvreté. Plus inquiétant encore, selon l'Insee, 30.000 enfants vivent avec un parent qui est sans domicile fixe.


    ANIL AMBANI, un proche du 1° Ministre indien, a bénéficié d'un effacement de sa dette fiscale en France en 2015, au moment même où Dassault négociait la vente de Rafale à l' Inde (36 avions)
    Le redressement fiscal d'un montant de 143,7 millions d'euros, réclamé depuis des années à l'entreprise française (Groupe Reliance Communications) dirigée par Anil Ambani, a été effacé. L'ONG Sherpa a porté plainte le 26-10-2018.
    (révélé en 2019 par le Monde du 14 et 15 avril 2019)


     

    PAUPERISATION DES CLASSES MOYENNES AUX USA.

    Une situation qui ne peut manquer de jeter à nouveau les classes moyennes vers le crédit, qui ne leur sera pas refusé. On pense aux années qui ont précédé 2008. (Le Monde des 3 et 4-9-2017)

    La dette des ménages est plus importante qu'en 2008.

    La hausse des inégalités de revenus est plus importante, et on assiste à un boom des crédits; La flexibilité des marchés du travail est une cause première des inégalités, et de l'appauvrissement. Du coup les classes moyennes empruntent davantage.

    C'est une situation très dangereuse, surtout dans un contexte où la dérèglementation financière est voulue par le président Trump.

    On ne manquera pas de réfléchir au rôle très néfaste du Crédit.

    septembre 2017

     

     

    En France, 40% des SDF ne touchent aucune prestation sociale, la plupart parce que les papiers à remplir pour la CMU sont trop difficiles, et parce qu'ils n'ont pas d'adresse.

    ... En 2012, la France comptait 112 000 SDF, dont 31 000 enfants.

     

    Près de dix millions de personnes sont en situation de fragilité par rapport au logement, dont 3,5 millions mal-logés au sens strict (sans domicile, en chambre d'hôtel, en camping, dans des abris de fortune, des logements insalubres ou dans des conditions de logement très difficile). (Fondation Abbé Pierre)

    Oct 2015

     

    La richesse des uns et la pauvreté des autres


    Penelope Fillon (la bien nommée) a gagné 500 000 euros en 8 ans, pour des travaux qu'elle n'a pas exécutés, dit la presse.

    Un smicard qui touche 1000 euros par mois, et qui bosse 40 ans aura touché 480 000 euros

    Fillon est un honnête homme

    27-01-2017