MARX AU 21ème SIECLE ?

  • index
  • Bienvenue
  • Qui sommes-nous ?
  • MARX LIBERATEUR

  • Economie marchande et non marchande
  • valeur d'usage/forces productives
  • Valeur Travail/exploitation
  • Théorie de l'aliénation
  • Monnaie
  • Etalon monétaire et prix
  • Inflation:actualité
  • Marchés de l'or actuels
  • Libre Echange, monnaie coloniale
  • Le salariat
  • MARX INDUSTRIALISTE pour le compte du capitalisme

  • Machinisme et science
  • Déterminisme historique
  • Démocratie
  • Communisme révolution
  • Le capitalisme peut-il s'effondrer ?
  • Lois du capitalisme ??
  • Industrialisation
  • Famines et capitalisme
  • famines et communisme
  • Les forces productives ont-elles cessé de croître ?
  • REVOLUTION dans le Tiers Monde ?
  • Soviétiques en Afghanistan
  • Chine communiste

     

     

  • ANNEXES

    Analyses théoriques

    Colonisation, CurrencyBoards

     

    euro

    Islamisme

    Keynes

    La Gauche dans le monde

    L'extrême gauche

    Les trente glorieuses

    Nationalisme

    Racisme et discrimination

    religion irréligion

    Socialistes français 2014

    Terrorisme

     

     

     

     

    Analyses factuelles et historiques

    Al Qaïda: Qui infiltre qui ?

     

     

  • Liberté d'expression Charlie Hebdo
  • Luttes de classe au jour le jour
  • Palestine maudite
  • Paysannerie en Inde
  • Somalie
  • Soudan,Darfour
  • Soviets
  • stratégie syndicale
  • Syrie Irack
  • Théorie du complot ?
  • TRUMP, un cancrelat du capitalisme, un produit logique du communisme
  • Voyoucratie d'Etat
  • Yémen

     

     

     

    QUE FAIRE ?

    -L'Internationale des travailleurs: urgence !

    -Pétition, lettre ouverte au PS

    -Gilets jaunes

  • Ecrivez-nous :

    infos@marx21siecle.com

  •   

     

    LIBERTE D' EXPRESSION=LIBERTE D'AGRESSION ?

     

    Tentative de définition.

    La liberté d'expression a été conquise peu à peu grâce aux intellectuels comme Voltaire, Montesquieu... au 18ème siècle, contre l'Etat de droit divin, contre l'Etat féodal. Puis grâce à la République. C'est l'un des fondements de la démocratie. Pouvoir s'opposer au despotisme et exprimer des points de vue divergents en toute liberté.

    Elle va de pair avec le droit des partis à exister, avec la liberté de la presse, avec le droit de s'organiser pour lutter contre l'arbitraire.

    C'est le droit à l'analyse libre des évènements et des idées, le droit à la contestation, le droit à l'opposition, le droit à l'écriture, à la création, le droit à la critique, le droit au doute et à son expression. C'est un droit fondamental dirigé contre les despotes, contre les pouvoirs autoritaires qui veulent restreindre la liberté.

    La liberté d'expression n'est nullement le droit d'agresser les citoyens dans leurs croyances, leur foi, leurs engagements dans la mesure où ces derniers n'empiètent pas sur la liberté d'autres citoyens.

    Des journalistes, des militants des droit de l'homme sont en prison en 2021 dans des pays comme le Maroc, l'Algérie, la Biélorussie, la Birmanie, le Chine, l'Egypte, l'Arabie.....etc... pour avoir contesté l'opinion officielle, défendu des militants, fait valoir leur droit à écrire librement, à danser, à faire de la musique, à vivre dans l'anti-conformisme. Nous défendons la liberté d'expression pour eux.

    On a le droit en Démocratie de s'en prendre à l'opinion des autres et de l'écrire sans réserve. Mais le respect d'autrui devrait interdire l'insulte, la violence d'expression, l'injure contre ce que l'autre considère comme étant sacré.

    Les polémiques politiques ont permis l'outrance et l'insulte dans les propos, ce qui est le signe de l'impuissance à faire valoir des arguments, de l'impuissance à discuter.

    On peut toujours pratiquer l'outrance et l'insulte mais à ses risques et périls, et au détriment de l'exposition sereine des divergences. Cette exposition est indispensable à la clarté des débats.

    La recherche systématique de la provocation peut parfois être utile, par exemple dans des caricatures, ce qui parfois est plus démonstratif que des discours.

    La caricature peut être incisive et blessante. Mais à qui s'adresse-t-elle ? Doit-elle être méchante, injurieuse vis à vis d'autrui ? Question difficile. Elle doit éclairer le débat. Elle n'a nul besoin d'être irrespectueuse, surtout si elle s'adresse à des citoyens et non pas à des hommes de pouvoir.

    Défendre la liberté d'insulter des citoyens est une déviation du sens même de la liberté d'expression. Celle-ci est une revendication à opposer à des hommes de pouvoir.

    Chercher des boucs émisssaires dans la population au nom de la liberté d'expression relève de la haine d'autrui, haine qui fait le jeu du pouvoir.

    De ce point de vue les caricatures contre Mahomet, si elles sont permises, n'ont aucun intérêt éducatif, politique, créatif, elles sont contre-productives et n'ont pas lieu d'être entre gens tolérants et respectueux.

    Je ne sais plus qui récemment a dit "Nous avons le droit de blasphémer, mais nous n'avons pas le devoir de le faire".

    Le 8-8-21 AMC

     

     

    Quelles caricatures ??

    Nous avons fini par savoir quelles caricatures le professeur Paty avait montré à ses élèves.

    Entre autres, un dessin de 2012 paru dans Charlie Hebdo:

    Mahomet : Une étoile est née. Le dessin montre Mahomet nu à quatre pattes avec une étoile dans les fesses.

    Si cela est vrai et si nous ne sommes pas abusé, on peut en concevoir une réelle stupeur.

    C'est un irrespect et une provocation qui confine à une agression raciste.

    Ce professeur respecté n'a-t-il pas outrepassé ses droits ? Ne s'est-il pas prêté inconsciemment à une contre-provocation de la part des salafistes ?

    N'a-t-il pas été naïf ?

    En ce moment Israël massacre les palestiniens de Gaza face à une absence de riposte poliique de la part de l'Occident. A-t-on le droit de dire que l'Etat d'Israël se comporte comme un Etat fasciste sans être traité d'antisémite ?

    La liberté d'expression accordée à Charlie Hebdo apparaît plus que jamais pour ce qu'elle est: un droit d'agression contre les musulmans, et rien d'autre, qu'on ne s'y trompe pas ! Même si Charlie Hebdo a également agressé d'autres religions.

    Sur le plan politique nous combattons le capitalisme et les superstructures patriarcales, mais pas les religions.

    16-5-2021 AMC

     

     

    Magnifique article du philosophe juif Rogozinski dans le Monde du 10-11-20


    Pour faire écho de façon apaisée à la période difficile que nous avons vécue (entre autres assassinat de Paty), je retiens ceci de cet article:

    La perte des religions dans un pays comme la France, c'est incontestablement le résultat de l'accès au savoir et une meilleure due à l'Etat Providence dont nous bénéficions encore des effets. Mais c'est aussi la perte du sacré, c'est à dire le mépris pour le respect de l'irrationnel, le goût pour la profanation, en qq sorte une nouvelle sorte de haine; croire par ex qu'on peut asservir la nature selon les règles du commerce et de l'argent (par ex la destruction de la Buisserate près de Grenoble) sans dommage; ou blasphémer à tort et à travers  contre ce qui est sacré pour autrui. Rogozonski écrit :" Nous avons pris l'habitude de tout profaner sans y prendre garde, parce que nous n'habitons plus qu'un seul monde, celui  de la production, du commerce et du divertissement". Je trouve l'énumération gentille. Le monde de l'argent, du profit, des techniques destructrices, car contraires aux besoins humains, est un monde d'une extrême violence. Mais nous voulons l'oublier, car nous sommes pour l'instant au chaud dans nos immeubles avec ascenseur. Et le jour d'une grande panne d'électricité ??
    Dans les Lumières il y avait  d'une part l'aspect de la rationalité bienfaisante, le rôle important de la raison, mais qui a sa part de despotisme; d'autre part la lutte contre l'absolutisme et l'ouverture au droit égal pour tous, enfin il y avait aussi la tolérance, me semble-t-il,  et peut-être l'humilité devant ce qu'on ne savait pas.

    C'est ainsi (si je paraphrase Rogozinski) que, selon moi,  "réduire la liberté d'expression à la seule autorisation de dénigrer les religions" c'est risquer d'en revenir à des progroms  et à des méthodes de destruction industrielle de l'humanité au nom du droit de la Raison. C'est pourquoi je déteste tant certaines formes de libertés qui ignorent superbement l'existence d'autrui. Je remercie ce philosophe juif dont la famille a tant souffert.

    AMC

    11-11-20

     

    - Un journaliste du Monde Interpellé le 30-10-20 par nous au sujet d'un article qui ne respecte pas la déontologie du journaliste, ce dernier a fourni l'article sujet à controverse:

    Monsieur Jean Birnbaum
    Je reviens vers vous pour vous exposer calmement pourquoi, en lisant le contenu de votre article du 29-10 dernier, j’ai littéralement bondi, non pas tant du fait de la divergence de points de vue, mais de l’abandon des principes qui doivent présider à la rédaction d’un article.
    Cet abandon des principes tient peut-être à une vision idéologique des problèmes du monde a priori qui a obstrué votre analyse.
    J’ai pensé qu’un journaliste israélien obtu aurait pu écrire votre article.
    Mais c’est une pure déduction subjective.
    J’écris ceci avec d’autant plus de force qu’en règle générale j’apprécie vos articles, entre autres sur les grandes figures de notre époque très récemment.

    Sur trois grands points je pense que vous ne respectez pas la déontologie la plus élémentaire du journalisme.


    1) Refus de considérer la réalité du djahadisme dans sa globalité.

    Vous parlez « d’offensive planétaire » contre les victimes du djihadisme. Vous avez raison, mais cette offensive planétaire se réduit-elle à l’Iran ?? Eventuellement à quelques prédicateurs égyptions et qatars ??
    Je ne reviens pas sur mon immense surprise.
    L’État islamique a été crée le 13-10-2006 en Irak, sur les décombres des destructions terribles des USA. Et il déclare la guerre à l’Occident.
    L’EI proclame le Califat le 29-6-14. C’est en 2015 qu’il perd ses conquêtes et que ses membres se répandent dans le monde entier pour prêcher l’ordre idéologique salafiste venu tout droit de l’Arabie Saoudite, dont vous ne dites mot.
    Les journalistes de Charlie sont les victimes en 2015 d’individus liés au salafisme, dont l’objectif est de tuer les mécréants occidentaux, et les mécréants laïcs de France. L’aide que l’Arabie accorde aux musulmans de France, via des financements pour des mosquées, des écoles, des associations de bienfaisance, des imams, vient en contrepartie d’achats d’armes à la France.
    Les gouvernements français successifs savent tous cela et agissent sciemment en voulant l’ignorer .
    Plantu n’a pas fait, c’est dommage, de dessin représentant une balance avec sur un plateau des armes, et sur l’autre des salafistes en tous genres.

    Ces faits là doivent figurer dans les tablettes de tout journaliste digne de ce nom. Charlie n’est pas la victime de l’Iran mais du salafisme d’Arabie !
    Mais peut-être ne faudrait-il pas toucher l’Arabie qui est en train d’effectuer un rapprochement stratégique avec Israël  contre l’Iran ??

    2)Les faits relatifs aux dessins des caricatures au Danemark sont faussement racontés.

    A l’origine de la crise des caricatures on trouve, dites vous un militant de gauche au Danemark. Et vous donnez son nom : Kare Bluitgen qui écrit une vie de Mahomet pour les enfants et cherche quelqu’un pour faire des dessins. Il en parle à un journaliste de Jyllands-Posten, lequel va organiser un concours de caricatures dont Bluitgen ne veut pas. Vous ne dites rien de tout cela. Vous laisssez croire que Bluitgen est demandeur de caricatures alors que c’est contraire à l’esprit de ce qu’il veut faire
    Ce journaliste de Jyllands trouve intelligent de publier ces caricatures…. On connaît la suite.
    Vous laissez l’info selon laquelle un militant de gauche aurait demandé ces caricatures.

    3)Vous utilisez un extrait d’un texte inconnu qui dénature son sens.
    Les signataires du dit court texte de votre article me font douter ou de sa véracité ou de la nature des signataires, car le texte est un rejet dédaigneux de la gravité d’un incendie criminel provoqué en 2011 chez Charlie.

    C’est là-dessus que je vous ai attaqué doutant absolument que Christine Delphy ait pu signer cela. En effet elle me dit qu’elle n’a rien signé de semblable, sans intervenir elle-même.
    Piqué au vif, vous sortez du bois et me donnez le texte entier qui est un texte sur la liberté d’expression en date du 5-11-11, très dur contre Charlie Hebdo, avec au passage l’extrait que vous avez publié. Ce texte entier du 5-11 dit, entre autres, qu’au moment de l’incendie chez Charlie il y en eut un autre dans un bâtiment habité par des Roms et provoquant un mort, sur lequel personne n’a rien dit, pas même Charlie.
    Donc vous n’avez pas inventé ce court texte, mais vous vous en avez dénaturé le sens en l’isolant et surtout en le produisant en 2020.

    Je vous ai remercié et répondu qu’à l’époque j’aurais sûrement signé le texte dans son entier mais pas l’extrait sorti de son contexte, qui semble donner raison aux criminels.

    Demeure la question : pourquoi êtes-vous allé cherché cet extrait sans dire d’où il venait ? Avec quelle intention ??
    Vous êtes plus fin que JM Blanquer qui lui, avec ses gros sabots, lance l’accusation des islamo- gauchistes qui seraient ceux qui entretiendraient les islamistes dans une atmosphère de bon droit...donc qui auraient une part de responsabilité dans l’assassinat de Paty !

    Par contre vous laissez entendre que la gauche est mal face au djihadisme, et qu’elle a couvert les incendiaires de Charlie, la preuve cet écrit. Mais pire, pour les connaisseurs, voir les noms de Delphy et Bouteldja ensemble, c’est stupéfiant. Et oui ! Sortir ce morceau de texte en 2020, sans le re-situer, c’est quasiment justifier le mot islamo-gauchisme. En effet, en 2011, les indigènes de la République, à l’origine du texte entier, n’avaient pas encore viré à l’antisémitisme et à l’islamisme dans le livre de Bouteldja de 2016 « Les blancs, les juifs et nous ».
    On ne peut pas en 2020 sortir ce texte, ou pire un morceau choisi du texte sans avoir des intentions précises, surtout quand on s’est refusé précédemment de dire d’où sort le salafisme assassin (cf le texte de 2005 sur l’appel au meurtre que je vous ai envoyé).

    Hélas j’ai bien peur que votre article du 29-10 soit un avant-goût de l’amalgame nauséabond publié le 1 et 2-11 par le Monde et signé par quelques méchantes cervelles Ferry, Kepel Kinzler, Nora…

    L’ennemi est-il parmi nous, ou nous vient-il de Daech de l’EI, créature conjointe de l’Arabie saoudite et des USA ??

    Le 5-11-2020 AMC

     

    L'assassinat de Paty en oct 2020 n'est que la réplique de l'assassinat de 2015.

    Paty vient d'être assassiné. Nous ne pouvons qu'être stupéfait par le caractère fou de cet acte, et nous le condamnons vigoureusement. Mais en tuant l'assassin, la police aux ordres de Macron interdit qu'on juge cet assassin et nous empêche de savoir qui il était: Etait-il aux ordres d'une politique étrangère ? Ou était-il un individu formaté par une contre-propagande salafiste qui sévit où ?? Qui s'exprime à travers quels caneaux ? S'agissait-il d'un fou ou d'un terroriste réel ?

    Nous considérons que le gouvernement français est responsable du développement de l'islamisme-salafiste en France depuis de nombreuses années.

    La politique de Macron ne fait qu'attiser la haine contre les musulmans qu'il cherche à confondre avec les islamistes. Nous n'en avons pas fini avec les ripostes possibles de salafistes, et les provocations contre les musulmans

    oct 2020

    Avant l'attentat odieux de 2015 contre les journalistes de Charlie Hebdo, nous écrivions ce qui suit en septembre 2012.

     

    Nous n'aimons pas le journal Charlie Hebdo. Mais nous lui reonnaissons le droit d'exister et d'écrire ce qu'il veut. Mais nous condamnons ce qu'il écrit et ce qu'il dessine.

    Nous avons participé à la manifestation de soutien qui a suivi l'assassinat. Mais nous n'avions aucun accord avec le contenu du journal.

     

    A propos des caricatures de Charlie Hebdo de septembre 2012


    Ceux qui emploient aujourd'hui les mots liberté d'expression nous trompent. En réalité au nom de cette liberté, certains veulent promouvoir le terrorisme intellectuel, l'opposition aux libertés individuelles pour tous, le formatage capitaliste et marchand, et pire préparent un socle puissant pour le fascisme…

    Les nouvelles caricatures de Charlie Hebdo (19-9-12) s'apparentent à la continuation d'une position coloniale méprisante et haineuse vis-à-vis des musulmans, et constituent à la limite un appel indirect au pogrom dans une situation possible de guerre civile.

    Il faut donc plus avant généraliser le sens de cette initiative. L'une des grandes conquêtes de la révolution de 1789, parmi d'autres, fut la liberté d'être athée, de ne pas aller à la messe sans être pourchassé ; et pour les juifs la possibilité d'être considérés comme des citoyens à part entière. Certes il n'y a jamais eu d'égalité réelle, sauf formelle, entre les citoyens, puisque les riches pouvaient exploiter les pauvres, et construisaient la démocratie pour eux seuls.


    Aujourd'hui, et en raison de tout le mal intellectuel, psychique, physique, fait aux libertés individuelles, par notre société marchande et coloniale, et également en raison du terrible exemple de l'URSS, certains estiment au fond d'eux-mêmes que la liberté religieuse, particulièrement pour les musulmans, la liberté d'avoir une religion, ne font pas partie des libertés individuelles. C'est l'absolutisme à l'envers. Certains pensent aussi que les musulmans ne peuvent être des citoyens à part entière. Et quand ceux-ci, provoqués par ce que j'appelle des voyous d'extrême droite aux USA, ripostent, ils deviennent des terroristes. Certes, la provocation des voyous en question trouve ses relais dans tous les pays du monde à travers des " salafistes " dûment avertis, ou pseudo salafistes, en réalité le plus souvent des fascistes en herbe… Et voilà qu'au nom de la liberté d'expression, dûment reconnue à ces voyous aux USA, de drôles d'individus, que je vois de plus en plus évoluer vers l'extrême droite, de Charlie Hebdo, rajoutent une couche de provocation, comme s'ils avaient partie liée avec ceux qu'on dit être des salafistes. Ces individus ne sont pas pour les libertés individuelles et la liberté d'expression. Ils sont seulement pour leur liberté d'expression. Ils sont en général islamophobes et crachent sur toutes les croyances religieuses… exactement comme faisaient les soviétiques et le NKVD, en pratiquant le viol des églises en URSS dans les campagnes, en en faisant des écuries pour les cochons. Ces individus sont, le plus souvent, par leurs dessins, pour le viol des consciences.


    Je suis athée. Mais si j'ai le droit de l'être, c'est parce que d'autres ont le droit de ne pas l'être. Je ne tolèrerais pas qu'il y ait des caricatures contre les athées et des sortes d'appel au pogrom contre eux ; je ne tolère pas les caricatures systématiques contre les croyances individuelles, particulièrement celles des musulmans.


    D'ailleurs, on voit tout à fait qui sont en réalité ceux qui considèrent, en plus de Charlie Hebdo, que la lutte essentielle doit se porter contre les religions et non pas contre le capitalisme. Onfray vient de montrer son vrai visage en salissant la mémoire des martyrs algériens de Sétif en 1948. C.Fourest montre presque quotidiennement qui elle est en fustigeant sans cesse les musulmans, en se parant d'une laïcité qui fait honte, exactement comme celle de Marine Le Pen (voir la mouture "Laïcité Le Pen" dans ses déclarations du 23-9-12). Et, en plastronnant à la télévision française. Mais pour qui donc la liberté d'expression est réservée ? Pour qui sont les libertés individuelles ? Je me sens humiliée par ce qui se cache trop souvent derrière une dite laïcité : la xénophobie, le chauvinisme, le nationalisme chrétien, l'athéisme terroriste des ex soviétiques (pour ne pas regarder plus près de nous), le racisme contre les musulmans, la haine d'autrui, la haine de la différence, la recherche des " coupables " à désigner pour de futurs pogroms, l'amour fou pour le formatage capitaliste et sa crasse intellectuelle.


    Monsieur Valls, de qui fait-il le jeu en se parant à son tour de la " liberté d'expression " ? Ceux qui n'ont que cela à la bouche pour propager la haine sont des faussaires. Ils n'aiment ni les pantalons, ni les robes, ni les crêtes, ni les foulards qui ne sont pas à la mode du chauvinisme franchouillard. Le seul vrai problème est pourtant de s'unir pour agir collectivement contre ce qui se prépare comme misère, comme exploitation outrancière, comme régression, grâce à ceux qui nous gouvernent et qui ne sont guère différents des précédents.

    20-9-12

     

    Une précision:


    Je viens de retrouver un papier de 2010 du militant et romancier Tariq Ali, athée, dont le père était communiste.
    Il rappelle que Marx avait bien écrit que la religion était l’opium du peuple, mais qu'on oublie trop facilement la phrase immédiate qui suit, où Marx la qualifiait aussi de « soupir des opprimés ».

    Plus de 80% de la population mondiale croit en Dieu et plus de 50% pratiquent une religion, parce qu’effectivement celle-ci exprime le soupir des opprimés. C’est trop facile, quand on est nanti et bien nourri, de jeter aux gémonies les religions, ou de prétendre superbement qu’elles constituent la plus grande oppression, avec ce mépris suffisant qu’affichent les « intellectuels libérés » et repus… Devons- nous être totalement irrespectueux vis à vis de ce qui permet à la souffrance humaine de s'apaiser quand on est largement impuissant à aider ceux qui en sont accablés ? Quels que soient nos choix rationnels, je dis "non".

    Que faisons-nous pour l’instruction des opprimés, pour la restitution de leurs terres et de leur agriculture afin qu’ils aient le droit de vivre un peu décemment ? Que faisons- nous réellement, à part des palabres, pour les malheureux palestiniens, syriens, congolais….et tant d’autres ? il faut leur dire que c’est leur religion qui les tue, et accessoirement leurs foulards ??

    En me servant d’un article de Tzvetan Todorov dans le Monde des 27 et 28-3-2011, je dirai ceci : lutter avec des caricatures contre une dictature religieuse que l’on subit, c’est non seulement un acte courageux mais un acte salutaire ; mais s’en prendre systématiquement à une minorité discriminée par des caricatures, c’est un acte raciste et odieux.
    Les caricatures de Charlie hebdo n’ont rien à voir (pas plus que les écrits fumeux de C.Fourest) avec un quelconque appel à l’émancipation de la religion comme forme aliénante de la conscience, ou comme forme instrumentalisée de la dictature (cf Iran), c’est un acte de haine raciste.
    Contrairement à ce que certains écrivent, ce débat est d’une extrême importance aujourd’hui.

    La liberté d'expression dont certains se prévalent semble constituer pour eux la garantie qu'ils ne peuvent être critiqués ! Et bien, des médias, des intellectuels et des politiques marchent dans ce sens. Cela constitue une régression de la conscience.

    La liberté d'expression est devenue hélas aujourd'hui trop souvent une simple liberté d'agression.

    Pour finir, soulignons que Charlie Hebdo cherchait aussi à faire une bonne affaire commerciale !

     

    Le 22-9-12

     

    Liberté d'expression et laïcité.

    Evidemment, la "liberté d'expression" telle que décrite ci-dessus, est toujours employée pour défendre la dite laïcité.

    Dans la loi de 1905 sur la laïcité, il n'est nullement dit qu'on ne puisse indiquer dans la rue qui on est , ni manifester pour ce qu'on est. Jean Baubérot qui est un spécialiste historien de la laïcité, explique qu'à l'époque "les amendements qui visaient à interdire les "manifestations de la religion" sur la voie publique avaient été massivement rejetées".
    Depuis plus de 10 ans, on fait comme si ces amendements avaient été votés.
    Le voile sur la tête n'est bien souvent que le revers de la "femme marchandise". Nos grands mères paysannes en avaient toutes sur la tête.... Ne pas le supporter, c'est du racisme inconscient. On est formaté...


    Qu'il s'agisse de politique ou de religion, on a le droit de faire presque tout ce qu'on veut dans la rue, si on tient compte évidemment du respect d'autrui et de la non-violence.

    En conséquence de quoi, toutes les agressions contre les musulmans ne relèvent que du racisme, et non pas de la défense de la laïcité, ou de la lutte contre le fourre-tout "islamisme".

    le 29-9-12

    A propos des religions..

    Pour les intégristes irreligieux, rappelons que Pol Pot avait supprimé toutes les religions...

     

    CharlieHebdo

    Le 6-11-11 courrier des lecteurs au Monde

    Bonjour
    J'ai vu passer un éditorial disant à peu près "Il faut soutenir Charlie Hebdo". Vous réunissez en un seul bloc le combat pour la liberté d'expression imprescriptible, la nécessaire condamnation sans réserve d'un attentat contre un journal quel qu'il soit, avec le soutien d'un journal portant le nom de Charlie hebdo. C'est une erreur profonde.

    Je défends tous les droits démocratiques au profit de ce journal, mais je déteste Charlie Hebdo. C'est un journal qui a une toute petite tête politique et intellectuelle, dont le fondement premier est de porter aux nues le sexe masculin et un machisme évident. C'est un journal qui est vulgaire dans ses dessins, un journal sioniste qui plus est, et largement xénophobe.
    Si l'acquis de la loi de 1905 nous a invité à faire entrer la pratique des religions dans le domaine privé, je déplore l'intrusion constante dans ce domaine privé de journalistes ou d'hommes politiques, en vue de faire violence à des convictions religieuses, et de fracturer ainsi des dialogues possibles. Cette attitude ne relève en rien de la laïcité, mais relève de la xénophobie, et nourrit évidemment les intégrismes de tous bords, dont il faut punir les exactions.
    Donc je ne soutiens pas Charlie hebdo.
    Anne-Marie Chartier Grenoble

    Le 9-12 à propos de l'article de Cavanna du même jour :


    Je suis athée et laïque. Cavanna, de Charlie Hebdo, ne peut même pas se targuer d'être laïc; il ne respecte pas ce qui est du domaine du privé et de l'intime, comme la loi de 1905, sur la séparation de l'église et de l'Etat, nous y invite dans la tolérance. En URSS, Cavanna aurait été un tchékiste au nom de la laïcité, dont il n'a que faire. Il méprise la grande majorité de l'humanité, c'est à dire les croyants qui constituent plus des 3/4 des humains. Il les nomme avec mépris "diminués du cerveau", "infirmes mentaux". Ne fait-il pas un projection de lui-même ? Cavanna est aussi un grossier personnage qui, comme son frère Choron, ne s'intéresse qu'à son sexe, qu'il aimait à exhiber en public de façon répétée.
    Il faut pardonner à Cavanna. Il est méchant et n'aime pas la vie: "l'humour est un coup de poing dans la gueule", "le rire est la cruauté à l'état pur"...
    Selon moi, le rire est cette franche explosion bienfaisante qui s'échappe de soi quand on peut au moins partiellement, goûter à ce qui est drôle.
    Enfin s'attaquer au fait religieux en continu relève de l'intégrisme naturellement xénophobe. Inch Allah
    AM Chartier