MARX AU 21ème SIECLE ?

  • index
  • Bienvenue
  • Qui sommes-nous ?
  • MARX LIBERATEUR

  • Economie marchande et non marchande
  • valeur d'usage/forces productives
  • Valeur Travail/exploitation
  • Théorie de l'aliénation
  • Monnaie
  • Etalon monétaire et prix
  • Inflation:actualité
  • Marchés de l'or actuels
  • Libre Echange, monnaie coloniale
  • Le salariat
  • MARX INDUSTRIALISTE pour le compte du capitalisme

  • Machinisme et science
  • Déterminisme historique
  • Démocratie
  • Communisme Révolution sociale
  • Le capitalisme peut-il s'effondrer ?
  • Industrialisation
  • Famines et capitalisme
  • famines et communisme
  • Les forces productives ont-elles cessé de croître ?
  • REVOLUTION dans le Tiers Monde ?
  • Soviétiques en Afghanistan
  • Chine communiste

     

     

  • ANNEXES

    Analyses théoriques

    Colonisation, CurrencyBoards

    Division Unité

    euro

    Islamisme

    Keynes

    La Gauche dans le monde

    L'extrême gauche

    Les trente glorieuses

    Nationalisme

    Racisme et discrimination

    religion irréligion

    Socialistes français 2014

    Subprimes

     

     

     

    Analyses factuelles et historiques

    Al Qaïda: Qui infiltre qui ?

     

  • Liberté d'expression Charlie Hebdo
  • Luttes de classe au jour le jour
  • Palestine maudite
  • Somalie
  • Soudan,Darfour
  • Soviets
  • stratégie syndicale
  • Syrie
  • Théorie du complot ?
  • TRUMP, un cancrelat du capitalisme, un produit logique du communisme
  • Voyoucratie d'Etat
  • Yémen

     

     

     

    QUE FAIRE ?

    -L'Internationale des travailleurs: urgence !

    -Pétition, lettre ouverte au PS

     

  • Ecrivez-nous :

    infos@marx21siecle.com

  •   

    Racisme et discrimination

     

    -(voir "liberté d'expression")

    -Le racisme de l'Oréal ?

    -Le racisme aujourd'hui: est-il d'origine coloniale (article)

    -Le racisme de Lanzmann août 2014

    -Le fond de commerce de l'antisémitisme (janvier 2014)

    -Texte de Hamé (le Monde su 15 -16 novembre 09)

    -discours raciste: exposé sur la question.

    -Hortefeux, sa condamantion et sa notion de "polygamie de fait"

    -lois raciales en Italie, en Grèce

    -discriminations contre les minorités

    -Islamisme ? (voir la rubrique à cet effet)

    -le racisme contre les musulmans au travers des calomnies contre l'islam

    -Au Canada

    -Suisse: Les minarets

    -Débat sur l'identité nationale

    -Discours "humaniste" de Sarkozy

    -Le racisme de certains secteurs du PCF

    -Les suites de l'apartheid: que signifie la réconciliation ?

    -Voir le sondage IFOP du 6-8-10 dans "Guerre civile".

    -A propos des rappeurs

    -Claude Guéant, les Roms et la RATP

     

    --Le racisme de l'Oréal ?

    cf le Monde du 13-1-2017

    L'Oréal veut-il faire de l'argent avec la peau et les cheveux des Noirs ??

    le poète Aimé Césaire a expliqué en son temps que nombre de noirs, traumatisés par les moqueries sur leur peau noir et leurs cheveux frisés, cédaient parfois à la tentation de se faire blanchir la peau et défriser les cheveux. Ils ne parvenaient plus à s'assumer en tant que noirs, et intégraient la notion d'infériorité construite par les blancs.

    A cela, il répliquait qu'il convenait au contraire de se revendiquer comme nègre, et faire mieux que les blancs en tant que nègre. Cela explique qu'il connaissait mieux le français que quiconque. Le livre "Retour au pays natal" est par exemple un chef d'oeuvre de langue française.

    L'Oreal a transféré, en 2016, des USA à Johannesbourg, son centre de recherche sur les cheveux africains et les peaux noires...C'est tout dire....

     

     

    -Le racisme aujourd'hui: est-il d'origine coloniale ?

    Il s'agit là d'une question tabou. En revenir à la traite des noirs, au code noir, au colonialisme, à la façon dont les indiens, les noirs, les arabes ont été perçus dans l'histoire occidentale, puis à la façon dont le capitalisme a intégré la supériorité de l'homme blanc à l'homme de couleur… tout cela est tabou. Ce sont de " vieilles lunes ", disent certains intellectuels bien-pensants.
    C'est pourtant une question essentielle, mais que la société française, toutes classes sociales confondues, ne tolère plus. A tel point que " les Indigènes de la République " ont été analysés comme ressassant ces vieilles rengaines dépourvues de sens, et voulant la guerre civile.
    Il faut un interview d'Angela Davis dans le Monde du 16-1-2016, pour remettre à l'ordre du jour ces " vieilles lunes ". Elle souligne le fait que la France était un des principaux pays d'esclavage, et que les vestiges de cela sont nombreux. Il ne suffit pas, dit-elle, d'abroger l'esclavage et l'ordre colonial pour permettre aux individus qui en étaient les victimes de s'intégrer. Et elle évoque précisément " les indigènes de la République ". Daniel Lindenberg (le Monde du 19-1-16) dit que l'islamophobie triomphe " dans une certaine France qui n'a toujours pas digéré la décolonisation ". Véritable opprobre !
    Hanna Arendt lorsqu'elle avait écrit dans les années 50 " les origines du totalitarisme ", elle avait eu l'intuition que le colonialisme européen du 19ème siècle avait gravé dans la démocratie un " ferment totalitaire ", particulièrement en France et en Grande Bretagne.
    Pour que cette digestion du colonialisme se fasse, il aurait fallu selon Angela Davis, aux USA comme en France, construire une nouvelle démocratie, ce qui ne s'est pas fait ni dans un cas ni dans l'autre. Elle explique comment l'islamophobie s'est articulée aux USA avec le racisme envers les noirs et les latinos. Il en est de même en France. L'islamophobie est un vestige du racisme colonial, c'est le sens de l'interview.
    Dans le même journal, le même jour, une page est consacrée à un film de Nicolas Boukhrief qui ne sortira pas sur les écrans mais sera proposé en video " Made in France ". Pourquoi ? Boukhrief explique que son père, français-algérien, avait décidé de ne pas apprendre l'arabe à ses enfants en accord avec sa femme, et avait refusé d'en faire des musulmans (" Vous choisirez plus tard "). Mais un soir, il se fait ratonner et traiter de sale arabe. Son identité lui est renvoyé à la figure. Cela pouvait ouvrir la voie à la délinquance chez ses enfants. Profondément marqué, Boukhrief décide de faire un film lorsque Merah tue des enfants de 5 ans dans une école juive.. Il entend dans son entourage quelqu'un dire que c'est le résultat du conflit israélo-palestinien. Il s'insurge " ça n'a aucun rapport !". Mais il entend également un protagoniste dire " Tu crois que ça les (les israéliens) dérange de tuer des enfants en Palestine ? ". Et là, il est confondu.
    De plus il se souvient d'une phrase de Merah aux hommes du RAID, avant l'assaut final à Toulouse : " J'aime la mort comme vous aimez la vie ". Cette passion mortifère, maintes fois évoquée, est le résultat d'un désespoir total dans un monde qui n'offre plus aucune perspective aux jeunes. Si cette passion n'est pas surmontée, dit-il, elle peut déboucher sur " Viva la muerte " des franquistes, et l'assassinat d'innocents ou carrément l'assassinat antisémite.
    Boukhrief complète ainsi les propos d'Angela Davis. Aujourd'hui la protestation contre le racisme anti-arabe, devenu l'islamophobie, peut dégénérer, suite aux razzias d'Israël sur Gaza (ratonnades au centuple) en antisémitisme, et virer au fascisme.
    Mais qui attise le feu ? Claude Lanzmann, créateur du film la Shoah, bien connu depuis pour son arrogance, a publié un article Monde du 21-8-14, qui défie les principes d'honnêteté ! Il justifiait, en pleine guerre à Gaza en août 2014 le fait qu'un juif vaille 1000 arabes palestiniens, parce que, disait-il, " depuis la Shoah, les juifs ont appris la valeur d'une vie " !!! Il fallait oser l'écrire. Les russes, les chinois, les cambodgiens, les syriens, les irakiens, les libyens.. etc.... eux qui ont tous subi des centaines de milliers de morts, ne connaîtraient pas la valeur d'une vie ?!! Il n'y aurait vraiment que les juifs qui le sauraient !! A lui tout seul, Lanzmann fabrique des antisémites à tour de bras.
    Dans la société française d'aujourd'hui, il est inacceptable d'écrire ce qui précède; c'est inaudible. Par contre on peut entendre un Finkelkraut s'étonner de l'antisémitisme qui émerge des banlieues et dire que cela paraît incompréhensible aux yeux même des lanceurs d'alerte contre l'islamophobie…Cela ne le gêne pas d'écrire cela, et il feint la naïveté. Oui les faits sont apparemment déroutants. Pourtant, si l'on veut bien réfléchir un peu, leur explication semble limpide. Mais expliquer n'est cependant pas justifier.
    Face à cela, certains préfèrent disserter sur l'impossible intégration des musulmans, après avoir disserté sur celle des arabes. En France l'islam serait incompatible avec les lois de la République et la laïcité. En Israël les attentats palestiniens seraient la preuve de leur impossible intégration, et de la nécessité qu'Israël soit un Etat juif pur jus.
    Et " d'habiles faussaires " (expression de Lindenberg) ont concocté une laïcité aux petits oignons, qui n'a rien à voir avec la loi de 1905, faite pour réfuter le droit à l'existence de l'islam (un concept de laïcité pour marginaliser les musulmans, dit Angela Davis). On comprendra l'engouement de certains pour les caricatures de Charlie Hebdo, journal classé à gauche, mais islamophobe et raciste, porteur d'une laïcité " anti-religion ".
    Jean-Louis Bianco, président de l'Observatoire de la laïcité, écrit dans le Monde du 21-1-16, ceci : " Ceux qui dénaturent la laïcité sont ceux qui en font un outil antireligieux, antimusulman, (ils) prétendent que l'espace public est totalement neutre, comme si nous n'avions plus le droit d'avoir des opinions.. ". Il appelle cela la " laïcité intégriste ". Le journal Marianne se ferait le porteur de cette laïcité, selon lui.
    C'est ainsi que dans la France d'aujourd'hui il n'y a pas que l'abandon des classes populaires qui est à l'ordre du jour, mais l'abandon massif des sans-papiers, des réfugiés en tous genres, de ces étrangers que les patrons allaient chercher au Maghreb avant et après la dernière guerre mondiale, des roms, que l'on parque dans des camps sans eau, sans électricité, sans WC, sans douches, à même la boue, et à qui l'on offre des poubelles, comme à Grenoble, pour qu'ils nettoient le terrain d'où ils se feront expulser. Et l'on dira d'eux tous qu'ils sont sales, méprisables et bien autre chose…
    On en a fini avec les bidonvilles au début des années 60. Les voilà qui ressurgissent sous les pires formes dans un climat délétère : l'arrivée des réfugiés dans des conditions terribles va s'articuler avec un chômage de masse, et un racisme jamais éteint.
    S'étonnerait-on de la " jungle " à Calais, 5000 migrants sans aide de l'Etat… Il y en a 3000 à Dunkerque, et l'on parle d'ouvrir un camp humanitaire à la Grande-Synthe.. Le gouvernement veut effacer la jungle, mais des petites jungles existent déjà à Paris, quai d'Austerlitz, porte de Saint-Ouen, Bois de Boulogne .. Et dans toutes les villes, comme à Grenoble, mais ça n'est pas recensé.
    En Europe il existerait 393 camps fermés pour étrangers (site closethecamps.org mis en ligne en décembre 2015)
    La misère sociale grandissante est en train de se combiner avec les conséquences des guerres de destruction massive au Moyen Orient, et avec les effets de la Françafrique, celle-ci n'étant que la résurgence du colonialisme sous d'autres formes. Nous revoilà à la case départ.
    Mais comme personne ne veut discuter de la question du racisme en liaison avec notre histoire coloniale, certains causent laïcité.
    L'inénarrable Caroline Fourest se fend d'un article dans le Monde du 22-1-16 dans lequel elle déverse son venin habituel et demande la démission de Jean-Louis Bianco.
    En parallèle avec cet article, un historien de la laïcité, Jean Baubérot, intitule un article " Gare aux laïcards extrémistes " et indique que l'Etat n'a pas à contrôler les religions au nom de la laïcité. Et pour finir nous le citerons à propos des raccourcis d'Elizabeth Badinter et de l'intervention de Valls sur ce sujet :
    " Si on examine un peu froidement les choses, la situation devrait paraître ridicule : la liberté d'expression serait quasi absolue quand il s'agit de Charlie Hebdo et autres, critiquer Mme Badinter reviendrait à blasphémer contre la République ! Mais quand il s'agit de laïcité certains deviennent fondamentalistes et défendent le premier degré contre toute démarche de connaissance. La position que vient de prendre Manuel Valls face à l'Observatoire est dans la logique de celle où, refusant toute démarche de sciences humaines et sociales, il s'est récemment livré, sans doute à son insu, à une apologie de l'obscurantisme ". On ne peut mieux dire.
    Dans la situation où nous sommes actuellement où le sénat a voté à nouveau " l'état d'urgence " le 9 février, et où cette possibilité a été inscrite dans la constitution, il y a bien plus qu'un " ferment de totalitarisme " dans la démocratie, il y a une passerelle ouverte pour sa suppression grâce à ce qui fut la gauche. Une gauche gangrenée.
    AMC le 14-2-2016

     

     

    -Le racisme de Lanzmann août 2014

    Claude Lanzmann, bien connu pour son arrogance, publie un article dans le Monde du 21-8-14, qui défie les principes d'honnêteté ! Il justifie qu'un juif vaille 1000 arabes palestiniens, parce que depuis la Shoa les juifs ont appris la valeur d'une vie !!! il faut oser l'écrire. Les russes, les chinois, les cambodgiens, les syriens, les irakiens, les libyens.. etc.... eux qui ont tous subi des millions de morts, ne connaîtraient pas la valeur d'une vie !!! Il n'y aurait vraiment que les juifs qui le sauraient !! Lanzmann croit donc qu'il serait issu du "peuple élu"... Cet individu mérite le mépris.

    -Le fond de commerce de l'antisémitisme (janvier 2014)

    Une partie de la grande bourgeoisie, quand elle se prévaut en plus d'être juive, fait une utilisation très politique, frauduleuse (et même commerciale) de la shoah visant à transformer toute critique sociale venant des banlieues, ou toute critique coloniale, en antisémitisme. Le mot " antisémitisme " tend à devenir le fond de commerce idéologique de la bourgeoisie, particulièrement la bourgeoisie sioniste, laquelle vise aujourd'hui à interdire qu'on parle d'apartheid en Israël, de sionisme colonial, de suppression de l'Etat d'Israël au profit d'un Etat de la Palestine (avec juifs et arabes), d'Etat d'Israël despotique et religieux, de restitution des terres, de servage déguisé…

    Ce fond de commerce idéologique empêche qu'on puisse mettre un signe égal entre la shoah récente, et, par exemple, la traite des noirs et l'esclavagisme spécifiques dans les plantations sucrières qui a duré 3 siècles en Amérique latine et les Caraïbes, ou qu'on parle de l'extermination des indiens pendant plusieurs siècles en Amérique, ou de toute autre extermination... La shoah et " l'antisémitisme ", revu et corrigé, sont devenus, hélas, les pièces maîtresses des interdits moraux que la bourgeoisie brandit pour défendre ses intérêts, et soumettre les consciences, en se parant de la seule extermination industrielle des juifs, qui ne fut pourtant qu'une partie de ce qui fit " Minuit dans le siècle " au 20ème siècle. Or cette extermination se produit pendant celle bien plus importante des paysans, ouvriers et intellectuels russes dans les goulags par la méthode de la famine et des exécutions sommaires (évaluée aujourd'hui à 18 millions de personnes de 1926 aux années 80).
    C'est l'une des raisons pour lesquelles le silence est fait sur " les veines ouvertes " de l'Afrique, par les " couloirs Bolloré " qui maillent l'Afrique, par lesquels s'évacuent le pétrole, l'uranium, les diamants, l'or….vers la France et l'Occident.


    C'est l'une des raisons pour lesquelles le silence est fait sur la sauvagerie d'Israël contre les palestiniens et Gaza, sur la sauvagerie du FMI sur le Maghreb et le Machrek. Cela explique pourquoi les médias préfèrent parler de l'islamisme à tout va, et de son corolaire obligé " le terrorisme ", plutôt que de la misère et de la colère légitime des grandes masses de ces régions…..
    Tout ceci rend la situation réelle dans les banlieues totalement opaque, et fait régresser la compréhension des rapports sociaux avec les étrangers et les jeunes venant du continent africain entre autres, à un niveau jamais atteint de débilité intellectuelle. Ce fond de commerce idéologique renforce de ce fait la haine qui a été crée de toutes pièces entre les populations dites chrétiennes et les arabes dits musulmans. Derrière cela il y a des rapports de classes entre les exploiteurs et les exploités qu'il faut mettre en évidence.
    Dieudonné en fait ses choux gras en France, mais quand on se donne la peine d'écouter ses sketches, en faisant abstraction de ses outrances, on y trouve l'expression d'une lutte des classes féroce entre d'une part " les petites gens-chômeurs-jeunes-étrangers " et d'autre part la bourgeoisie industrielle et financière.
    En réalité ce dont parlent les grands bourgeois et fonctionnaires, surtout quand ils se maquillent en juifs (contre l'ensemble des juifs) et en sionistes, c'est de leur haine de classe.
    Il serait temps de ne plus hésiter à le dire. Il serait temps de ne plus faire semblant et de sortir d'un non-dit insupportable.

     

     

    Texte de HAME, rappeur de la Rumeur (2009)

    (Il faut lire ce magifique texte de ce jeune français d'origine maghrébine. Nous attendons du côté de Sarkozy celui qui écrirait dans un aussi beau langage. Ceci est un texte littéraire qui devrait se lire dans les Lycées)

    "Etre français, c'est avoir sa vie
    en France, et rien de plus"

    Dans la prose marécageuse de l'ineffable ministre de l'identité nationale et de l'immigration patauge une créature aux élans de camarade. Tous les quinze ou vingt ans, depuis les indépendances et l'éclatement de l'empire colonial, et au gré des cycliques désastres économiques et sociaux, elle s'extirpe de la vase pour venir se rappeler au bon coeur du commun des Français. Plus que jamais la voilà, armée d'un rameau de ronces au bout d'une main sèche, flagellant " l'éparpillement identitaire" et éructant dans tout le pays des mots vieux, épris et pétris d'haleine chauvine.


    Cette créature se met à traîner dans tous les plis de nos vies et menace : " Nous allons une bonne fois pour toutes fixer ce qu'être français veut dire. " Lancée comme une ogive aveugle à fragmentation - qui cependant sait parfaitement où elle doit frapper, la grande " consultation " de l'Etat sarkozyste sur l'" identité nationale" est partie pour n'épargner personne.


    Et désigner à la vindicte en particulier celles et ceux qui, une fois le débat clos, une fois réaffirmées aux frontispices de la nation les " valeurs républicaines " et la "fierté d'être français ", auront l'insigne déshonneur d'en être jugés étrangers ou réfractaires, incompatibles ou inaptes. Car c'est une frontière intérieure, un cordon de salubrité identitaire, désormais labélisée avec l'assentiment de l'opinion qui va nous être infligée de mains d'experts.
    Ce n'est hélas pas faire preuve d'imagination folle que d'anticiper l'issue du "débat ". Tant celle-ci se lit et s'entend déjà partout dans les médias de grande audience. Il y a de très fortes chances que nous assistions d'une part, au redéploiement d'une conception mythique, essentialiste,
    ethnocentrée de ce qu'est la France - avant .tout un pays européen de race blanche, de culture gréco-latine et de tradition chrétienne, point barre.
    Et d'autre part, à la mise au ban de ce qui n'est pas et ne sera jamais la France en des termes aussi peu neutres que rebattus. Les bandes ethniques, causes de toutes les insécurités, les familles polygames, leur marmaille circoncise et leur barbarie importée, les femmes qui se voilent, "s'emburqaïsent" et les hommes qui les y obligent entre deux inaugurations de mosquées, ou encore, ce rap qui tambourine les refrains criards de " la haine de la France "...
    Que sais-je encore ? Les historiens et philosophes de la cour sauront, à n'en pas douter, enrichir cette liste de nouvelles catégories. Le clivage aura en tous les cas la clarté de l'eau pure et le sens de la nuance des partitions d'extrême droite : d'un côté, la France, de l'autre, l'anti-France. Le corps sain, et l'appendice pathogène à oblitérer. Ceux qui méritent d'aller et venir d'une part, ceux qui doivent être frappés d'invisibilité d'autre part.


    Le débat sur l'identité nationale n'en est pas un. C'est une injonction à l'affirmation ethniciste de soi. Un blanc-seing collectif à l'apartheid qui vient.

    Etre français, c'est avoir sa vie en France et rien de plus. Cela ne s'interroge pas, mais se constate comme un botaniste constate-rait la poussée d'un bourgeon. Ce qui devrait se questionner en revanche, et de la plus forte des manières avant de le congédier, c'est l'identité de ce pouvoir qui nous mène au mur, son irrépressible cynisme, sa brutalité, sa morgue, lorsque dans les mêmes semaines, il aligne blagues racistes, rafles et expulsions d'Afghans dont il occupe le pays, relaxe pure et simple des policiers en cause dans la mort de Laramy et Moushin à Villiers-le-Bel. Deux adolescents niés et invisibles jusque dans la qualification des causes de leur mort.
    C'est d'ordinaire le sacerdoce des anges et des démons que de se mêler à la vie des hommes sans être vus. C'est la honte de cette République que de nous offrir, à nous enfants d'immigrés, cette affriolante perspective donc : vivre comme des démons, mourir comme des anges. Nous ne sommes pourtant ni l'un ni l'autre.

     

    -Le discours raciste. Exposé.

    (Le racisme est une forme dérivée de la lutte des classes. Il sert à détourner l'attention des vrais problèmes d'opposition sociale)

    LA CONSTRUCTION DU DISCOURS RACISTE AU COURS DE L'HISTOIRE
    JUSQU'A NOS JOURS. (Mars 2007.7p)


    INTRODUCTION :
    On assiste à la montée en puissance du racisme depuis 2001 dans les sociétés occidentales, mais ce racisme était déjà prégnant en France et en Europe. Aujourd'hui il s'agit essentiellement d'un racisme dirigé contre les musulmans, contre l'islam, contre les arabes. Toutes sortes d'autres racismes prévalent aussi dans le monde mais l'islamophobie est la principale caractéristique du 21ème siècle. Et c'est un racisme d'Etat, venu des Etats occidentaux, principalement des USA depuis le 11-9-2001.

    Il nous faut d'abord définir le racisme.
    L'encyclopédie Universalis nous dit, à travers la voix d'Albert Memmi, qu'il s'agit " de la peur de l'autre, venue du fond des âges, la peur de l'étranger, qui justifierait qu'on le haïsse et qu'on le tue "

    Autrement dit :
    Le racisme serait constitutif de l'être humain, de la nature de l'homme. La peur de l'autre et la méchanceté de l'homme auraient produit le racisme, et bien sûr tout ce qui s'en suit comme la guerre, comme toutes les atrocités qui existent.

    Commençons par une brève discussion sur ce problème. C'est devenu un cliché de dire que toutes les horreurs du monde proviennent de la nature de l'homme, et qu'il est vain d'espérer changer le monde parce que l'homme est par nature mauvais. Ce discours est tenu aussi bien par des croyants que par laïcs.
    Nous pensons que cette vision des choses est une rhétorique de conservateur visant à justifier les pouvoirs établis, les violences de classes, les inégalités, les guerres.
    Loin de vouloir prétendre que l'homme est bon par nature, nous disons : l'homme a autant de capacités à être bon qu'à être mauvais ; il est l'un et l'autre, et selon les circonstances c'est l'un ou l'autre qui se met à l'oeuvre.
    Les conservateurs n'ont crée aucun discours type propre à mettre en valeur un certain nombre de réussites humaines, et à les placer sur le compte de la mansuétude humaine. Jamais il n'est question de se féliciter de celle-ci. Jamais la mansuétude humaine ne fait partie de la nature humaine. Dans la nature humaine, il n'y a que la méchanceté !!

    Nous réfutons donc totalement la définition ci-dessus qui vise à pérenniser le racisme et à en faire une attitude humaine inéluctable.

    Nous disons : le racisme, en tant que théorie, est constitutif du pouvoir, il est le produit du discours de ceux qui ont pris le pouvoir, et qui, pour le garder, utilisent la devise " Pour régner, il faut diviser et faire peur ".

    Certains répondront de suite que le " pouvoir " est constitutif de l'homme. Faux. Il est constitutif de ceux à qui ont été déléguées des responsabilités, sans contrepartie de contrôle, par naïveté humaine. Or la naïveté ne relève pas de la bêtise mais de la mansuétude ! Les hommes s'organisent naturellement entre eux, créent des institutions, et si, par naïveté, par inexpérience, ils confient des tâches à certains, qui ne seront pas contrôlées, cette situation produira la possibilité pour ces derniers de n'écouter que leurs mauvais penchants. A l'inverse, des hommes qui doivent rendre compte et peuvent être démis de leurs fonctions au cas où, donneront le meilleur d'eux-mêmes. Dans l'histoire, cela a été le rôle de la démocratie directe, dans les petites communautés, de contrôler l'activité des hommes ayant pris des responsabilités. De la même façon, des communautés d'hommes (dites primitives par les occidentaux…) avaient pour principe de ne garder que de faibles surplus et les épuiser régulièrement dans des fêtes pour éviter aux mauvais penchants de l'homme de s'approprier à quelques uns un surplus sans contrôle.
    Tout ce que l'on peut dire est que les possédants (de petits groupes d'hommes) ont réussi dans l'histoire à s'approprier le pouvoir sans contrôle, ou avec des contrôles illusoires, pour mener à bien la seule tâche de garder leurs privilèges, et pour ce faire, de se donner le droit de mettre le monde à feu et à sang.
    Il a fut plus facile, historiquement, d'apprendre à posséder le pouvoir, que d'apprendre à contrôler les tâches humaines de façon démocratique, c'est notre conclusion. La rhétorique " les hommes sont mauvais, ou, tant qu'il y aura des hommes…" est fallacieuse et vise à conserver les pouvoirs et la société en l'état. La tâche essentielle des humains aujourd'hui est d'organiser ce contrôle, avant que les puissants ne détruisent la planète.


    Définition plus complète du racisme :

    Le racisme est le produit d'un discours construit par les institutions, politiques, religieuses (principalement le Vatican historiquement), par les Etats, par les classes dominantes, par certains partis politiques, par les médias, par la télévision….. en vue de diviser les hommes entre eux, de diviser les opposants, d'émietter toute révolte populaire éventuelle, pour pérenniser les pouvoirs en place..

    Ce discours est destiné à être intériorisé par chaque individu, pour devenir sa chose propre ; il est distillé par la rumeur publique, par les prises de parole, par les écrits ; il doit être répétitif, insidieux, constitué d'affirmations lapidaires non prouvées, afin de donner tous ses effets, lors d'une crise sociale, d'une révolte, d'une grève, d'un cataclysme… et à ce moment là il " apparaîtra " comme étant d'ordre religieux, ethnique, et comme faisant partie de la malfaisance humaine.
    En effet il peut, par la recherche du bouc émissaire, disloquer la solidarité des différentes parties d'un peuple, ou des peuples entre eux, contre les dominants, ou faire disparaître la solidarité de classe des petites gens contre la classe dominante.

    Il faut bien distinguer ici deux choses différentes.
    -la constitution du discours raciste qui est une construction rationnelle des dominants
    -et la réceptivité différente des individus face à ce discours: un faible de caractère, médiocre, du fait de sa vie personnelle et familiale, va intérioriser le discours plus facilement. C'est plus ce dernier problème qu'il faudrait sans doutes aborder de façon approfondie, que celui de la haine spontanée de l'homme vis à vis d'un autre homme, qui à mon avis n'existe pas spontanément. D'où l'intérêt, pour les dominants, de donner une instruction, des infos, des pub, qui tendent à soumettre l'homme, en vue de lui faire avaler n'importe quoi...


    La peur de l'autre n'est pas obligatoirement constitutive du genre humain :

    De la même façon que l'humain n'est ni tout bon ni tout mauvais, on peut trouver maints exemples historiques d'accueils spontanés chaleureux de l'étranger et d'absence de peur.
    Par exemple Christophe Colomb arrivant en conquérant dans les caraïbes, ce qu'il croit être l'Inde, à la fin du 15ème siècle, est reçu par un peuple chaleureux, qui loin de nourrir de l'appréhension, apporte eau et nourriture à ceux qu'ils voient exténués et malades de leur voyage. Colomb parlera de peuples gentils et…naïfs.
    Maints voyageurs ont raconté comment ils avaient fait le tour du monde et comment ils avaient été reçus par tous les peuples, en particuliers les pauvres, avec chaleur et curiosité.
    Dans les grands empires, qu'ils aient été d'Amérique centrale ou latine, ou par exemple les empires perses ou l'empire ottoman, on trouve des mosaïques de peuples, vivant côte à côte, ayant leurs langues, leurs coutumes, leurs religions, leurs habillements. Les conflits étaient plus des oppositions de classes, paysans contre féodaux, que des oppositions ethniques. Les peuples ont souvent collaboré, se sont mélangés, se sont complétés, par exemple les agriculteurs sédentaires échangeaient leurs produits contre des services d'élevage et de commerce par le éleveurs nomades.
    L'esclavagisme dans les sociétés anciennes était le fait des classes dominantes contre les peuples les plus fragiles.
    Mais la coexistence est mainte fois soulignée entre les peuples, telle cette frise de Persépolis en 518 avant JC, représentant les peuples de la Perse venant saluer le roi une fois par an : on y voit les mèdes, les arméniens, les turcs, les juifs, les draguiniens, les assyriens, les peuples de l'Indus et les perses proprement dits, discuter entre eux en attendant leur tour d'être reçus. Ou du moins, les artistes créateurs de la frise ont voulu laisser le message historique de l'entente des peuples dans la diversité, dans le royaume de Perse

    On pourra certes trouver des exemples contraires, mais souvent fondés sur les récits du danger de la conquête des occidentaux blancs. Soulignons que lors du dépeçage de l'empire ottoman, ce sont les Etats français et anglais qui conçoivent, après le gouvernement " jeunes turcs "(1) nationaliste, la formation d'Etats " ethniquement purs " et des découpages arbitraires de l'empire, contre l'immense espoir d'une nation arabe, englobant toutes les cultures et religions diverses du Moyen orient (les arabes sont en effet musulmans, chrétiens, druzes, juifs …etc). Les liens de solidarité vont commencer à être détruits au traité de Sèvres de 1923 et l'idée de Nation autour d'une seule langue, d'une seule religion et d'une seule culture va faire de ravages et se concrétisera autour de la perspective d'un Etat juif :Israël.
    Cette idée fera son chemin chez les colonisateurs : " diviser pour régner "

    Nous allons examiner comment se sont constitués les discours racistes autour de trois exemples.

    I)L'antisémitisme chrétien.

    Les racines de cet antisémitisme sont sûrement lointaines mais il se manifeste en Europe et au Moyen Orient entre autre dès la première croisade (1096-1099) où les juifs sont accusés de faire cause commune avec les hérétiques, les sarrazins, les turcs. Le pape Urbain II dira aux juifs qu'ils ont le choix entre " le baptême ou la mort ".
    Le concile de Latran de 1215 théorise cela. Les juifs sont déclarés déicides par le Vatican. Ils sont exclus de la propriété du sol et de certains métiers, comme les fonctions d'autorité. Ils doivent avoir des habits distinctifs et être reconnaissables car sont dangereux : une pièce ronde doit être cousue à leurs vêtements sur la poitrine, et ils doivent porter un chapeau pointu.
    Les juifs deviennent dès lors ouvriers, artisans, prêteurs d'argent. On les traite alors de fourbes et d'avares.
    En 1231, le premier tribunal d'inquisition est constitué pour lutter contre les hérésies (albigeois, juifs, mahométans)
    Au 14ème siècle, les juifs sont déclarés coupables de la peste noire, car maléfiques et pactisant avec les forces du mal. En 1348 à Saint André en Isère, un curé en chaire désigne les juifs responsables de cette maladie : il y aura 4 morts, ce qui n'est rien, car en 1349 le pogrom de Strasbourg fera 2000 morts pour les mêmes raisons. Des motifs plus cachés présidaient à ces pogroms périodiques : la nécessité d'éteindre les dettes par la mort du prêteur.
    Au 15ème siècle le pape ordonne aux juifs et musulmans de se convertir en Espagne ou de partir. Ils partent massivement vers le Maghreb, la Palestine, la Turquie.
    Luther, lors du schisme du 16ème, dira :" les juifs sont un fléau qu'il faut anéantir ". Les chrétiens protestants puiseront pour partie, là, leur antisémitisme, qu'on retrouvera dans l'attitude des églises protestantes en Allemagne sous le nazisme.

    Les dominants tirent partie de cette situation. L'un des frères SINGER, prix Nobel, dans son roman " Les frères Askénasi " met en scène en Pologne au 19ème siècle, les grands patrons du textile (qui peuvent être juifs eux-mêmes) qui, pour briser une grève, jetteront les ouvriers non juifs contre les ouvriers juifs pour les disloquer et empêcher la constitution d'un syndicat. Ils reprennent à leur compte l'idéologie de l'inquisition.

    La révolution française va donner la citoyenneté aux juifs et aux français, contre la notion de sujets soumis. C'est une conquête fondamentale mais réversible…

    En 1933, l'Etat allemand qui va devenir nazi, désigne de suite le bouc émissaire au chômage : les juifs. Et élabore à nouveau l'idée moderne d'Etat ethniquement pur par l'exclusion des juifs et l'idée de leur extermination (Le Monde diplomatique d'avril 2007 publie un article sur l'antisémitisme moderne conçu par les eugénistes américains dans l'entre deux guerres, dont FORD, connu pour ses liens avec les nazis). L'industrialisation permettra leur extermination industrielle. Les juifs sont traités d'accapareurs et de créateurs de misère parce qu'ils auraient accaparé l'économie et la finance…

    Pendant ce temps le régime de Vichy, comme les nazis allemands, reprend les dispositions du concile de Latran : l'étoile jaune cousue sur la poitrine, l'exclusion des juifs de certains métiers…continuation de la mémoire historique des dominants !

    Le grand capital prospère en même temps dans l'industrie d'armement. Les nations européenne et américaine, qui savent ce qui se passe dans les camps nazis, laissent faire (Lire " Fascisme et grand capital " de Daniel Guérin).

    L'antisémitisme renaît sans arrêt : par exemple le Président iranien qui rejette en 2006 et nie la Shoah aux motifs que les sionistes d'Israël s'en prévalent pour martyriser les palestiniens ! C'est la plus mauvais service jamais rendu à l'antisionisme !

    Et récemment les propos de Raymond Barre, à peine condamnés, prenant la défense du préfet
    Papon, en disant qu'il n'a fait que son devoir…
    Ne parlons pas de Le Pen et de ses amis.


    II)Le discours raciste contre les noirs.

    On connaît peu l'esclavage noir, existant depuis des siècles de l'Afrique noire à l'Arabie, par l'intermédiaire des marchands arabes, mais on connaît mieux l'esclavage noir perpétré par les européens dès le 16ème dans le commerce triangulaire, entre l'Europe, l'Afrique et les Amériques en vue d'alimenter en main d'œuvre les grandes latifundias sucrières des Amériques. Une partie du capital accumulé par les grands ports européens dans ce commerce sera investi dans les entreprises libres, dès lors qu'elles seront " délivrées " de la réglementation des corporations. Et ce sera l'ère industrielle qui commencera.
    On connaît " le code noir " élaboré sous Colbert en 1685 qui édicte la manière dont on doit traiter les noirs, à savoir comme des marchandises ou des meubles.
    Plus intéressante est la théorisation de l'infériorité noire par un grand philosophe allemand du 19ème, dont s'est inspiré Marx, à savoir HEGEL.
    Dans " La Raison dans l'histoire, ou l'introduction à la philosophie de l'histoire " de 1830 (collection 10-18), Hegel fait l'apologie du racisme anti-noir, au motif qu'il n'y a pas de civilisation écrite sur le continent noir.
    Au moment où la question de l'abolition de l'esclavage se pose et où la révolution noire en Haïti a donné la première République noire, Hegel, se fiant aux écrits des aventuriers occidentaux en Afrique et soucieux de propager l'idée de la supériorité de l'homme blanc, écrit :

    P 245 : l'Afrique est dans un état de barbarie et de sauvagerie qui l'empêche encore de faire partie intégrante de la civilisation…..C'est un pays dans l'enfance….enveloppé des couleurs noires de la nuit. ….cela tient à sa nature tropicale et à sa constitution géographique.

    P 250 : La conscience n'y est pas encore arrivée à l'intuition de quelque chose de solidement objectif, par exemple Dieu, la loi…. Pas de reconnaissance de l'universel

    P 251 : L'homme en Afrique c'est l'homme dans son immédiateté (pour Hegel, l'homme ne devient tel qu'en s'opposant à la nature) . C'est l'homme à l'état brut. Rien dans son caractère qui s'accorde à l'humain….état d'innocence…état d'inconscience de soi….

    P 259 : (après avoir évoqué l'anthropophagie)…une telle dévalorisation de l'homme explique que l'esclavage soit, en Afrique, le rapport de base du droit..

    P 269 : La condition des nègres n'est susceptible d'aucun développement, d'aucune éducation. Tels nous les voyons aujourd'hui, tels ils ont toujours été.
    Dans l'immense énergie de l'arbitraire naturel qui les domine, le moment moral n'a aucun pouvoir précis…..
    L'Afrique n'a donc pas, à proprement parlé une histoire…
    Elle ne fait pas partie du monde historique, elle ne montre ni mouvement, ni développement….
    Ce que nous comprenons sous le nom d'Afrique, c'est un monde anhistorique non développé… "

    On dira que ces écrits datent de 1830 ! Certes mais ils préfigurent et justifient le partage de l'Afrique en 1884 au congrès de Berlin, entre les nations européennes dominantes.
    A l'époque, d'autres pensées avaient cours. Mais l'Europe, première région industrielle, voyait, dans la supériorité de l'homme blanc, la preuve de son génie et de sa supériorité, pensée qui a toujours cours et sans laquelle Bush, soutenu par l'Europe, n'aurait pas entrepris de semer le chaos et la destruction dans les 2/3 de l'humanité.
    L'ère industrielle, génie de l'homme blanc, ou génie également de la barbarie ??

    (curieusement, Sarkozy a prononcé un discours très hégélien à Dakar fin juillet 2007:

    "Jeunes d'Afrique, vous devez pouvoir acquérir hors d'Afrique la compétence et le savoir que vous ne trouvez pas chez vous (....)(1)

    "Le drame de l'Afrique, c'est que l'homme africain n'est pas assez entré dans l'Histoire (...). Jamais il ne s'élance vers l'avenir(...). Dans cet univers où la nature commande tout, l'homme reste immobile au milieu d'une ordre immuable où tout est écrit d'avance (...). Il n'y a pas de place ni pour l'aventure humaine, ni pour l'idée de progrès (...)"

    Ensuite le journaliste résume: Pour Sarkozy la salut du continent ne pourra venir que du métissage, de l'assimilation de la part de civilisation laissé par l'histoire (la colonisation ?)" Le Monde du samedi 28 juillet 2007.

    (1) Si ces jeunes ne se noient pas dans la Méditerranée et s'ils obtiennent des papiers..! )


    III)De l'islamophobie traditionnelle à l'islamophobie moderne : expression de la pire des barbaries ?

    1)Le discours de l'Eglise.
    Entre 1096 et 1270 il y eut 8 croisades demandées par les papes et les rois chrétiens pour délivrer les lieux saints des turcs, plus précisément des seldjoukides. La 2ème croisade seulement fut victorieuse, puis les turcs chassent les européens, et les musulmans récupèrent les lieux saints après la 8ème croisade. Ils restent invaincus jusqu'à la bataille de Lépante du 16ème siècle.
    Un écrivain libanais raconte les croisades vues par les arabes, Amin Malouf. Les chrétiens représentent des hordes barbares pour les arabes.

    Se constitue alors au sein de l'église un discours contre les " mahométans " et leur prophète, comme étant schismatiques, hérétiques, fourbes. Et Mahomet est déclaré " faux prophète " et imposteur.
    Edward Saïd , grand intellectuel palestinien devenu américain, fait le procès de " l'orientalisme " en 1980, c'est-à-dire le procès de la façon dont les occidentaux voient les arabes et les musulmans. Il le fait au travers de l'étude de la littérature occidentale. C'est ainsi qu'il voit en Dante Alighieri l'intellectuel de l'Eglise (1265-1321). Ce fut un poète italien, célèbre par sa " Divine Comédie ". Sa vision de l'enfer est conforme aux préjugés de l'époque et de la pensée de l'église.
    Dante visite l'enfer et y rencontre une multitude de gens, dont les pires se trouvent être avec Satan lui-même : Mahomet et Ali au chant 28. Ce sont des fauteurs de schismes, des traîtres, des semeurs de scandales. Ils sont condamnés à être éternellement pourfendus de la tête aux pieds. Dans les limbes on y trouve ceux qui sont dans " le désir éternellement insatisfait de voir Dieu " (chant 4), c'est-à-dire les grands philosophes Avicenne (980-1037), Averroes (1126-1198), avec Socrate, Platon, Saladin (qui vainquit les chrétiens dans les croisades)….. !
    Averroes, condamné par les prêtres de l'université de Paris, a écrit le magnifique texte " Discours décisif " qui explique que la philosophie n'est pas contradictoire avec le texte divin, car le prophète a précisément pris soin de laisser son message ouvert pour permettre aux hommes la liberté d'interprétation. Une telle pensée au 12ème siècle est éminemment moderne.
    Lorsque les caricatures de Mahomet sont intervenues, de nombreux musulmans y ont vu une résurgence des écrits du 13ème siècle venus de l'Eglise et de ses proches.


    2)Le discours occidental colonial.
    Les pays arabes vont faire l'objet de la colonisation occidentale, l'Algérie en 1830, puis l'Egypte et le Soudan. Viendra ensuite le dépeçage de l'empire ottoman. Se superposera au discours islamophobe traditionnel, le discours colonial sur l'infériorité de la civilisation arabe, son archaïsme, l'impossible cohabitation des communautés du Moyen Orient, la violence religieuse, la mauvaise gestion de l'agriculture, toutes choses éminemment fausses sur lesquelles nous n'allons pas insister.
    Concernant le Moyen Orient, la question qui se pose aux anglais et aux français est :comment éviter à tout prix l'unité arabe dans cette région.
    Le choix d'un découpage arbitraire de la région et des mandats sera fait (mandat anglais sur l'Irak et la Palestine, mandat français sur la Syrie et le Liban, dont les frontières sont taillées à la règle). Et le pire : " le choix de l'Etat d'Israël ", pour faire semblant de satisfaire aux exigences des sionistes bien avant le désastre du nazisme, alors qu'il s'agissait d'un choix politique calculé. Ceci constitue une incongruité au Moyen Orient où les Etats et empires n'ont jamais été homogènes culturellement et religieusement. De plus l'existence d'Israël entérinera la plus grande expulsion des terres de leurs habitants, après celle des indiens d'Amérique.
    Enfin les colonisateurs vont instituer le communautarisme, dont c'est l'occasion pour nous de le définir. Il s'agit du droit légal donné à une communauté de définir la loi pour la communauté au niveau du statut civil (mariage, famille, héritage). Aucune loi nationale ne régira les rapports entre individus, valable pour tous les individus. C'est rigidifier des coutumes existantes, en l'absence de centralisation étatique, lors du passage à un Etat constitué sur le mode occidental.
    Le communautarisme n'est donc l'enfermement autour d'une référence religieuse ou culturelle, ou le refuge auprès de sa communauté culturelle, c'est l'inexistence voulue d'un droit civil valable pour tous les citoyens, qui fonde une partie de leur égalité. Ceci est le fait des colonisateurs anglais et français au début du 20ème siècle, cent ans après l'institution du droit civil en France par Napoléon. L'objectif est clair : diviser la population, opposer des communautés entre elles, susciter le racisme entre elles, et se réserver le droit de les montrer du doigt en les traitant de " communautaristes ". Ceci dans le but d'avoir un prétexte constant pour intervenir dans ces Etats.
    L'invective très unanime de " communautaristes ", toutes tendances politiques confondues, en France par exemple, aujourd'hui , est coutumière.
    Les français ont ainsi doté le Liban d'une constitution en 1926 qui reconnaît le communautarisme et l'inscrit de plus dans le fonctionnement du parlement et du gouvernement. (voir Nadine Picaudon : La Déchirure libanaise )

    En Algérie, la France, pays des droits de l'homme, interdira la citoyenneté aux algériens, pourtant répartis dans 3 départements français, et ceci jusqu'à la fin de la guerre en 1962. La situation d'indigènes, de sous-hommes dans leur propre pays, des algériens constituera une humiliation historique fondamentale. Jusqu'en 1962, les algériens en France et en Algérie seront des indigènes, puis des fellaghas, et des ratons…. C'est ainsi qu'on crée des situations historiques qui ne peuvent s'effacer de la mémoire..


    3)Constitution du discours moderne étatique post colonial.
    Ce racisme d'Etat, anti-arabe, anti-musulman, va trouver des relais et des appuis dans certains partis et les grands médias. Le meilleur travail à ce sujet est certainement constitué par le livre de Thomas DELTOMBE, L'Islam imaginaire. Il relate la construction médiatique de l'islamophobie de 1975 à 2005 à la télévision sous la responsabilité des autorités de l'Etat.
    Cette construction découle naturellement de la période coloniale mais elle offre surtout un bon dérivatif à toutes les victimes du chômage depuis la fin des dites Trente glorieuses. Si ce racisme est relayé par l'extrême droite, Le Pen en France, il est entretenu, construit, renforcé par les autorités étatiques, entre autres dans les lois contre l'immigration :
    En 1974, fermeture des frontières contre les immigrés
    1982 : obligation d'un visa, d'un certificat d'hébergement, d'une couverture bancaire : ceci touche évidemment particulièrement les populations du Maghreb.
    1983 : les OS de Flins en grève sont traités d'intégristes
    1986 : 1ère loi Pasqua contre l'immigration. Evocation des seuils de tolérance.
    1993 : réforme du code de la nationalité par Pasqua
    1989 à 1994 : les débuts de la mise en place d'une affaire du Voile islamique….
    1996 : lois Debré
    1999 : lettre aux Préfets par Chevènement du 10-12-99 : aggravation des conditions d'obtention de la carte de séjour, et contrôles accrus.
    2000 : Bruno Mégret s'attaque à Chevènement et à son bilan dans un document célèbre publié sur internet. Emploi des mots : Immigration/invasion, ou " les populations des banlieues ne sont pas le peuple français ", " l'islamisation de la France " : " c'est la colonisation, la balkanisation du pays…ou " l'islam n'est pas soluble dans la société française et la civilisation européenne ".
    L'Europe n'a-t-elle pas dit la même chose à propos de la Turquie ?

    La liberté de circulation des capitaux dans les années 80 donne tous ses effets en matière de concurrence dévastatrice (délocalisations, fermetures d'entreprises, précarité, nouvelle pauvreté…), donc il faut un bouc émissaire. L'attention se focalise sur l'immigration.
    Par ce dérivatif, il faut faire oublier le fossé entre ceux qui ont tout et ceux qui n'ont rien.

    A juste titre les jeunes d'origine étrangère précarisés se sont comparés à des indigènes : les " indigènes de la République ". Toutes les bonnes âmes se récrieront avec colère, y compris dans le camp des anticolonialistes, qu'il y a abus de langage, oubliant ainsi l'effrayante humiliation qui se perpétue à travers la précarité de vie imposée à ces français qu'on ne reconnaît pas comme tels.


    4)Le 11 septembre 2001 : L'islam terroriste.
    A partir de l'horreur du 11 septembre, on ne fera plus dans la finesse. Il eût fallu l'inventer si cet attentat ne s'était produit, pour en finir avec toutes les libertés démocratiques.
    Les exécutants de cet attentat dont on ne sait toujours pas par qui ils ont été manipulés, bien qu'Al Quaïda trouve son origine dans la CIA et qu'en 2003, Ben Laden aurait encore rencontré un responsable de la CIA (cf Alger Républicain de mai 2007, renseigné par le réseau Voltaire), courent toujours.
    L'islam est déclaré être le mal absolu, tandis que le bien serait du côté de l'Occident chrétien. Telle est l'idéologie de l'administration américaine incarnée provisoirement par Bush. Il y aurait " eux " et " nous " : " Eux " : l'ensemble des résistants musulmans et arabes :afghans, irakiens, palestiniens, libanais, iraniens, somalis….tous confondus dans les qualificatifs non définis d'intégristes, islamistes, fondamentalistes, musulmans, terroristes, mais plus généralement les humains du tiers monde, qui seraient tous candidats au terrorisme, tandis qu'on ne dit pas un mot du terrorisme d'Etat qui est devenu pourtant l'essentiel de la politique étrangère de l'Occident (2)
    " Le choc des cultures " est devenu le plat quotidien d'une majorité d'intellectuels et de politiques. L'abêtissement de la réflexion intellectuelle fait se demander où sont passés les grands défenseurs des Lumières… : Pratique des amalgames, nouvelle affaire du " voile " en 2003, manipulée par l'extrême droite avec l'appui des laïcs qui ne connaissent pas la loi de 1906 sur la laïcité, loi anti-voile votée par tous les partis (union sacrée contre l'islam), confusion entre intégration et assimilation, retour en force des sottises sur le communautarisme, confusion entre les faits de résistance et le terrorisme, pauvreté du discours, du langage et des mots, dégénérescence de la démocratie, transformation d'une partie de la police de Sarkozy en gestapo contre les enfants des immigrés et leurs parents (cf l'action de RESF)….

    C'est le TRIOMPHE DES PREDICTIONS DE L'ECRIVAIN GEORGES ORWELL.

    Le tout couronné par la proposition de Sarkozy sur un ministère de l'identité nationale, dans la droite ligne des idées de Le Pen et Mégret : Il s'agit de définir ce que doit être un bon français : tout sauf un immigré, un noir, un arabe, un musulman…..


    Le discours raciste va-t-il emporter ce qui fut le berceau des idéaux socialistes et communistes ? Le berceau de l'internationalisme ? Tout cela parce que le capitalisme est parvenu à constituer et protéger une aristocratie salariale occidentale sur la base du pillage des pays non occidentaux, ce que Marx observait déjà dans la deuxième moitié du 19ème siècle.


    (1)C'est le gouvernement " jeunes turcs " qui, après avoir déposé le sultan, entre 1909 et 1915 élaborera une théorie nécessaire à l'extermination des arméniens, généralement cultivés, artisans aisés, contestataires de la dictature. La Turquie ne reconnaît toujours pas le génocide arménien de 1915.
    (2)Les dominants n'envisageront cependant pas de s'en prendre violemment au gouvernement musulman du Soudan qui extermine les chrétiens noirs du sud ouest au Darfour


    QUELQUES ELEMENTS DE BIBLIOGRAPHIE SUCCINTE…

    -Edward SAÏD, L'orientalisme, l'Orient crée par l'Occident, Seuil, 1980 (en anglais 1978)
    (livre de base pour comprendre comment l'Occident s'est construit un Orient imaginaire subalterne à travers la littérature)
    -Rosa Amelia PLUMELLE-URIBE, La férocité blanche, Albin Michel, 2001
    (l'auteur décrit la hiérarchisation raciale construite par l'Europe, de la conquête de l'Amérique, à la traite des noirs, jusqu'au nazisme, véritable débâcle morale selon elle)
    -Thomas DELTOMBE, L'Islam imaginaire, la construction médiatique de l'islamophobie de 1975 à 2005, La Découverte. 2005.
    (l'auteur montre comment le petite écran, et quelques grands médias, au service du pouvoir, a fabriqué un islam imaginaire au profit des politiques sécuritaires)
    -Georges CORM, Le Liban contemporain, La Découverte, 2005.
    (l'auteur insiste sur la tradition pluraliste du Moyen Orient issu de l'empire Ottoman, entre autres le Liban et la Palestine, contrariée par la colonisation et aujourd'hui par la politique USA/Israël, qui, pour dominer, organisent et prêchent depuis toujours le regroupement confessionnel : base du chaos actuel )
    -Yves Ternon, Empire Ottoman, Déclin et Chute, Ed du Félin, 2002
    (livre d'histoire, références historiques)
    -Mohamed-Chérif FERJANI ; Islamisme, Laïcité et Droits de l'homme , L'Harmattan. 1991
    (l'auteur réfute l'islamisme comme produit du despotisme et se prononce pour le libre examen, la pensée critique, le droits de l'homme)
    -Yann Moulier BOUTANG, La Révolte des Banlieues ou les Habits nus de la République, Ed Amsterdam. 2005
    (l'auteur critique entre autres le racisme caché des intellectuels qui se sont tus et critique la République qui voudrait en finir avec les références identitaires au nom de l'intégration)

    -Philippe VIDELIER, Nuit turque. Gallimard, 2005.
    (Récit d'un génocide d'Etat au nom d'un racisme d'Etat)

    -Louise LAMBRICHS, Nous ne verrons jamais Vucovar. Ed Philippe Rey, 2005
    (une autre lecture du conflit des Balkans contre les mensonges d'Etat. L'auteur juive voit dans l'extermination des musulmans à Sebrenica la suite logique de l'extermination des juifs dans l'Allemagne nazie)
    -Zygmunt BAUMAN, Modernité et holocauste, La Fabrique, 2002 (en anglais 1989)
    (passage du racisme à l'extermination industrielle dans un monde déshumanisé par la technologie et la bureaucratie. L'auteur dénonce le mythe de la civilisation européenne émancipatrice)

    -Jacques MONNOT, Le drame du Sud-Soudan, Chronique d'une islamisation forcée, L'Harmattan, 1994 (L'auteur raconte d'abord comme les anglais ont systématisé en 1899 l'opposition du sud chrétien au nord musulman esclavagiste, non pas pour des raisons humanitaires pour des raisons de domination sur le bassin du Nil )

    -AVERROES, Ibn Rushd, Le discours décisif, Fasl Al-Maqal, 1150 ? Publié chez Flammarion, 1996. (remarquable plaidoyer en faveur de la philosophie, et du libre examen, non contradictoire avec la Révélation. Lecture difficile)
    -DANTE, La Divine Comédie, l'Enfer, 1355, Flammarion 2004.
    (Mohomet en enfer..)
    -Jean CHELINI, Histoire religieuse de l'Occident médiéval, Hachette, 1991.
    (intéressant sur l'antisémitisme chrétien. Rien ou presque sur les musulmans)

     

    -Hortefeux, sa condamantion et sa notion de "polygamie de fait"

    Hortefeux, en tant que Ministre de l'intérieur, a été condamné pour injure raciale contre les arabes le 4 juin 2010, il a fait appel, mais le fait est là. Un ministre de l'intérieur condamné. C'est l'Etat français sarkozyste qui est condamné.

    Mais mieux, il veut faire légiférer sur la "polygamie de fait" à cause des quatre compagnes d'un français d'origine maghrébine, dont l'une est sa femme, et dont une autre est habillée toute en noir !. En droit il n'est pas polygame mais qu'importe, il ne cache pas ses compagnes qui vivent dans le quartier, et celles-ci sont satisfaites de leur sort. On ne peut guère s'en féliciter, mais on ne va pas leur dire comment elles doivent se comporter vis à vis d'un macho si elles en sont heureuses !!! On peut simplement dire qu'elles sont aliénées.

    Hortefeux voudrait rétablir le caractère péremptoire de l'adultère dans le divorce pour faute en droit civil, supprimé en 1975 ?. Il faudrait même aller plus loin et faire de l'adultère une cause de déchéance de la nationalité ? En attendant on en ferait une cause de suspension des prestations sociales ? Comment fonder cela en droit ?? Les juristes vont rie au nez de Hortefeux si ce n'est déjà fait ! Mais allons y, faisons donc une République cléricale chrétienne !

    Allons plus loin : Ces quatre femmes ont chacune 3 enfants et elles touchent comme chaque femme seule et sans travail des prestations sociales. Elles ont chacune leur appartement. Le propos de Hortefeux est le suivant " Il y a abus d'utilisation du système d'aides sociales, pour le compte d'un homme" (qui rappelons le a une épicerie). Et le compte a été fait, il a été versé à ces 4 femmes 175000 euros en 3 ans. Soit 53333 euros pour un an à 4, soit 14583 euros pour chacune d'elle, soit 1215 euros mensuels par femme. C'est une fortune !!! Capable d'enrichir un homme !! Hortefeux veut-il dire que les femmes seules touchent encore trop ou que les musulmanes font trop d'enfants ??

    Mais mieux, il a été calculé par les services de Hortefeux que si elles avaient toutes vécues sous le même toit, il ne leur aurait été versé que 88000 euros !! Donc il y a un trop versé ! Le Ministre de l'intérieur reproche à ces quatre femmes d'avoir dû payer un loyer alors qu'en fait elles auraient dû vivre ensemble en "concubinage".... ? C'est incroyable, la duplicité, le racisme, la haine dont fait preuve ce monsieur, ainsi que tous les compères qui travaillent avec lui...... Combien de ministres, députés et gens de la haute payent un appartement à leur maîtresse en plus du leur !

    On aura tout vu et tout entendu dans ce pays!

    (Sources le Monde du 11-6-2010)

     

    -Le racisme ambiant, à commencer par Sarkozy

    Sarkozy, le 26 juillet à Dakar, a prononcé un discours qui fera date dans l'histoire du racisme occidental. Ce discours, préparé par Henri Guaino, disait en substance :"La drame de l'Afrique, c'est que l'homme africain n'est pas assez entré dans l'histoire (...). Jamais il ne s'élance vers l'avenir (...). Dans cet univers où la nature commande tout (...), il n'y a de place ni pour l'aventure humaine ni pour l'idée de progrès".

    Achille Mbembé, universitaire du Cameroun, a souligné que "l'armature intellectuelle qui soustend la politique africaine de la France date de la fin du 19ème siècle" (Le Monde du 24-8-07). Non, du début du 19ème !

    La théorisation de l'infériorité noire est le fait d' un grand philosophe allemand du 19ème, dont s'est inspiré Marx, à savoir HEGEL.
    Dans " La Raison dans l'histoire, ou l'introduction à la philosophie de l'histoire " de 1830 (collection 10-18), Hegel fait l'apologie du racisme anti-noir, au motif, entre autres, qu'il n'y a pas de civilisation écrite sur le continent noir (!).
    Au moment où la question de l'abolition de l'esclavage se pose et où la révolution noire en Haïti a donné la première République noire, Hegel, se fiant aux écrits des aventuriers occidentaux en Afrique et soucieux de propager l'idée de la supériorité de l'homme blanc, écrit :

    P 245 : l'Afrique est dans un état de barbarie et de sauvagerie qui l'empêche encore de faire partie intégrante de la civilisation…..C'est un pays dans l'enfance….enveloppé des couleurs noires de la nuit. …cela tient à sa nature tropicale et à sa constitution géographique.

    P 250 : La conscience n'y est pas encore arrivée à l'intuition de quelque chose de solidement objectif, par exemple Dieu, la loi…. Pas de reconnaissance de l'universel

    P 251 : L'homme en Afrique c'est l'homme dans son immédiateté (pour Hegel, l'homme ne devient tel qu'en s'opposant à la nature) . C'est l'homme à l'état brut. Rien dans son caractère qui s'accorde à l'humain….état d'innocence…état d'inconscience de soi….

    P 259 : (après avoir évoqué l'anthropophagie)…une telle dévalorisation de l'homme explique que l'esclavage soit, en Afrique, le rapport de base du droit..

    P 269 : La condition des nègres n'est susceptible d'aucun développement, d'aucune éducation. Tels nous les voyons aujourd'hui, tels ils ont toujours été.
    Dans l'immense énergie de l'arbitraire naturel qui les domine, le moment moral n'a aucun pouvoir précis…..
    L'Afrique n'a donc pas, à proprement parlé une histoire…
    Elle ne fait pas partie du monde historique, elle ne montre ni mouvement, ni développement….
    Ce que nous comprenons sous le nom d'Afrique, c'est un monde anhistorique non développé… "

    Que nous dit Sarkozy ?? A peu près la même chose. Il faudrait que l'homme noir considère, entre autres, que la nature doit être dominée pour aller vers le progrès: c'est l'idée même de l'industrialisation capitaliste.

    Les écrits de Hegel datent de 1830 ! Mais Sarkozy les remet à l'honneur. Les dominants n'ont aps progressé, ils sont devenus barbares.

    Ces écrits préfigurent et justifient le partage de l'Afrique en 1884 au congrès de Berlin, entre les nations européennes dominantes.
    A l'époque, d'autres pensées avaient pourtant cours. Mais l'Europe, première région industrielle, voyait, dans la "supériorité" de l'homme blanc, la preuve de son génie. Cette pensée a donc toujours cours. Sans elle, Bush, soutenu par l'Europe, n'aurait pas entrepris de semer le chaos et la destruction dans les 2/3 de l'humanité.
    L'ère industrielle, génie de l'homme blanc, ou génie également de la barbarie ??

    janvier 2008

     

    2-5-08 : On sait bien que le Ministre Hortefeux rêve la nuit d'accélérer les expulsions. Son ministère est-il raciste ??

    Mr Gautier-Béranger, du ministère de l'émigration, s'est fait épingler dans une grande surface, Carrefour, pour son racisme, lorsqu'un responsable noir de la sécurité est venu contrôler son chèque de 500 euros : "Sale noir, touche pas à mes papiers" (relaté par des témoins). Il nie bien sûr. Hortefeux va devoir se séparer d'un fidèle collaborateur avec des larmes. Carrefour, solidaire du monsieur qui ne veut aps faire des excuses, fait pression sur son salarié pour qu'il retire sa plainte !!

    La lecture du "Discours contre le colonialisme" d'Aimé CESAIRE (1950), est plus que jamais à l'ordre du jour.

     


    -Lois raciales en Italie: retour du fascisme

    2 juillet 2009: une honte pour l'Europe mais tout est fait pour que cela passe inaperçue ... Le parlement européen ne s'en émeut pas, ni la gauche bien sûr.. seuls quelques intellectuels italiens signent une pétition très explicite mais pas violente !

    (Courrier international du 16 au 22 juillet p12)

    Le 2 juillet, le Sénat adopte définitivement la loi sur la Sécurité et l'immigration proposée par le Ministère de l'intérieur, Roberto Maroni de la Ligue du Nord.

    -établit un délit d'immigration clandestine passible d'une amende allant jusqu'à 10000 euros assortie de l'expulsion immédiate. 6 mois dans les centres de rétention (contre 2 jusqu'à présent). Donc chasse à l'homme probable vu le nombre d'immigrés cladestins, de roms, de femmes des pays de l'est dites "badantis" !

    -Obligation de la présentation d'un permis de séjour ou d'un passeport pour déclarer la naissance d'un enfants à l'état civil (les organisations des droits de l'homme et le vatican ont émis des protestations !!!). Les enfants ainsi nés seront les enfants de peronne. Ils seront enlevés à leur mère à la naissance et mis entre les mains de l'Etat. Les lois fascistes en 1938 ne privaient pas les mères juives de leurs enfants....

    -Interdiction des mariages mixtes

     

    Lois raciales en Grèce juillet 2009

    (Courrier International,même page)

    Lois votées en catimini. Seule Amnesty International proteste, de même que des avocats.

    -Détention provisoire pour les immigrés: passe de 3 à 12 mois. Centres de rétention dans les anciens camps de l'armée.

    -Renvoi dans le pays d'origine pour les dits "dangereux".

    -Délocalisation des autres immigrés dans d'autres villes inconnues d'eux

    -Multiplication des contrôles d'identité...au facies.

     

    Sarkozy attend son tour ? Chasse à l'homme en Europe sous l'oeil négligent du parlement !

     

    -discriminations contre les minorités

    Tous les violents conflits nationaux ou guerres civiles de ces dernières années sont nés du refus des gouvernements centraux de prendre en considération l'égalité des droits entre populations diversifiées qui vivent dans un même pays:

    *conflit yougoslave: droits des albanais et autres populations non reconnus (problèmes d'égalité à l'embauche, à l'entrée des écoles et universités, problème de non respect des langues et religions etc)

    *tigres tamouls discriminés au Sri Lanka

    *Ouigours discriminés au Xinjiang par rapport aux chinois Hans

    *Les musulmans du sud en Thaïlande discriminés par rapport aux Thaïs.

    *Tibétains discriminés en Chine.

    ........................

    Ces discriminations entretiennent des divisions de la population face au pouvoir central et font le jeu de ces derniers. Elles sont soigneusement utilisées par la communauté internationale pour préconiser des visées séparatistes enfin de faire émerger des "nations ethniques" (conflit yougoslave), dans le même temps où l'on clame les bienfaits de la mondialisation...

    Face à cela, aucune riposte intellectuellement de haut niveau par ce qui pourrait être une gauche internationaliste, reconnaissant l'égalité entre toutes les cultures...et la richesse de la diversité.

    juillet 2009

     

    -Islamisme

    (voir la rubrique à cet effet)

     

    -le racisme contre les musulmans au travers des calomnies contre l'islam

    Loin de nous de défendre une quelconque religion, qu'il s'agisse de l'islam ou de n'importe quelle autre religion. Mais il nous apparaît évident que le racisme passe aujourd'hui par les accusations fausses portées contre certaines religions, l'islam évidemment, depuis la colonisation du Magrheb mais surtout les feux lancés par Bush en 2001. C'est pourquoi il nous est apparu utile de lire le Coran comme la bible d'ailleurs, où l'on trouve beaucoup de fondements idéologiques de notre civilisation occidentale.

    Il ne se passe pas de semaine sans que l'islam nesoit passée au crible de la critique. C'est encore mieux si cela vient d'un arabe, censé mieux que quiconque connaître l'islam. Généralement la critique passe par la charia; vue comme un corps de préceptes moyennageux inacceptables. Dans le Coran la charia est une discipline intérieure. Dans les interprétations des courants fondamentalistes qui lisent les textes de façon primaire et littérale, on tente de s'inspirer des traditions d'époque pour extraire des directives absurdes; par exemple "oeil pour oeil, dent pour dent", qui est également présent dans la bible. A côté du Coran sont nés ainsi des corps de préceptes et lois religieuses qui ont fait l'affaire des dictateurs en tous genres. Mais qui n'ont rein à voir avec le Cora,.

    Le 31-8-10, dans le Monde, on trouve un horrible article d'un dénommé Abdennour Bidar, qui en plus est professeur de philo en classes prépa à Sophia-Antipolis !! Le voilà parti sur "la pulsion totalitaire de la religion islamique, la violence intrinsèque à l'islam" etc etc. Cet individu est incapable de faire des distinctions entre la réalité de la religion islamique (Coran plus ajourts de commentaires), les errances de certaines sectes, les interprétations des fonctionnaires iraniens, ou saoudiens, ou soudanais...qui ont repris les plus indignes pratiques ancestrales des hommes contre les femmes: la lapidation entre autres. Le dénommé Bidar fait de la lapidation un élément de l'islam. Or il s'agit d'une pratique très ancienne de tout le bassin méditerranéen, toutes religions confondues (qu'on trouve dans la bible), que les despotes iraniens ont fait entrer dans le droit pénal !.

    Les pires fonctionnaires d'un Etat despotique ont intérêt à se servir d'une religion d'Etat, façonnée par eux pour tenir le peuple dans une terreur permanente. Il n'y a pas besoin d'être grand clerc pour comprendre ce mécanisme. Exactement comme les "communistes " soviétiques ou chinois, ou cambodgiens... ont fait du marxisme un moyen de justifier les assassinats, l'emprisonnement, la disparition, les camps d'extermination....

    Honte à ces gens qui utilisent les menaces qui pèsent sur la jeune femme iranienne Sakineh, pour en rajouter sur l'islam dans le but de nous faire croire un peu plus qu'il y a effectivement un choc irrémédiable entre deux civilisations opposées: l'Occident et .....l'Islam !!! Bien sûr les horreurs de l'Occident (entre autres les ravages faits dans les pays irakiens et afghans) restent dans l'ombre...

    Le 1-9-10

     

     

     

     

     

    -Les peuples autochtones et l'Etat canadien.

    Le Canada ne reconnait pas les droits des peuples autochtones. N'a jamais signé la charte de l'ONU sur ces droits.

    En effet, le Canada n'aurait pas de passé colonial !!! Incroyable mais vrai

    5% de la population sont des amérindiens parqués, méprisés, à qui l'Etat vole les terres.

    Le racisme de la police et de la justice à leur égard vaut celui des USA.

    (entendu à France info le 26-11-09 : un journaliste indigné)

     

    -Le débat sur l'identité nationale: débat de la honte disent les journalistes Pleynel et Genestar (novembre 09)

    Objectif de ce débat : extrémiser la droite en direction de Le Pen.

    "Dégage sale arabe ", contre une étudiant de Sciences po basané, a fait le tour des médias...

    On veut bien des travailleurs émigrés mais pas de leurs familles.

     

    -Suisse

    On a voté à 47% pour qu'il n'y ait plus de construction de minarets en Suisse le 29-11-09. Honte aux Suisses, ne plus y mettre les pieds !

     

     

    -Discours humaniste (!) de Sarkozy

    Mr Sarkozy a dit ceci le soir de son élection :

    "Je veux lancer un appel à tous ceux qui, dans le monde, croient aux valeurs de la tolérance, de la liberté, de la démocratie, de l'humanisme, à tous ceux qui sont persécutés, par les tyrannies et les dictatures. Je veux dire à tous les enfants à travers le monde, à toutes les femmes matyrisés dans le monde, je veux leur dire que la fierté, le devoir de la France sera d'être à leurs côtés".

    Mr Sarkozy peut-il se déjuger et ordonner le contraire aujourd'hui ? Oui puisqu'il a fait disparaître cette belle envolée de son site de l'Elysée (le Monde du 31-10-09. Chronique de Frédéric Lemaître) !!

    Le jour de l'expulsion des trois afghans, le haut commissaire aux réfugiés ne disait-il pas qu'il était "vraiment nécessaire pour les pays de maintenir leurs portes grandes ouvertes à ces victimes se trouvant en situation de réel besoin de protection internationale" ? Mais il n'avait plus la caution de Sarkozy pour le dire !!!

    Mais ceci est à mettre en regard avec son discours raciste de juillet 2007 à Dakar, son autre discours raciste et faciste du 30 juillet 2010....

     

    -Le racisme de certains secteurs du PCF

    Le 10-2-2010, la Mairie PCF de Bagnolet demande au Préfet de police de faire évacuer un squatt où se trouvent des gens d'origine africaine, qui logent là depuis 11 ans avec leurs familles. Par -5° la police expulse manu militari à 5 h du matin, empêchant les gens de prendre leurs affaires. Les élus interrogés expliquent cyniquement que les squatters ne sont pas concernés par la trêve hivernale. Il n'est proposé à ces gens aucune offre de relogement. Parmi eux des travailleurs ont un emploi, et perdent leurs papiers restés à l'intérieur. Le bâtiment est détruit avec un bulldozer... Cela rappelle des évènements de sinistre mémoire.

    Il convient de s'interroger sur le pourquoi du racisme du PCF mis en évidence sans cachotterie à plusieurs reprises, y compris la chasse à la Burqua lancée par un député PC en 2009. Ce sentiment de race supérieure maintes fois affirmée, exactement comme dans l'ex URSS, pose question ! Est-ce une application stricte et sotte de l'idée de Marx sur le capitalisme vu comme société supérieure, dans la succession des modes de production ? On le dirait.

     

    -Que signifie la réconciliation en Afrique du sud après l'apartheid ?

    Le film Invictus, sorti début 2010, vous dira que la réconciliation fut le principe de la nouvelle société d'Afrique du Sud, principe voulu par Mandela en 1990, et que tout a marché comme sur des roulettes à partir d'un match de rugby pour la coupe du monde....

    En 2010 des africains du sud font le bilan. Voici ce qui résulte d'un article paru dans Courrier international du 11 au 17-2-10 sur l'Afrique du Sud:

    La stratégie du "pardon" et de la réconcilaition a abouti après 90:

    - A ne pas rendre la justice sur les crimes de l'aparthied
    -A ne pas traiter de la question de la terre : ni restitution, ni négociation
    -A n'indemniser personne

    Le résultat est un chômage et une misère endémique pour une grand majorité d'africains. Par contre une bourgeoisie noire a émergé et s'en trouve fort aise. Il faut le dire, c'est le travail de Mandela.

    La question "pardonner "ou pas est un faux problème. Il fallait trouver les moyens de vivre ensemble tout en faisant le compte des responsabilités, avec l'idée de réparation et d'indemnisation. Prendre le temps, ne pas exproprier n'importe comment, négocier, mais il fallait restituer incontestablement une grande partie des terres aux petites gens en leur donnant les moyens de travailler correctement, permettre la viabilité d'une petite production, d'un artisanat, et lancer avec les habitants de vastes projets de construction de logements, d'écoles, de centres sociaux, de centres de soins. Tout ceci si possible dans un climat apaisé mais sans éluder la responsabilité des tortionnaires. "Il fallait", mais c'était difficile, Mandela a sans doutes cédé à de très fortes pressions, mais il pouvait en appeler pacifiquement au peuple... L'a-t-on menacé de l'assassiner ? Très probablement.

    Rappelons que l'issue de ce pardon a été le prix Nobel de la paix à Mandela et à .... Frederik de Klerk, ami des tortionnaires... Il faut le faire !!!

    Les populations décolonisées du monde entier exigent aujourd'hui le devoir de mémoire, la réparation, et la mise en jugement des tortionnaires: pourquoi pas en Afrique du Sud ???

     

    -A propos des rappeurs !

    Après Brice Hortefeux, Sarkozy, François Grosdidier, Claude Guéant sur les immigrés, c'est au tour de Michel Raison, député UMP, de montrer qui il est. Comme son ami Grosdidier, il est de bon ton d'assimiler rappeurs et terroristes. On en est toujours à la philosophie simpliste et raciste de Georges Bush , n° 2, pour qui tout opposant n'était pas loin d'être un terroriste, surtout s'il était musulman. Selon Michel Raison le rap serait, semble-t-il, essentiellement celui, venu de l'immigration.

    Le rap, porteur de contestation et de revendications sociales, le rap insolent, comme l'étaient Georges Brassens, Renaud et bien d'autres, c'est totalement insupportable. Le plus grave est que cela correspond à l'opinion d'une grande partie de l'UMP (150 parlementaires derrière Grosdidier), et, nous le parions, du PS et du PC. Il n'y a qu'à voir le peu de réactions entraînées à gauche par les propos de M Raison et par l'éviction des Roms des endroits où ils se réfugient, par Claude Guéant....

    Juillet 11

    -Claude Guéant, les Roms et la RATP

    L'Europe s'est félicitée que la France accorde le droit de libre circulation aux Roms !!! Sur la base de quels constats ?? Est-ce humoristique ?? La France ne cesse de les pourchasser ! (Le Monde du 26 -8-11).

    Le 1-9-11 Claude Guéant justifie l'utilisation de la RATP pour évacuer des Roms en "situation irrégulière" !!! Mais ils ne peuvent être en situation irrégulière, ce sont des européens !

    Claude Guéant aurait-il été pour l'évacuation des juifs par la SNCF ?? Apparemment oui.

    1-9-11

     

    -Il n'y a pas de déterminisme biologique !

    (cf la neurobiologiste Catherine Vidal entre autres...)

    Le cerveau fait preuve d'une immense plasticité cérébrale. 10% seulement des neuronnes sont liés entre eux et ne laissent place à aucune liberté.

    Mais 90% des neuronnes se construisent au gré de la vie, de ses circonstances, de l'origine sociale, de la vie familiale, des rencontres, de la liberté laissée à la créativité. D'où l'immense diversité du genre humain.

    Nous ne sommes donc pas déterminés en naissant. Nous n'avons pas, par exemple, une sexualité donnée en naissant. Elle se construit.

    HALTE AU RACISME BIOLOGIQUE !!!