MARX AU 21ème SIECLE ?

  • index
  • Bienvenue
  • Qui sommes-nous ?
  • MARX LIBERATEUR

  • Economie marchande et non marchande
  • valeur d'usage/forces productives
  • Valeur Travail/exploitation
  • Théorie de l'aliénation
  • Monnaie
  • Etalon monétaire et prix
  • Inflation:actualité
  • Marchés de l'or actuels
  • Libre Echange, monnaie coloniale
  • Le salariat
  • MARX INDUSTRIALISTE pour le compte du capitalisme

  • Machinisme et science
  • Déterminisme historique
  • Démocratie
  • Communisme Révolution sociale
  • Le capitalisme peut-il s'effondrer ?
  • Industrialisation
  • Famines et capitalisme
  • famines et communisme
  • Les forces productives ont-elles cessé de croître ?
  • REVOLUTION dans le Tiers Monde ?
  • Soviétiques en Afghanistan
  • Chine communiste

     

     

  • ANNEXES

    Analyses théoriques

    Colonisation, CurrencyBoards

    Division Unité

    euro

    Islamisme

    Keynes

    La Gauche dans le monde

    L'extrême gauche

    Les trente glorieuses

    Nationalisme

    Racisme et discrimination

    religion irréligion

    Socialistes français 2014

    Subprimes

     

     

     

    Analyses factuelles et historiques

    Al Qaïda: Qui infiltre qui ?

     

  • Liberté d'expression Charlie Hebdo
  • Luttes de classe au jour le jour
  • Palestine maudite
  • Somalie
  • Soudan,Darfour
  • Soviets
  • stratégie syndicale
  • Syrie
  • Théorie du complot ?
  • TRUMP, un cancrelat du capitalisme, un produit logique du communisme
  • Voyoucratie d'Etat
  • Yémen

     

     

     

    QUE FAIRE ?

    -L'Internationale des travailleurs: urgence !

    -Pétition, lettre ouverte au PS

     

  • Ecrivez-nous :

    infos@marx21siecle.com

  •   

    La dette publique !

    (voir en fin de rubrique une analyse théorique sur la constitution de la dette en liaison avec le problème de la monnaie)

    ou comment on formate l'opinion publique

    Le FMI avouerait-il ?

    Le surendettement actuel des Etats serait dû, de l'aveu du FMI, aux conséquences de la crise financière de 2008, et non pas d'une gestion désastreuse des finances publiques depuis 30 ou 40 ans... L'argument n'est avancé que pour justifier les politiques d'austérité, politiques sur lesquelles le FMI se poserait beaucoup de questions actuellement

    (Le monde du 29-1-13)

     

     

    La dette allemande et....la dette grecque !

    Au sortir de la dernière guerre, l'Allemagne était encore endettée de la première guerre mondiale. Cette dette perd la moitié de sa valeur du fait de l'abandon de l'Etalon or et de la perte de valeur du dollar. Dans l'après seconde guerre mondiale, la RFA, crée par la partition de l'Allemagne, estime ne pas devoir les dettes du Reich. Une conférence a lieu à Londres en 1953 avec les créanciers. Les dettes cumulées de l'Allemagne sont divisées par deux et se montent finalement à 14 mds de DM (deutche mark) remboursables sur une très longue période.

    Pourquoi les créanciers de l'Allemagne sont si souples ?

    Parce que grâce au plan Marshall et à une industrie qui n'a pas été détruite, l'Allemagne qui se reconstruit (Les villes et son infrastructure routière) est en pleine croissance économique: les créanciers estiment ne pas devoir y porter préjudice, pour la bonne raison qu'ils veulent faire de ce pays une vitrine contre le communisme (voir le Monde du 19 et 20-8-12)

    En outre l'Allemagne devait 7 Mds de dollars à la Grèce au titre des réparations pour l'occupation du pays sous les nazis. Qu'à cela ne tienne, l'accord de Londres remet la dette aux calendes grecques....Et aujoud'hui, les bonnes âmes qui dirigent l'Europe disent à la Grèce "Vous avez accepté la réunification, tant pis pour vous (?)"

    Cette dette vaudrait aujourd'hui 80 mds d'euros. Qu'à cela ne tienne ! La Grèce s'en passera...

    Autrement dit les dettes valent ce que les hommes politiques veulent bien...

     

    Vous avez dit dette ?? Mais les JO, c'est la fête et non la dette !!

    Le 1-8-12

    Entendu sur France Inter:

    Tandis que le gouvernement anglais a restreint le budget de 90 mds d'euros et que le peuple anglais va devoir se serrer la ceinture, il a été dépensé 24 Mds pour les Jeux Olympiques sportifs, soit 4 fois plus que prévu, financés sur fonds publics à perte, avec des retombées nulles pour le peuple londonien.

    Qui est gagnant ? Ceux qui font des paris sportifs, qui vendent des produits dopants, qui font des tractations financières multiples derrière les jeux...

    Ce n'est pas la fête, dit un intervenant, c'est un cauchemar !

    (Vladimir Andreff, économiste, était interviewé à cette occasion)

     

     

     

     

    (voir la rubrique "crise bancaire et financière", "euro")

    (Voir en fin de rubrique "la règle d'or" votée fin 2011 par l'Europe)

    Il y a beaucoup d'argent !! La Banque des règlements internationaux , la BRI, a publié son rapport le 1° septembre 2010 et indique ceci:

    Les volumes négociés sur le marché mondial des changes a atteint 4000 Milliards de dollars par jour (3100 milliards d'euros); ceci en raison de la montée en puissance des fonds spéculatifs, des sociétés d'assurance et autres institutions financières non bancaires.

    Mes chers lecteurs, il n'y a pas d'argent dans les caisse de l'Etat, Où en trouverait-on ?

    Les dirigeants des 50 sociétés US ayant licencié le plus de salariés, entre novembre 2008 et avril 2010, ont été en moyenne rémunérés à hauteur de 12 millions de dollars en 2009 (9,4 millions d'euros), soit 42% de plus que la moyenne des dirigeants du Standard & Poor's 500, selon une étude de l'Institute for Policy Studies parue le 1° septembre 2010.... (Le Monde du 3-9-10). Ces messieurs n'investissent pas, ils licencient, ils jouent avec leur pognon et spéculent par l'intermédiaire des organismes cités. Mais il n'y a pas d'argent...

    En France, par exemple, Mr Proglio, PDG d'EDF, qui gagne 133000 euros mensuellement, que fait-il de son argent ? Vous savez ce monsieur qui ne supporte pas que vous soyez en retard dans le paiement de votre électricité. Il gagne par mois 5 fois ce qu'un cadre moyen gagne par an. Il place cet argent, il joue avec, il va sur les marchés spéculatifs et dans les paradis fiscaux, et tente d'en avoir encore plus, toujours plus.... Il bénéficie naturellement du bouclier fiscal.. Soi disant il n'y a pas assez d'argent pour investir... Nos salaires, trop élevés, empêchent ces beaux messieurs et les entreprises d'investir

    De qui se moque-t-on ?

     

    Les caisses de l'Etat sont vides ? Et pourtant, les députés sont appelés à voter le 4 novembre un budget de la Défense de plus de 31 Milliards d'euros (hors pensions).

    Ce n'est pas la crise pour tout le monde et tous les budgets. La caractéristique principale du budget de la Défense 2011 est de préparer les guerres de demain par le sacrifice des hommes au profit des équipements sophistiqués et meurtriers. L'arme nucléaire y a encore une fois la part belle.

    Ce budget est la conséquence de la réintégration de la France dans le commandement militaire de l'Otan et du vote de la Loi de programmation militaire 2010-2013 qui engloutira ces prochaines années 186 milliards d’euros au bénéfice de la Défense, dont 102 milliards seront consacrés à l’équipement des forces.
    Au lieu de servir à préparer la guerre, ces sommes colossales devraient servir à éradiquer la faim dans le monde, assurer un accès à l'eau potable à tous, garantir une éducation partout sur la planète, ...promouvoir la paix.

    Le Mouvement de la Paix vous invite à vous mobiliser pour refuser ce véritable budget de guerre (lettres et pétitions aux parlementaires)

    Le 24-10-10

     

     

    La tarte à la crème de la dette publique:

    Il est stupéfiant de voir comment les politiques ont fabriqué la dette publique sciemment, en diminuant les recettes d'année en année (toujours moins d'impôts pour les riches, diminution de l'impôt sur les sociétés, niches fiscales et autres...), puis ensuite formatent les gens à l'idée que la dette ne proviendrait que des dépenses
    publiques trop importantes ! Puis font ensuite comme si la dette tombait du ciel, et
    s'en servent pour justifier qu'il faut serrer la vice à tous les niveaux: supprimer des postes de la fonction publique, privatiser les services publics, supprimer les hôpitaux, la sécurité sociale, les retraites......etc etc ... C'est un exemple pernicieux de fabrication de l'opinion publique (voir l'article de Serge Halimi "Une dette providentielle" dans le Monde diplomatique de décembre 09.)

     

    -"L'Etat n'a pas assez d'argent, il risque la faillite...C'était le leitmotiv des politiques et des médias au début de 2008 : "De l'argent pour augmenter le pouvoir d'achat? Où voulez-vous que je le prenne ? "disait Sarkozy... Formatage des esprits.

    MENSONGE EHONTE !

    Les caisses sont vides nous disait Sarkozy, sous entendu le peuple, les citoyens malades, les salariés, les enseignants, les chercheurs .... et les pauvres devaient se serrer la ceinture. Et de rappeler que la Communauté Européenne avait défini " pas de déficit public qui dépasse 3% du PIB" (critères de Maastricht que les braves citoyens, mille fois trompés, ont votés).

    Puis Sarkozy en a remis une couche "Il faut inscrire dans la constitution qu'on ne peut voter un budget en déficit"...(18-5-08) !!!

     

    L'Etat a l'argent qu'il désire avoir, via les impôts et les emprunts.

    L'ETAT A DAVANTAGE LA MAITRISE DE SES RESSOURCES QUE CELLE DE SES DEPENSES.....qui sont parfois inopinées et dépendantes des mouvements sociaux...

    Tout gouvernement, au nom de l'Etat, propose au vote du parlement, au moment de la présentation de la loi de Finances, un niveau donné des recettes de l'Etat par les impôts sur le revenu, les sociétés, la TVA etc...

    C'est le gouvernement qui indique qui doit payer des impôts ou pas, comment on peut soulager les riches de leurs impôts, s'il y aura un impôt sur la fortune ou non; c'est le gouvernement de l'Etat qui protège les paradis fiscaux, c'est à dire l'évasion fiscale; c'est le gouvernement avec l'aide de son parlement-paillasson qui a décidé que l'Etat se passerait d'une imposition sur les Stocks Options, comme le rappellait opportunément un journaliste à la radio le 28-5-08 ! C'est le gouvernement qui décide que l'Etat sera pauvre ou riche. Et c'est l'Europe libérale qui décide la limitation des dépenses publiques, et la disparition des services publics.

    C'est exactement la même chose au niveau de la sécurité sociale: on nous parle des dépenses abusives, mais on ne nous dit pas comment le gouvernement et son parlement amputent sans arrêt les recettes de cette caisse.

     

    COMMENT L'ETAT REDUIT VOLONTAIREMENT SES RESSOURCES:

    L'Etat serait en quasi faillite ?! Les avantages fiscaux et niches fiscales diverses: 73 Milliards d'euros !

    (le Monde du 6-6-08)

    Ces avantages fiscaux au profit des plus aisés correspondrait à 27% des recettes de l'Etat !! Ces allègements sous forme de crédits d'impôts auraient augmenté de 50% au cours des 5 dernières années.

     

    Recettes de l'Etat en 2008

    Recettes fiscales: 272 Mds d'euros; recettes non ficales 28 Mds.

    Dont impôts sur le revenu: 60,5 mds; impôts sur les sociétés 53,8 mds sur seulement 1/3 des entreprises françaises de capitaux;

    Dont CSG: 76,3mds d'euros (18% des ressources de la Sécu viennent de la CSG) qui est un impôt individuel sur l'épargne, que seuls les gens aisés ont les moyens de fuir.

     

    Exemples d'avantages fiscaux: l'exonération des produits attachés aux bons ou aux contrats de capitalisation représente un coût budgétaire de 3,51 milliards d'euros. De même, l'exonération des intérêts et primes versés dans le cadre de l'épargne logement représente un manque à gagner de 1,7 milliard d'euros pour l'Etat....la réduction de l'imposition forfaitaire au taux de 16 % des plus-values réalisées dans les DOM-TOM par certains associés à l'occasion de la cession de droits sociaux coûte 2 millions d'euros, pour 100 bénéficiaires, soit un gain moyen de 20.000 euros par personne. La réduction d'impôt au titre des investissements locatifs et de la réhabilitation de logements dans les DOM-TOM devrait, de son côté, coûter 180 millions d'euros en 2006, pour 25.000 bénéficiaires.....( www.fr.biz.yahoo.com/patrimoine/impots/)

    On trouve encore écrit:

    "Le produit de ce manque à gagner fiscal s’élève à près de 50 milliards d’euros" (www.c6r-cp.org). (400 mesures: la TVA à 5,5 % sur les logements sociaux (4,3 milliards d’euros), les bons de capitalisation (3,5 milliards), la prime pour l’emploi (2,7 milliards) ou l’abattement de 10 % sur les pensions et retraite (2,3 milliards).....), ou encore "Le Conseil des impôts avançait, en 2003, le chiffre de 50 milliards d'euros, soit 20 % des recettes fiscales de l'Etat, mais soulignait en même temps que ce coût augmentait très rapidement : aujourd'hui, il dépasserait 70 milliards. (Certains postes sont bien connus : l'immobilier (dispositifs Malraux, Robien...), les investissements dans les DOM-TOM, l'assurance-vie, ou encore les crédits d'impôt recherche. www.lesechos.fr).

    7000 ménages aisés ont échappé à l'impôt..

    .Les 1000 contribuables qui ont le plus réduit leurs impôts, grâce aux niches fiscales accordés par le pouvoir en France, créent un manque à gagner de 295 millions d'euros pour le budget de l'Etat (Les Echos du 18-9-08)...

    Plus de 500 000 contribuables relèvent de l'ISF: l'Etat sait où se trouve l'argent !

    Bouclier fiscal

    (Wikipedia)

    Le bouclier fiscal est une mesure instituée en France par la loi de finances pour 2006, qui pose comme principe qu'un contribuable ne peut avoir à acquitter plus de 60 % de ses revenus en impôts. ...Ce pourcentage n'incluait pas les cotisations sociales, ce qui mettait le seuil effectif du bouclier fiscal à 71%..... Nicolas Sarkozy avait annoncé lors de la campagne présidentielle de 2007 qu'il voulait « un bouclier fiscal à 50% y compris la CSG et la CRDS » (contribution au remboursement de la dette sociale)....Mis en place par la loi de Finances 2006, le bouclier fiscal abaisse les impôts des contribuables de 60% à 50% de leurs revenus depuis le 1er janvier 2008, sur les revenus de 2007. Le dispositif prend en compte l'ensemble des prélèvements fiscaux : la CSG, la CRDS, l'impôt sur le revenu, l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF), les taxes foncières et la taxe d'habitation sur la résidence principale. L'administration fiscale rembourse la différence aux contribuables si les impôts payés dépassent le seuil de 50% des revenus.

    (première ébauche d'un bouclier fiscal en 1988 sous le gouvernement de Michel Rocard sous la forme de la règle du plafonnement de l'impôt de solidarité sur la fortune...)

    Ce bouclier fiscal s'applique après déduction des bénéfices des niches fiscales... (Le Monde du 18-10-08)

    Il s'ajoute donc aux avantages ci-dessus.

    De plus l'Etat s'intéresse-t-il aux pratiques irrégulières des grosses fortunes (Libé du 28-7-10), ou les favorisent-ils?? cf les relations Bettencourt et Eric Woerth ! L'Etat français par l'intermédiaire de ses hommes politiques ne les favorise-t-il pas ? Ne les protège-t-il pas ? Ne serait-ce que par les tentatives de "dépénalisation de la vie des affaires" !

     

    L'Etat ne peut pas trouver quelques milliards d'euros pour les citoyens ??

    -la suppression des régimes spéciaux aux anciens ministres et le plafonnement des salaires de ces messieurs dames à 10 000 euros ferait gagner 2 mds d'euros par an environ.

    -La restitution de l'argent parti dans les niches fiscales et autres permettrait de retrouver 73 mds d'euros par an.

    -La restitution des parachutes dorés et plus values financières hallucinantes pour le compte de la collectivité: au moins 100 millions d'euros

    etc etc

    -Le trou de la sécu (problème grave et récurent depuis des années): 12 milliards € . Il n'y a pas d'argent ?

    -(Mais le budget de l'Elysée pour 2008, d'un montant de 100,8 millions d'euros vient de se voir donner une rallonge de 9,2 millions, tandis que pour 2009, il sera de 112,3 millions: + 11,5 millions) (le Monde du 17-10-08)

    -financement du RSA: 1,5 milliard € (pas dans les caisses il y a un mois, d'où l'idée d'une taxe sur les assurances vies)!!

    -Le gouvernement ne peut rien trouver pour les gens qui perdent leurs logements (crédits relais impossibles, taux variables abominables...) ?

    -Le gouvernement ne peut créer que des emplois précaires pour les personnes à qui le capitalisme-vautour vole les emplois ? 100 000 contrats aidés supplémentaires (le Monde du 29-10-08): qui peut garder son logement ou y accéder avec un contrat aidé ?

    -Le gouvernement refuse de légiférer sur la suppression des "parachutes dorés" (liste ci-après) (le Monde du 27-10-08)

    -Le gouvernement refuse de venir en aide aux municipalités qui n'ont reçu aucun crédit supplémentaire après 2005, et qui sont étranglées de ce fait par des dettes !!!

    -Le gouvernement refuse en conséquence de faire appliquer la loi sur la construction des logements sociaux...

    -Le 11-6-08, on a entendu à la radio que le gouvernement gèlera les postes de fonctionnaires partant à la retraite sur 4 ans, soit 150 000 postes en moins, ce qui fera faire une économie de 7 à 8 Mds d'euros à l'Etat.

     

     

    "Quand les milliards pleuvent, les députés UMP doutent du budget"

    (le Monde des 5 et 6-10-08)

    Le gouvernement freine la dépense publique dans son projet de budget, mais dégote la semaine suivant 26 Milliards d'euros: 1 pour Dexia, 5 pour le logement, 20 pour les PME... Mais on ergote pour 1,5 Md pour le RSA !!

    Pourquoi faire tant d'histoires pour le déficit public ?? Juste pour justifier que les citoyens doivent se serrer la ceinture. Mais l'UMP est gênée aux entournures !

     

     

    Mais avec la crise financière, le gouvernement vient de trouver 360 Mds d'euros pour les banques sans problème !!

     

    L'Etat, outre qu'il décide du montant des ressources, peut s'endetter sans difficulté auprès du public (dont il peut piller les avoirs) et auprès de l'étranger (obligations d'Etat, bons du Trésor). La nécessité de diminuer la dette publique vole alors en éclats "Adieu l'équilibre budgétaire, adieu les critères de Maastricht", "6 grandes banques françaises viennent de se présenter au guichet de la honte (celui de l'Etat) pour obtenir des fonds publics" (Delhommais. Le Monde du 27-10-08)

    Ce qui était bon, au niveau européen, pour justifier des politiques sociales draconniennes pour les citoyens, saute face au "désarroi" des banques qui s'en sont mis plein les poches, qui ont souscrit aux "subprimes", et à tous les blanchiments d'argent proposés par tous les escrocs de la finance, de la drogue et de l'armement !

    L'Europe va offrir sans état d'âme 1700 milliards d'euros de fonds publics pour les banques, les USA 4400milliards de dollars...(le Monde du 27-10), ceci est sans compter tout ce que les banques centrales ont mis cet été sur le marché comme sommes colossales pour sauver les banques !

     

    MAIS ATTENTION, ATTENTION....L'Etat risque de piller les liquidités de la Caisse des dépôts et Consignations (le Monde du 27-10-08...)(entre autres Livret A, Livrets dit du "développement durable" ....) et de ne rien rembourser ....

    ..................

    Les banques, après avoir fait casquer l'Etat pour les sauver de la faillite, refont des profits fabuleux et prévoient (la BNP entre autres prévoit en JUILLET 2009 de donner bp d'argent aux traders......)

    août 09

     

    Aux USA, 8 mds de dollars sont prévus pour les cadres des banques en août 09 !!!!

     

     

    Sarkozy a-t-il vraiment la haine contre le capitalisme dévoyé ??

     

    L'EUROPE qui donne allègrement 1700 Mds d'euros aux banques, ne peut -t-elle, pour réaliser les objectifs du Millénaire (réduction de l'extrême pauvreté et de la faim, accès à l'eau potable, recul de la mortalité, infantile, minimum d'éducation pour tous les enfants...), trouver l'argent nécessaire ?

    Il en aurait coûté 121 milliards $ en 2006 et coûterait 189 milliards $ en 2015,
    soit un total de 1200 milliards $ (moins d'un milliard €) d'ici à 2015, terme fixé pour la réalisation de ces objectifs.

    Le 21-1-2009 sur France inter: 10 nouveaux Mds pour les banques!

    Sarkozy "exigeait" l'abandon de leurs bonnus par les pâtrons de banques et d'entreprises... mais des "patrons refusent de se sacrifier" (titre le journal de la métro de Bordeaux, sans guillemets à "sacrifier"en janvier 2009): Georges Pauget du Crédit agricole, Frédéric Oudea de la Société Générale...et Thierry Morin de l'entreprise Valéo qui touche un salaire mirifique et se verrait offrir un parachute doré en cas de départ car l'entreprise est dans une situation catastrophique : 5000 emplois suppriéms dont 1500 en France.

    En l'échange de l'abandon des bonus Sarkozy offrait donc ces 10 mds !! Quel rapport ??

    C'est on ne peut plus clair et très moral !!

     

    -Sur la suppression des postes de fonctionnaires:

    N'en doutons pas, la suppression des postes de fonctionnaires a peu de choses à voir avec de nécessaires économies. Il s'agit, par ces suppressions, de mettre au pas le salariat de la fonction publique, et partant de tout le privé: travaillez plus, vous gagnerez moins. Il s'agit aussi de liquider l'école publique, qui, même si elle est critiquable, assure la fonction de scolariser l'ensemble des enfants de toutes les couches sociales en leur donnant les rudiments de la compréhension. Mais à notre grand étonnement (!), les syndicats se gardent bien de protester contre le fait que la semaine d'école va se réduire à 24h au lieu de 30h. Seuls une forte minorité d'enseignants manifestent, en dehors des syndicats, contre la semaine des 4 jours à l'école ! Et contre les 2000 suppressions d'emplois à l'Univedrsité (nov 09)

     

    -Dette publique et dépenses de l'Elysée, des ministres et des députés

    -Rachida Dati bénéficie d'une voiture ministérielle et de 3 gardes du corps. Un passe droit: 153000 euros.

    -le voyage en jet d'Alain Joyandet (mars 2010)

    -le voyage présidentiel en Chine a coûté 4 fois plus cher que pour son prédécesseur: 170000 euros

    -La cour des comptes révèle en 2011 qu'entre 2006 et 2010 les dépenses d'études et de sondages du gouvernement sont passées de 4,57 à 6,4 millions d'euros, sans publicité ni mise en concurrence contrairement au code des marchés publics. Ceci est dit dans une période où le gouvernement "cherche" à diminuer les dépenses publiques !

    -L'Evasion fiscale

    Les multinationales jouent sur les prix de transfert pour réduire au maximum leur imposition.

    Toute multinationale "doit" avoir une filiale dans un paradis fiscal. Elle lui vend ses produits fabriqués à bas prix et fait un faible bénéfice. La filiale vend au prix fort dans le monde entier, fait un gros bénéfice et ne paye pour ainsi dire pas d'impôts.

    (Le Monde du 28-1-2010)

    Qui voudrait supprimer les paradis fiscaux ?? Cette manne pour les plus grandes entreprises du capitalisme ??

    On nous baratine à ce sujet, on fait semblant, on fait des grandes phrases...

    Le Congrès US a chiffré à 100 Mds de dollars la perte annuelle liée à l'évasion fiscale du type ci-dessus.

     

    Dette publique insupportable ???

    (Le Monde du 8-1-10)

    Le Parlement a reconduit presque à l'identique les mesures fiscales de soutien au marché immobilier, c'est à dire au lobby immobilier, 10,7 mds d'euros soit le tiers de l'effort national au logement (dispositif Scellier-Bouvard..), c'est ça de moins au budget de l'Etat.

     

    Sur les dettes des Etats les plus fragiles en Europe, voir la rubrique "Crise bancaire et financière".

     

    "La règle d'or" budgétaire votée fin 2011!

    Angela Merkel qui s'est portée à l'avant garde de la lutte pour la règle d'or, c'est à dire l'abolition du déficit budgétaire, et qui ose se produire en Grèce dans la dite "Troïka" pour préconiser toujours plus de rigueur pour le peuple grec, n'aurait-elle pas des problèmes de même nature que la Grèce en Allemagne ???

    D'une part elle ose proposer à son gouvernement une baisse d'impôts. Les parlementaires n'en veulent pas, car diminuer les impôts c'est augmenter la dette, disent-ils. Merkel montre son vrai visage ultra libéral.

    D'autre part plusieurs Etats-Régions comme Brême, Berlin, ont des dettes publiques aussi colossales qu'en Grèce, 60 MDS d'euros à Berlin. Qu'est-ce qui change la donne ? Les 4 régions les plus riches (Bavière, Bade-Wurtenberg, Hesse et Hambourg) sont tenues d'aider les 12 autres. Jusqu'à présent ni vu ni connu. Merkel parade et bavarde.

    (voir le Monde du 3-2-12 p 6)