MARX AU 21ème SIECLE ?

  • index
  • Bienvenue
  • Qui sommes-nous ?
  • MARX LIBERATEUR

  • Economie marchande et non marchande
  • valeur d'usage/forces productives
  • Valeur Travail/exploitation
  • Théorie de l'aliénation
  • Monnaie
  • Etalon monétaire et prix
  • Inflation:actualité
  • Marchés de l'or actuels
  • Libre Echange, monnaie coloniale
  • Le salariat
  • MARX INDUSTRIALISTE pour le compte du capitalisme

  • Machinisme et science
  • Déterminisme historique
  • Démocratie
  • Communisme Révolution sociale
  • Le capitalisme peut-il s'effondrer ?
  • Industrialisation
  • Famines et capitalisme
  • famines et communisme
  • Les forces productives ont-elles cessé de croître ?
  • REVOLUTION dans le Tiers Monde ?
  • Soviétiques en Afghanistan
  • Chine communiste

     

     

  • ANNEXES

    Analyses théoriques

    Colonisation, CurrencyBoards

    Division Unité

    euro

    Islamisme

    Keynes

    La Gauche dans le monde

    L'extrême gauche

    Les trente glorieuses

    Nationalisme

    Racisme et discrimination

    religion irréligion

    Socialistes français 2014

    Subprimes

     

     

     

    Analyses factuelles et historiques

    Al Qaïda: Qui infiltre qui ?

     

  • Liberté d'expression Charlie Hebdo
  • Luttes de classe au jour le jour
  • Palestine maudite
  • Somalie
  • Soudan,Darfour
  • Soviets
  • stratégie syndicale
  • Syrie
  • Théorie du complot ?
  • TRUMP, un cancrelat du capitalisme, un produit logique du communisme
  • Voyoucratie d'Etat
  • Yémen

     

     

     

    QUE FAIRE ?

    -L'Internationale des travailleurs: urgence !

    -Pétition, lettre ouverte au PS

     

  • Ecrivez-nous :

    infos@marx21siecle.com

  •   

    Extrême gauche

    Nous n'avions pas coutume de parler de l'extrême gauche. Elle nous intéresse aujourd'hui, car loin d'apporter des issues à une crise politique, ou des réponses à un manque de perspectives, elle nous semble entraver la voie vers ces perspectives, car elle n'a pas changé; elle demeure profondément bolchévique dans ces analyses et son comportement; elle ne comprend pas ce qui se passe au niveau des jeunes et du peuple, elle rabache, elle loupe des occasions... C'est plus que dommageable.... Mais pourquoi donc ???

    Ci-dessous une explication dans une analyse de l'orientation de feu OCI-PCI-POI: organisations trotskystes dont la première était lambertiste

    LE FAMEUX 10 MAI 1968.

    Kirsner, alias Charles Berg, a écrit le 27-10-2015, à propos du 10 mai 1968


    " ……….. La dégénérescence de l'OCI connaît un épisode quasi-historique que nombre de militants ont oublié ou pas connu : le 10 mai 1968.
    Lorsque le cortège de la FER sortant d'un meeting arrive au carrefour Odéon - St-Michel les affrontements entre les milliers d'étudiants et la police sont déjà engagés. C'est l'affrontement de la jeunesse contre l'État bourgeois. La FER est respectée dans le milieu. Nous avons jusque là joué un rôle majeur. Sur le terrain en participant à toutes les mobilisations étudiantes et toujours, en mettant en avant la solidarité, le lien nécessaire entre les étudiants et la classe ouvrière. Et notre influence sur cette ligne et très importante : les dirigeants, les militants de la FER sont reconnus, appréciés.
    Claude Chisserey est le plus talentueux d'entre tous. Avec Christian de Bresson, Georges, Jean, Didier, Nicole, Martin, Joëlle, les frères Serfati et beaucoup d'autres il est à l'origine de la FER. Ce n'est pas rien. Notre influence dans l'UNEF est considérable comparé à nos forces militantes.
    Stéphane Just ce soir décide que nous n'avons rien à faire au Quartier Latin. Notre mot d'ordre " 500.000 travailleurs quartier latin " est aux antipodes de " l'affrontement gauchiste " qui oppose " quelques milliers d'étudiants aux forces de l'ordre ". Il faut partir. Appeler les étudiants à dissoudre la manifestation !
    Il y a quatre membres du BP. Stéphane, De Massot, Xavier et Claude, moi je suis membre du CC. Les trois membres du BP s'alignent sur Just. Claude et moi sommes contre. Évidemment nous appliquons. En fait c'est Claude avec son incroyable courage qui, fort de son autorité appelle à quitter la manifestation. Il s'exprime avec d'autant plus de radicalité qu'il est contre cette politique : les petits bourgeois doivent cesser de faire du jardinage ! - il fait allusion au dépavage - et combattre pour la grève générale.
    Le lendemain matin réunion de la direction. Il y a des centaines de blessés. Just est effondré mais maintient la Ligne. On a eu raison ! Lambert était resté au congrès FO de sa fédération ( !) durant 3 jours !
    Ce jour, cet épisode, est une catastrophe politique qui va nous couper de dizaines, de centaines de milliers d'étudiants et jeunes travailleurs ! Et cette défaite pèsera lourd, pendant des années. Elle nous a marginalisé, coupé des luttes culturelles, du féminisme, de la lutte contre l'homophobie etc…Claude ne s'en remettra jamais. Ajoutons que c'est à ce moment que notre politique s'est " militarisée ". Nous combattions les staliniens qui nous agressaient…. Etc etc

    ……………………


    Berg fait bien de nous rappeler le 10 mai 1968. Ce qui s'est passé ce jour- là n'est pas une erreur de parcours, c'est une conséquence logique de l'orientation de l'OCI. Mais cela a pris l'allure d'une catastrophe en raison de l'importance que revêtait le mouvement social de 1968.
    On peut y voir la dégénérescence de l'OCI, comme le dit Berg, mais celle-ci fait partie intégrante de celle de l'URSS et de tout le mouvement communiste.

    L'analyse que fait Berg ou Kirsner du 10 mai 68 est toutefois totalement insuffisante… et bien trotskyste !.

    Le 10 mai constitue un tournant visible dans l'OCI parce que c'est la première fois que cette organisation est confrontée à un mouvement de masse où sa partie jeune s'y est investie totalement . Ce mouvement veut gagner et suivre sa voie, mais veut bien se laisser diriger par des militants qui ont su gagner sa confiance : la FER (fédération des étudiants révolutionnaires) liée à l'OCI. On en est là au matin du 10 mai.

    La direction de l'OCI n'est pas prête à suivre ce mouvement jeune, révolutionnaire, mais pas nécessairement trotskyste, loin de là. Ce qu'elle est historiquement ne peut pas, par définition, y adhérer quant au fond. Quant au fond l'OCI est sur la ligne du " gouvernement des organisations politiques ouvrières, PCF, SFIO ", et d'un " comité central de grève des syndicats ouvriers " où la CGT soit en tête…Elle est pour un mouvement de masse contenu par les appareils politiques traditionnels, staliniens en tête. Elle critique les staliniens certes, mais elle analyse l'URSS comme un Etat ouvrier dégénéré, et non comme un Etat qui a volé la révolution au peuple russe, donc c'est, selon elle, un Etat qui peut être remis dans le chemin de la " révolution " à la façon léniniste, sans les soviets. L'OCI défend l'URSS par principe pour ces raisons. Donc l'OCI ne veut pas d'un mouvement jeune qui la submergerait sur sa gauche, par ses mots d'ordre, sa vision de la démocratie, sa vision de la vie.
    De la même façon que Lénine a fait la chasse aux socialistes révolutionnaires, à " l'opposition ouvrière " en URSS pour gauchisme mettant en danger " la révolution ", celle des bolchéviks, l'OCI ne peut pas accepter le mouvement révolutionnaire des jeunes à Paris en 1968.

    La FER est beaucoup plus du côté des jeunes qu'elle n'est avec l'OCI. Celle-ci s'en rend compte sur les barricades en plein Paris. Ça n'est pas acceptable. La ligne politique de Just-Lambert qui consiste à ce que la FER se retire de la rue, est une ligne de longue date, ça n'est pas une erreur de parcours. C'est la ligne des trotskystes qui considèrent " qu'on n'est pas comptable de gagner mais de construire le parti ". Quel parti ? Le parti d'avant-garde léniniste qui sait faire la révolution par les armes, de façon scientifique, qui saura prendre le pouvoir et le garder. Le mouvement réel des masses n'est que l'allumette. Le feu doit être maîtrisé par les révolutionnaires professionnels, en fait pour éviter tout mouvement autonome vers une forme soviétique, et où la forme soviétique a été aspiré et éteinte dans l'administration léniniste.
    Le BP donne l'ordre de se retirer de la rue et des barricades.

    Just est peut-être désespéré au lendemain du 10 mai, Chisserey aussi. Mais le BP avait imposé LA vérité, et il n'y a plus à réfléchir. On obéit.
    La FER qui collait à la jeunesse va disparaître. Il y a des blessés graves, suite à ce retrait, car la FER qui savait se battre est partie, et a livré la jeunesse à la violence de la police. Ceci sera qualifié de traitrise par tous les sympathisants de 1968. On ne s'en remettra pas mais qu'importe.

    Comment qualifier cette politique ? Le PC avait lui-même qualifié au départ la révolte étudiante " de hooligans, de voyous ". L'OCI va qualifier un peu plus tard
    ce mouvement jeune, de " gauchiste ". Cela aboutit logiquement à conforter l'appareil stalinien et la bourgeoisie, donc la politique de l'URSS. L'OCI veut apparaître comme étant crédible, au même titre que les appareils traditionnels, ce qui justifiera plus tard le commando grenoblois contre des militants présumés d'Action Directe devant un resto-U. Commando qui fera un peu plus détester l'OCI.

    Berg est-il contre cette ligne ? Pas du tout. Il n'a pas seulement obéi mais il est d'accord. A quelques temps du 10 mai, il vient à Grenoble, toujours en mai 68, et anime un meeting où il déclare qu'à la Sorbonne il y a un " phalanstère, c'est-à-dire un bordel "… La moitié de la salle du meeting se vide… Berg non seulement confond les phalanstères de Fourrier avec les bordels mais en plus qualifie les jeunes qui occupent la Sorbonne de prostitués alors qu'il s'agit de jeunes qui sont dans la mouvance anarchiste- libertaire; ceux qui vont permettre ce bond culturel extraordinaire d'émancipation qui caractérise 1968. Berg est d'accord avec le BP, c'est pourquoi il obéit.
    Chisserey a obéi mais il s'est contrefait par discipline, lui, en effet, il ne s'en remettra effectivement pas.

    Berg a oublié ce qu'on n'a pas oublié. Il va devenir l'homme de main de Lambert, avant que ce dernier ne s'en débarrasse. En effet l'OCI perd des militants, perd des positions, décline, mais affirme qu'elle peut directement se construire comme parti (d'avant-garde) sans transition par des organes de masses….donc se durcit. Berg va faire peur. C'est la ligne " Objectifs-résultats " dans chaque cellule. " Tu t'es engagé à vendre 4 IO, la semaine prochaine tu allonges la somme de 4 IO " ETC….. Les militants vont payer de leur poche ce à quoi ils se sont engagés sans pouvoir bien réfléchir. Il s'ensuit un harcèlement financier et psychologique insupportable. Mais c'est au service de la " révolution ". Des militants s'en vont, d'autres restent et deviennent soit des potiches soit ils entourloupent…Tout l'appareil de l'OCI devient soupçonneux, stalinien. L'intelligence et le savoir-faire de Broué sont transformés en leur contraire. Broué devient l'apparatchik qui exclut les indésirables On ne réfléchit pas, on applique la vérité qui vient d'en haut. Les méthodes bureaucratiques ouvrent la voie à des méthodes de gangsters entre ceux qui tiennent le BP, qui protège l'appareil et le fric.
    C'est la reproduction en petit de ce que fait l'appareil stalinien partout. L'OCI n'est rien d'autre qu'un appareil devenu stalinien.

    Berg fait du retrait de la FER, une faute politique. C'est donc inexact. C'est l'orientation de fond de l'OCI.
    Ce qui ne manque pas de saveur est sa remarque sur le fait que l'OCI se soit coupée de la lutte " pour le féminisme " du fait de cette faute politique. Mais il y a participé activement. Il a initié à Grenoble, pour le casser, un groupe de travail sur les luttes féministes. Une fois un énorme travail accompli, il l'a condamné et a carrément jeté le texte produit avec violence. D'autres camarades disaient à la même époque que " notre " rôle n'était pas de faire dans le féminisme mais de construire le parti. Au nom de cela, le principe cher au cœur des femmes " La maîtrise de son propre corps " par les femmes, était rejeté comme étant petit bourgeois. C''est pourquoi l'OCI a sauté au dernier moment dans le dernier wagon de la lutte pour l'avortement…

    Quand Berg préconise de renouer le fil avec la révolution d'octobre…. avec des méthodes douces, c'est soit du baratin, soit un perfide double jeu.

    8-6-2016 AMC alias Manuelle


    Discussion:


    Le gauchisme, c'est l'expression employée par Lénine pour fustiger toute initiative qui ne vient pas du prolétariat, c'est-à-dire du parti. Si l'on suit cette façon de voir les choses, tout mouvement contestataire qui viendrait de la jeunesse, des femmes des handicapés, des artistes, des artisans…est dit gauchiste ou réactionnaire car hors prolétariat.
    Donc je rejette l'expression.


    " La question du pouvoir était posée ". C'est à mon avis dans la fantasmagorie de l'OCI que de dire cela. Cela veut dire quoi ? En République parlementaire on passe à des élections anticipées quand le pouvoir est dépassé, c'est ce que fait de Gaulle quand il dissout l'assemblée (après avoir été en Allemagne s'assurer de l'appui de l'armée) fin mai et appelle les républicains à défendre la République. 500 000 personnes descendent dans la rue et ovationnent de Gaulle. Le nouveau parlement sera encore plus à droite.
    Que veut dire l'OCI ? Le pouvoir n'a plus les moyens de gouverner ? Il envoie pourtant la police torpiller les jeunes, et hop l'OCI retire ses troupes…L'OCI n'a pas les moyens d'un coup d'Etat mais elle pense que le PC et le PS pourraient y aller, comme s'ils pouvaient passer par-dessus le parlementarisme. En tous cas, l'OCI indique qu'elle laisse la place à cela et appelle à un gouvernement PC-PS (par un coup d'Etat ?)… et elle se coupe des jeunes. Le 13 mai c'est l'appel à la grève générale par les syndicats, moyen pour eux de prendre la direction du mouvement en le canalisant étroitement. Mais Berg va se tromper, en venant à Grenoble, il dit que ce sont nos dernières vacances car il y a le drapeau rouge sur Renaud et les chantiers navals à St Nazaire. Donc il croit à la révolution derrière le PC et la CGT… C'est toute la ligne de l'OCI.
    Alors De Gaulle pense à Grenelle et c'est Pompidou qui va au charbon. Avancées sociales nettes dans les négociations, mais recul politique pour la gauche. C'est le principe de la paix sociale : donnant donnant. Les PC, PS, CGT… sont tous pour, ils sont satisfaits.
    Pas à un seul moment l'OCI ne va appeler à des assemblées démocratiques souveraines pour aller dans le sens de l'autonomie des salariés et des jeunes.

     

     

    Cécité de l'extrême gauche.
    (30-3-13)

    La position qui consiste à se demander avec anxiété et désespoir pourquoi les gens ne votent pas ou peu pour l'extrême gauche, dans les élections parlementaires ou présidentielles, aboutit à dire, en des termes particuliers, que ces derniers sont tellement abrutis et achetés par le système, qu'ils préfèrent voter encore pour la bourgeoisie.
    Il faudrait peut-être se poser la question de savoir si l'extrême gauche ne fait pas fausse route dans la présentation qu'elle fait d'elle-même lors des élections.
    Il semble en fait y avoir une incompréhension totale de sa part du ressenti et de la pensée des citoyens en général, du fait d'une analyse superficielle d'une part de ce qu'a été le discours procommuniste pendant plus de 70 ans, d'autre part de ce qu'a été le communisme, et enfin des attentes d'une majeure partie des citoyens..

    Loin d'être dépolitisés la plupart des gens sont simplement "politisés" autrement, c'est à dire en termes non idéologiques.


    Tout discours qui, aujourd'hui, introduit la perspective de "la révolution et du communisme", qui explique ce qui se passe en termes uniquement de " luttes des classes ", ou qui fait la critique du capitalisme en ayant l'air de souhaiter mettre à la place le "communisme", le vrai (!),sans le dire, … est un discours, éprouvé, directement ou indirectement, comme un discours mensonger, ou au minimum illusoire.


    Ce discours n'a plus aucun caractère mobilisateur, car, sans que l'analyse en soit clairement faite, ceux qui écoutent ce discours dans les termes indiqués, pensent que ce dernier est en contradiction à la vraie politique, c'est à dire la lutte pour les besoins immédiats des gens. Les partisans affirmés de la révolution ne croient en effet généralement pas qu'il soit nécessaire de trouver une solution de suite à ces besoins, ils reportent la solution à plus tard…. au moment où la révolution aura imposé le système auquel ils croient et auquel personne ne croit plus.


    Avant la dite révolution, il serait en effet illusoire de tenter de se battre pour préserver " son pré carré ", défendre son gagne pain, surtout s'il s'agit de salariés non ouvriers ou d'autres classes sociales assimilables au peuple. L'illusion de la classe ouvrière toute puissante, au nom de laquelle la révolution serait faite, obscurcit encore les perspectives des groupes de l'extrême gauche.
    Le " discoureur " d'extrême gauche discourt tellement sur la révolution et les illusions qu'il y aurait à croire possibles des réformes, qu'il se présente aux législatives ou aux Présidentielles pour discourir encore un peu plus, et non pas pour dire " Voilà ce qu'on peut faire immédiatement…mais avec vous. Nous y allons pour agir de suite.. ". Il justifie sa position de refus d'aller au pouvoir en se moquant du parlementarisme bourgeois où il ne veut pas se salir les mains. Il a pour partie raison dans son analyse sur la nature du parlementarisme, mais il a tort quant au fond.. Il faut dire au contraire qu'on veut aller au pouvoir, pour faire des choses précises.
    La jeunesse a parfaitement senti ce qui précède. Elle n'emploie plus les mots des marxistes, qui sont des mots couverts par la réalité des goulags et de l'extermination ouvrière de type communiste. Face à cela, il est de bon ton de dire que la jeunesse n'est plus politisée ou mal politisée. En réalité, elle colle à ce qui lui paraît juste et vrai. Elle préfère parler d'indignation.


    Le refus de comprendre l'ensemble de ces problèmes participe hélas à la montée du FN.


    Il semble cependant y avoir eu des moments où tout était possible :
    -Besancenot quand il s'est présenté, lançait un nouveau parti anticapitaliste qui n'était plus " la ligue communiste révolutionnaire ". C'était annonciateur d'une mise en cause radicale et de quelque chose qui ne s'est pas produit. De nombreux citoyens ont attendu vainement que Besancenot gagne et veuille y aller.
    Le NPA était en effet mille fois moins sectaire que tout ce qui a précédé, mais la mise en question de ce qui fut dans le passé, n'était pas au rendez-vous. Il ne s'est pas présenté comme quelqu'un qui était prêt à aller au pouvoir, avec les citoyens, pour en finir avec les mensonges et la corruption de la classe dominante, en finir avec son système économique exploiteur et destructeur de la planète. Or ce que les gens veulent, c'est qu'on ose y aller de suite..

    Melenchon fut-il une occasion ? Son charisme de langage, et ses propos irrespectueux font du bien à entendre pour des citoyens excédés par le mensonge. Mais Mélenchon n'est pas clair sur tout un tas de choses dont l'euro, l'Europe et son passage au Sénat pour le compte du PS. Il se garde bien de critiquer la forteresse des féodaux du sénat.

    Il faudrait qu'un candidat d'extrême gauche puisse dire : je me présente parce que je veux balayer ceux qui ont le pouvoir, je veux faire le ménage; je veux y aller avec une équipe et voilà les mesures que l'on pourrait prendre, mais avec vous, les citoyens de ce pays. Pour cela on vous demande de créer maintenant des commissions, des comités de quartier de toutes sortes pour nous dire ce que vous voulez, et pour nous contrôler. Voilà ce à quoi on s'engage, et on vous dira au fur et à mesure comment on compte le faire, et les obstacles qu'on rencontrera. On aura besoin de vous sans arrêt. Voilà ce qu'on pourrait faire, à titre d'exemple:

    -Contrôle immédiat des capitaux aux frontières.
    -Expropriation des banques. Réduction des banques aux seules banques de dépôts
    -Liquidation de la Bourse des valeurs
    -Abrogation de la dette publique
    -Contrôle immédiat de tous les comptes des citoyens à l'étranger, et confiscation éventuelle.
    -réévaluation de tous les impôts sur le revenu
    -Interdiction de démanteler et fermer une entreprise à titre conservatoire: comités d'usine pour protéger les entreprises du pillage par les directeurs et patrons. Les salariés doivent se réunir librement pour décider de l'avenir de l'entreprise
    -Suppression du libre-échange avec les pays occidentaux et les pays du tiers monde, pour la préservation de la production nationale ainsi que celle interne aux pays du tiers monde
    -Réduction des salaires mensuels du Président de la République, des ministres, sénateurs et des députés à moins de 10000 euros. Suppression de tous les privilèges.
    -Suppression du caractère privé de la fortune et des privilèges du sénat
    -Mise à plat du fonctionnement et des privilèges de la Cour des comptes, du Conseil d'Etat, du Conseil constitutionnel, du Conseil économique et social…etc
    -Préservation d'une vraie séparation des pouvoirs.
    -Mises en place avec les citoyens, travailleurs, jeunes, de commissions locales, départementales, régionales pour examiner le devenir de l'industrie, de l'agriculture, de la santé, de la solidarité, de la justice, du logement, de l'éducation, des transports….de la monnaie, et de la constitution. Conférence nationale de synthèse.
    -Mise à plat du fonctionnement de la justice et de tous ses tribunaux
    -Appel aux juges pour qu'ils proposent eux-mêmes leurs propres organismes de contrôle
    -Indépendance de la justice, mais contrôle indépendant de la justice

    -utilisation immédiate des logements vacants et commissions populaires pour les rendre utilisables en liaison avec tous ceux qui sont à la rue;

    -Appel aux citoyens, travailleurs et jeunes de l'Europe à faire de même. Mise en place de coordinations de solidarité
    -Polices de quartier en relation avec des comités de quartier, de village, de ville
    -Mise à plat de tous les dossiers. Tous les obstacles seront rendu publics : appel aux journalistes pour faire un vrai travail d'investigation en toute liberté.

    -Liberté pour les émigrés d'aller et venir dans notre pays: se loger, travailler, mettre leurs enfants à l'école


    Sur la finance et l'impôt :

    (Voir Médiapart, du 4-4-13: comment combattre la mafia de l'évasion fiscale)

    La finance, les banques, l'évasion fiscale sont des aspects parmi les plus assassins de la société, qui mettent bien en lumière le caractère encore plus insupportable des faillites d'entreprises, les licenciements, le chômage et la misère…
    Nous devrions avancer toute revendication qui paraît vouloir limiter de façon évidente la criminalité financière. Notre différence avec les autres : Ce que certains appellent les " dérives ", nous les appelons les " caractéristiques "du système, mais peu importe. Notre indignation doit s'unir à celle d'autres, quels que soient les objectifs des uns et des autres. C'est pourquoi nous devrions être contre la libre circulation des capitaux, fondement de la mondialisation, fondement des crimes de la finance, et je n'ai pas saisi pourquoi tu te refuses à cela. Nous devrions être pour le protectionnisme, à titre de transition, pour protéger les petites gens, la petite production, la petite agriculture ; nous devrions être contre le libre- échange, assorti de la libre circulation pour les seuls humains.

    " Notre " grande différence avec le FN et les keynésiens, devrait être l'appel à gouverner avec des comités de quartiers, toutes populations confondues, contre les référendums du FN et contre les assemblées parlementaires rénovées des keynésiens. Et " nous " devrions nous engager là-dessus.

    Pour l'instant, ce sont " les autres " qui se saisissent des aspects les plus insupportables du capitalisme, à propos de d la finance… Pas " nous "( si on peut appeler le " nous " , les trotskystes du NPA)

    J'ajoute que le refus de se saisir de la " morale ", sous prétexte de ne parler que de la " lutte des classes " (réflexe tout droit sorti de la bureaucratie soviétique), fait fi des exigences fortes des citoyens qui veulent des références explicites à la morale plus que jamais. Les obligations morales et démocratiques paraissent être aujourd'hui ce que les citoyens et salariés attendent de " réformes ", quand on les convie à devenir maîtres de leur propre activité.

    On devrait vouloir des réformes sans savoir à l'avance si elles feront tomber le système ou non ; ce qui le fera tomber, ce sera l'activité des grandes masses et non le sens des mots.

    De ce point de vue, dès à présent, le paiement des impôts sur le revenu et les sociétés, à égalité entre tous les citoyens, de quelque classes que ce soit, paraît être, et dans les circonstances actuelles, l'un des fondements d'une société démocratique. Sinon, il n'y a pas de solidarité possible, et pas de financement. La question relève évidement fondamentalement du contrôle.

    Dans les colonies, la bourgeoisie métropolitaine et la bourgeoisie compradore ne payaient pas d'impôts, avec la complicité du système colonial ; de la même façon que la laïcité n'était pas appliquée en Algérie dite française.
    La question des recettes fiscales demeure aujourd'hui un problème majeur dans toute l'Amérique latine, en Indonésie, en Inde, au Maghreb , en Afrique, où la revendication essentielle de la bourgeoisie est de ne pas payer d'impôts et d'avoir la mainmise sur les armes, la police et l'armée, pour tirer à vue sur le peuple.

    Depuis la mondialisation, c'est-à-dire la libre circulation des capitaux, à partir de 82 en France, et de 79-80 aux USA et en GB, les grands de ce monde planquent tous leurs revenus dans les paradis fiscaux lesquels ont pris des proportions gigantesques délibérées et voulues. C'est bien pourquoi les Etats laissent faire et encouragent. .
    Dans la lutte contre " la dette publique ", l'immense erreur a été, de ne jamais relier l'évasion fiscale, les paradis fiscaux, avec la volonté de frapper très fort les petites gens par des politiques de rigueur. On a discouru à la place sur l'origine de la dette, la fabrication monétaire etc… et l'extrême gauche parle de la "crise" au lieu de parler de la politique européenne de rigueur qui organise la "crise".
    CAHUSAC a parfaitement illustré ce problème, en faisant la politique de rigueur décidée par la gauche tout en planquant ses revenus à l'extérieur de la France. A ses yeux, il agissait pour la " nation ", c'est-à-dire pour sa classe….

    Il faut revenir à l'origine de la création de l'impôt sur le revenu. C'est à l'occasion de la guerre de 14-18, pour financer l'effort de guerre de l'Etat que la loi institue cet impôt.
    On peut en conclure que c'est donc un impôt totalement réactionnaire. Mais c'est oublier qu'à l'époque, après la Commune de Paris, il était impossible d'envoyer le peuple à la boucherie guerrière sans exiger de la bourgeoisie qu'elle finance l'Etat majoritairement. Et ce financement fut une avancée.
    Donc l'Etat a fait trois choses pour avoir la paix sociale et obtenir l'union nationale :
    -Il fait voter la guerre par la social -démocratie
    -il fait créer l'impôt sur le revenu
    -il crée massivement de la monnaie contre les crédos libéraux et liquide ainsi la classe des rentiers par l'inflation.

    La partie de la bourgeoisie la plus dure voulait sucer le sang du peuple tout en lui faisant financer la guerre. C'était politiquement impossible.
    L'impôt sur le revenu est demeuré pour financer plus tard " l'Etat Providence " dans le même objectif de paix sociale et pour pouvoir exploiter le peuple avec l'aval des communistes ; sauf que les concessions faites aux salariés ont ouvert une brèche. Il nous faut aujourd'hui réclamer le contrôle sur l'impôt sur le revenu, et le contrôle de son utilisation… Le reste, on le verra après… c'est le contrôle des citoyens et salariés qui posera les bonnes questions, mais pas nous.

    Le 12-4-13