MARX AU 21ème SIECLE ?

  • index
  • Bienvenue
  • Qui sommes-nous ?
  • MARX LIBERATEUR

  • Economie marchande et non marchande
  • valeur d'usage/forces productives
  • Valeur Travail/exploitation
  • Théorie de l'aliénation
  • Monnaie
  • Etalon monétaire et prix
  • Inflation:actualité
  • Marchés de l'or actuels
  • Libre Echange, monnaie coloniale
  • Le salariat
  • MARX INDUSTRIALISTE pour le compte du capitalisme

  • Machinisme et science
  • Déterminisme historique
  • Démocratie
  • Communisme révolution
  • Le capitalisme peut-il s'effondrer ?
  • Lois du capitalisme ??
  • Industrialisation
  • Famines et capitalisme
  • famines et communisme
  • Les forces productives ont-elles cessé de croître ?
  • REVOLUTION dans le Tiers Monde ?
  • Soviétiques en Afghanistan
  • Chine communiste

     

     

  • ANNEXES

    Analyses théoriques

    Colonisation, CurrencyBoards

     

    euro

    Islamisme

    Keynes

    La Gauche dans le monde

    L'extrême gauche

    Les trente glorieuses

    Nationalisme

    Racisme et discrimination

    religion irréligion

    Socialistes français 2014

    Terrorisme

     

     

     

     

    Analyses factuelles et historiques

    Al Qaïda: Qui infiltre qui ?

     

     

  • Liberté d'expression Charlie Hebdo
  • Luttes de classe au jour le jour
  • Palestine maudite
  • Paysannerie en Inde
  • Somalie
  • Soudan,Darfour
  • Soviets
  • stratégie syndicale
  • Syrie Irack
  • Théorie du complot ?
  • TRUMP, un cancrelat du capitalisme, un produit logique du communisme
  • Voyoucratie d'Etat
  • Yémen

     

     

     

    QUE FAIRE ?

    -L'Internationale des travailleurs: urgence !

    -Pétition, lettre ouverte au PS

    -Gilets jaunes

  • Ecrivez-nous :

    infos@marx21siecle.com

  •   

     

    COVID 19 : POLITIQUES DE CONTROLE DES POPULATIONS, DE DECERVELAGE, DE CHAOS SOCIAL ET D'ARGENT, AU SERVICE DES HOLDINGS ET DES LABOS, POLITIQUES PLUS QUE JAMAIS VIOLENTES CONTRE LES REFUGIES,

     

    Au nom du covid, pour "protéger" les populations; les gouvernements maintiennent plus que jamais la pression pour limiter le nombre des réfugiés, de migrants, et de toutes les populations qui fuient la misère, la peur, le despotisme.... Ces gens de toutes sortes se retrouvent parqués dans des camps aux frontières de l'Europe, peu secourus en mer, rejetés dans le désert par le gouvernement lybien, une situation pire que jamais....

     

    DIRA-T-ON TOUT SUR PFIZER ? LE VOILE EST- IL EN TRAIN DE SE LEVER ?

    (10 nov 2021)

    Le 2-11-21 dans la Voix du Nord, la pactole attribué au vaccin au profit de Pfizer se monte à 36 Milliards de dollars.

    N'oubliez jamais ce chiffre !

    Les contrats passés entre les labos pharmaceutiques et les Etats européens (qui ne se sont pas battus pour en finir avec les brevets sur le vaccin) sont tenus secrets. Trois viennent d'être publiés récemment, grâce à "L'Humanité" (17-2-2021), sauf sur les engagements financiers. Ce qui est rendu public indique que les ETATS SONT SEULS RESPONSABLES DES EFFETS SECONDAIRES.

    Le 9-11-21, le Monde révèle que l'un des nombreux sous-traitants de Pfizer, Ventavia, a menti sur la façon dont les tests se sont passés pour le vaccin. Les tests dont la société était responsable, ont été faits à toute allure contre la qualité et la sécurité... c'est tout dire.

    Et les autres sous-traitants ? Google est programmé pour qu'on ne trouve pas les nombreux sous-traitants de Pfizer.

    Un vaccin fait pour ramasser de l'argent (36 mds de dollars), mis au point dans la précipitation au mépris des règles déontologiques, donc contre les citoyens, et dont les effets secondaires ne seront pas de la responsabilité de Pfizer !.... C'est grandiose !

    Les gouvernements qui assument tout, prétendent obliger les citoyens à se vacciner, et insultent ceux qui s'y opposent. Extraordinaire !

    AMC

     

    Hôpitaux état des lieux en France (novembre 2021)

    Des médecins publient un article d’alarme le 5-11 dans le Monde concernant l’AVC : 1/3 des lits on été supprimés dans les unités de soins pour les malades ayant fait un AVC : 50 % des postes d’infirmiers ne sont pas pourvus. Conditions de travail dégradées depuis des années sans aucune réaction des pvrs publics, aggravées avec le Covid (réquisition des lits dans un état de saturation, déjà avant la pandémie).

    Mise en danger des malades aujourd’hui

    Dans les soins intensifs la situation est critique
    …...
    Par ailleurs, 5600 lits supprimés en France en 2021 (source officielle), plus de 2000 en 2020 en pleine pandémie. Chiffres officiels
    ……

    De quoi meurt-t-on en France  chaque année ?

    -Grippe saisonnière : 8000 à 10000

    -Cancer :157400 en 2018.

    -AVC : 40 000 morts sur 150 000 cas annuels

    -Pneumonies : 16 000 décès annuels

    -Maladies cardiovasculaires :  140 000 personnes chaque année

    -Le diabète : 34 000 morts

    -Pollution : 40 000 morts précoces annuelles en 2016,


    Par ailleurs : Morts dans les Ehpad en 2015 : 150 000 personnes anuelles soit environ 400 par jour
    ……….

    -Covid : il a été annoncé 80 000 morts en Janvier 2021, sans aucune vérification possible en raison des confusions avec d’autres maladies, du fait d’absence de soins à de nombreux malades pendant la pandémie.

    Le gouvernement (avec l’OMS) dit aujourd'hui « retour à la pandémie », mais ne ré-ouvre pas de lits, n’améliore pas les conditions de travail des soignants, pour pouvoir recruter, en fait ne cherche pas à recruter.

    Tous disent : Il faut se vacciner, il faut se vacciner….Leitmotif, on a compris ! Mais rien n’est fait dans les pays du Tiers monde, les BREVETS SONT PRESERVES ; Vaste affaire de fric !
    …..
    Une blague circule :
    -Docteur ! Vous avez une idée de la fin de cette pandémie ?

    -Je ne peux vous répondre car je n’ai jamais rien compris à la politique !

     

     

     

    Eradiquer les virus ?

    Eradiquer les virus et le covid ? Au mieux on peut en limiter les effets. En outre les virus ont leurs lois propres; ils vont et viennent pour des raisons que nous ne maîtrisons pas. Mais il est sûr que nos modes de vie leur permettent de s'installer et de multiplier leurs effets nocifs. Par exemple les élevages industriels qui fragilisent les animaux et volatils, rapprochent les animaux sauvages et animaux domestiques parce que les habitats des premiers ont été détruits.

    Nos modes de vie qui provilégient la télé et la malbouffe, les produits nocifs comme les pesticides, fragilisent notre immunité et notre système respiratoire. Les virus y sont les bienvenus.

    Nos scientifiques croyaient éradiquer les virus, comme la polio. Eh bien non. Plus difficile que prévu. Le virus dormant s'est réveillé (le Monde du 13-1-21). La science ne sauvera pas le monde. La science capitaliste, de l'argent, de la suffisance joue à l'inverse d'une science conforme aux besoins humains, la sagesse, au doute cher à la réflexion.

    Les vaccins ne font pas tout, surtout s'ils viennent du cerveau de labos corrompus et criminels comme Pfizer.

    Ces labos sont parfois comiques et croient qu'on ne les voit pas.

    En même temps les labos et les gouvernements européens annoncent 1) qu'il faudrait une dose de vaccin supplémentaire, donc une troisième dose, pour relancer son efficacité ! et 2)qu'il faut augmenter les prix des doses, de 15,50 euros à 19,50 la dose, car la deuxième génération de vaccin coûte plus cher....

    Ah quelle belle affaire que ce vaccin, évidemment quasiment inacessible aux pays du Tiers monde ! Un vaccin pour les riches ! Vive la sécurité sociale !

    le 5-9-21

     

     

     

     

    C'est le conseil constitutionnel, dont le président est Fabius, qui a avalisé le pass dit sanitaire jusqu'au 15-11-21

    Le pass est totalement illégal. On ne va pas développer ici, d'autres le font très bien.

    Totalement illégal de vouloir faire contrôler ce pass par des gens qui n'ont pas qualité à le faire.

    Au premier dégré il s'agit de nous diviser, et de faire des non vaccinés des parias, et de leur mettre sur le dos la continuation de l'épidémie... Une 3ème et une 4ème vague seraient de bon aloi pour continuer à décerveler les gens.

    Au second degré la pass sanitaire pourrait constituer un pas de plus vers une carte d"identité totalement électronique qui permettrait, mieux qu'un puce, car avec un argumentaire "sanitaire", de contrôler totalement la population.

    En juillet 2021 Snowden de la Russie, mettait en garde, face au journaliste Pegg du Guardian, contre le projet Pégasus dont les visées étaient le contrôle absolu des citoyens. Brave Covid !! Arrivé à point nommé pour produire une gestion mensongère d'une maladie qui tue toutes les personnes fragiles, atteintes des vois respiratoires en le sachant ou ne le sachant pas, grâce à ce que nous respirons tous les jours ! A quelle géniale maladie qui sert à faire reculer, mieux que la police ou les votes au parlement, tous les acquis démocratiques....

    ..........

    Les bruits les plus contradictoires circulent sur le variant delta: un jour il envahit les médias car il présenterait une gravité considérable; un autre jour les contaminations qui restent fortes ne provoquent pas de risques consiérables, les cas positifs n'étant pas graves, et le lendemain le contraire, les hôpitaux sont pris d'assaut... etc Les ministres se contredisent entre eux. Cela devient la conversation de haut niveau la plus importante qui soit !

    Les salariés étant en contact avec les gens sont obligés d'avoir le pass donc de se vacciner, cela en concernerait 2 millions, mais ça ne concerne pas les enseignants, les enfants scolarisés, la police.... cela devrait concerner la gendarmerie, les pompiers, mais pas les citoyens qui vont dans les grandes surfaces et les transports, sauf le TGV.... Le pass est exigible sur la terrasse d'un bistrot si on s'assied, mais pas si on entre dans le bistrot pour acheter une bière et la boire assis sur le trottoir!!!!!! et tout à l'avenant !

    Tout est complètement absurde et n'a aucun sens du point de vue sanitaire, il s'agit seulement de nous pourrir la vie.

    On nous annonce qu'il manque partout de la main d'oeuvre alors qu'il y a du chômage; mais il faut embaucher des vigiles pour contrôler toutes les issues des hôpitaux, au moins 40 par hôpital; cependant il est exclu de pouvoir embaucher du personnel soignant et des infirmières ! A vrai dire ce personnel est en train de démissionner...

    Bientôt les hôpitaux excluront la possibilité que les gens malades puissent y entrer...

    On entend dire que le confinement nous tirés d'affaire, mais il semble qu'à la différence des chinois, on n'a jamais été confinés sérieusement, puisqu'on pouvait aller de l'enfermement chez soi à Carrefour ou intermarché, et dans le tram, ou le car, ou les trains (non TGV). Dans un confinement sérieux, on ne sort pas de chez soi; des camions apportent à manger aux gens en bas de leur immeuble comme en Chine. Vous appelez ce qu'on a vécu un "confinement" ?? Il nous manque des définitions.

    Le "confinement subi" avait probablement un autre but que la santé des gens: le décervelage, oui il faut dire le mot, c'est ça qui était peut-être visé ?!

     

     

     

    Ivermectine et situation en Inde

    (boîte de 4 comprimés pour 8,53 euros)

    "Cette molécule, commercialisée en France sous les noms Mectizan, Stromectol ou encore Ivomec, est très largement promue sur les réseaux sociaux: elle constituerait une sorte de remède miracle, disponible et peu onéreux pour traiter le covid."

    "Lundi 2 août, le Jérusalem Post s'est fait l'écho d'une étude, menée par un scientifique israélien, qui tend à prouver que le médicament pourrait réduire considérablement la transmission du coronavirus. Il a mené un essai randomisé en double aveugle sur 89 volontaires, qui tend à prouver que les patients sous ivermectine sont beaucoup moins contagieux, et ce plus rapidement."

    Les autorités sanitaires OMS, US déconseillent l'Ivermectine, idem en Europe.

    Mais il se trouve que les autorités médicales indiennes se sont saisies de ce médicament qui aurait permis de faire reculer la maladie très rapidement.

    Une controverse est née. "C'est faux" ont dit les européens et les américains, ça ne guérit personne.

    Evidemment c'est un médicament pas cher.

    L'OMS a eu une attitude contradictoire à ce sujet. Celle-ci en avril 21 avait préconisé ce médicament tout comme le Remdesivir. Puis l'OMS s'est rétracté sur le 1° médicament mais par sur le second que le labo GILEAD vendait à prix d'or à l'Europe.(pétitions contre sa dangerosité connue dès avril 2020)

    Le médecin indien Swaminathan de l'OMS proteste violemment ébut 2021 contre la propagande anti-ivermectine qui est criminelle... Qui a tort ? Qui a raison ? Qui a vu ? Si des journalistes occidentaux ont vu, ils se taisent curieusement.. On veut savoir.

    Checknews écrit :"Par ailleurs, l’intérêt de l’ivermectine reste extrêmement spéculatif. Mi-juillet 2021, le constat dressé fin 2020 sur les preuves d’efficacité de l’ivermectine sur le Covid-19 chez l’humain, en contexte clinique, reste inchangé : aucun effet significatif ne transparaît encore des synthèses d’études consacrées à ce traitement. Comme le note le Figaro, la contribution de l’ivermectine à la décroissance de l’épidémie est d’autant plus douteuse au regard de l’expérience péruvienne : ce pays, qui a recommandé ce médicament de mai 2020 à mars 2021 dans les mêmes usages que l’Inde, n’a pas évité les vagues épidémiques d’août 2020 et février 2021."

    "A noter que quarante jours après avoir ajouté l’ivermectine à la liste des traitements recommandés, le ministère de la Santé indien a révisé son jugement. Depuis la seconde semaine de juin, ce traitement ne figure plus dans les recommandations – pas plus que l’hydroxychloroquine la doxycycline, le favipiravir ou l’azithromycine. Dans de grands centres urbains comme New Delhi, les autorités sanitaires ont fait face à de graves pénuries de médicaments, d’oxygène ou de places dans les hôpitaux." (juin 2021)

    Autrement dit tout est interdit, rien ne sert à rien. On ne saura pas pourquoi en Inde tout va mieux.... Il est vrai que le confinement dans la rue est sûrement très efficace ! Ainsi que les politiques sanitaires du gouvernement actuel !!.

    Tous les citoyens couchés sur les trottoirs ont sûrement eu leur dose d'oxygène!

    Qui dit vrai ? Qui dit faux ?? Peut-être que le virus a décidé de s'en aller, car nous doutons qu'il y ait bp de gens vaccinés en Inde: France Dimanche le 12 juil. 2021: Seuls 5% des Indiens sont complètement vaccinés. Problème : le nombre d'injections peine à décoller.

    Mais on annonce une pénurie de vaccins

    "Les mutations (du variant indien en juin 2021 "Conversation") telles que L452R, qui facilitent la liaison, n’entraînent pas nécessairement une maladie plus grave ou ne rendent pas le virus plus mortel. Par exemple, si la variante B1427 semble se propager plus facilement, les recherches préliminaires n’ont pas montré qu’elle était associée à des infections plus graves ou à des charges virales plus élevées. Il pourrait en être de même pour la variante B1617, bien que cela doive encore être étudié."

    Comment faire pour croire quelqu'un qui soit fiable ?

    Nous formulons l'hypothèse que tout le monde ment.

    29-8-21

     

     

     


    PFIZER LABO CRIMINEL IMPUNI

    (résumé de ce qui a été publié ci-dessous + une actualité)


    EN 1996 le labo Pfizer profite d'une épidémie de méningite à Kano au Nigéria qui a fait 12 000 morts, pour expérimenter, sans aucun accord avec qui que ce soit, ni le ministère de la santé, ni les familles, un antibiotique sur des enfants, le Trovan. Ces tests vont s'avérer mortels pour certains dans la proportion de 11 cas sur 198, ou provoquer cécité, malformations et paralysie (189 jeunes enfants atteints). Pfizer persiste pourtant dans son essai, face à l'aggravation de l'état des jeunes malades.
    En principe on doit changer d'antibiotique face à un échec. Mais on est au Nigéria
    Pfizer avait obtenu la lettre d'un médecin nigérian corrompu, qui, au nom d'une soi-disant commission d'éthique, autorisait l'antibiotique en question. Pfizer reconnaîtra devant un tribunal américain que la lettre était incorrecte, mais un peu tard, et se défendra en disant que 5 cas mortels sur 100 est dans la norme des tests
    C'est le Washington Post, alerté, qui, le 17 décembre 2000, rend l'affaire publique. Le Washington Post a enquêté, et s'est concentré sur les expériences pharmaceutiques en Afrique, en Asie, en Europe de l'Est et en Amérique latine, détectant un système de tests en plein essor et mal contrôlé dominé par des intérêts privés.
    L'expérience de Pfizer était un essai illégal d'un médicament non enregistré par la FDA ( Food and Drug Administration) américaine, au moment des tests, un cas évident d'exploitation de l'ignorance.
    Les familles plaignantes ont porté plainte aux USA et été déboutées en 2005 dans un procès civil, commencé en 2001, mais la cour suprême des USA permettra un procès contre Pfizer, par 4 familles nigériannes en 2010 ainsi que par la ville de Kano. Celle-ci obtiendra 75 Millions de dollars, et chaque famille 175 000 dollars.
    Jamais Pfizer ne reconnaîtra ses torts; jamais ce labo ne s'excusera publiquement, et le laboratoire ne sera pas condamné pour son crime.


    Il est très important de remarquer que La FDA US autorise le Trovan en 1997, 1 an après les faits, en excluant toutefois son usage sur les enfants. Celui-ci sera restreint en 1999 (sévères affections du foie), ne sera jamais autorisé en Europe, mais sera très répandu outre Atlantique.
    La FDA fonctionne donc au service des labos. Son équivalent en France est l' ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé ).


    Cette histoire nous intéresse particulièrement dans le cas du vaccin Pfizer contre le Covid.


    Ce vaccin contre le Covid bénéficiait jusqu'en août 2021 d'une autorisation temporaire d'urgence . Il était dit en phase expérimentale. Le vaccin de l'alliance Pfizer-BioNTech (labo allemand de Mainz) contre le Covid-19 est désormais pleinement approuvé par la Food and Drug Administration (FDA), qui l'a annoncé dans un communiqué, lundi 23 août 2021.
    Cela signifie que l'immense majorité des vaccins s'est faite sous le signe de cette autorisation temporaire, acceptée par l'agence française, et l'Europe. Personne n'en a jamais rien su.

    Par ailleurs l'autorisation définitive comprend un avertissement sur un risque accru de myocardite, une inflammation du muscle cardiaque, après la vaccination. Ce risque est plus élevé chez les jeunes hommes, dans les sept jours suivant la deuxième injection. Mais les cas déclarés sont extrêmement faibles. Néanmoins les agences ci-dessus se déclarent très attentives à leur sujet et demandent à ceux qui vaccinent de suivre de très près les gens vaccinés.


    Questions:
    Lors de vaccination dans des pays où le service des urgences est régulièrement submergé (grèves régulières des soignants depuis des années en France à ce sujet), ou dans les pays du tiers monde qui n'ont pas de système de santé correct ou pas du tout, que font les personnes ayant des douleurs dues à une myocardite ? A qui s'adressent-elles si ceux qui vaccinent sont itinérants et ne sont pas médecins ? Il est signalé que ces myocardites sont sans conséquences durables si les patients reçoivent le soutien médical approprié immédiat, qu'en est-il dans le cas contraire ?
    On ne peut pas accepter ce risque de myocardites aussi petit soit-il, en faisant des comparaisons chiffrées entre les dits bienfaits du vaccin qui seraient considérables face à des accidents infinitésimaux qui ont toutes les chances d'être pourtant très graves dans les pays sans système sanitaire correct.
    On peut d'autant moins accepter ces risques quand on a affaire à Pfizer qui a manifesté un cynisme particulier dans les essais de son médicament le Trovan en 1996 et qui reste impuni.


    AMC 27-8-2021



    Adresse à France Inter par " auditeurs.inter@radiofrance.com "
    Après la déclaration de guerre de Macron le 11-7-21 :


    France Inter a lancé une enquête sur l'acceptabilité du vaccin par les français, auprès de 100 000 personnes. Les premiers résultats (8 juillet) indiquent une opposition de type politique au vaccin, venant surtout des femmes, qui acceptent mal les appels du gouvernement à la vaccination pour des motifs de solidarité et de " respect " alors que le gouvernement, dans sa gestion de la pandémie et de l'hôpital n'a fait preuve d'aucune solidarité et de respect….


    Je suis vaccinée contre le tétanos, pratiquant des travaux agricoles. Je constate que depuis quelques années, on ne peut plus se faire vacciner du seul tétanos mais on est obligé d'acheter un vaccin cocktail contre d'autres maladies, uniquement pour " alourdir " le prix à payer….
    En tant qu'économiste, je n'ai pu que constater les bienfaits des vaccins d'après guerre, proposés au nom de la santé, à l'époque.


    Aujourd'hui, il n'en est plus ainsi, les vaccins ont une terrible odeur nauséabonde de fric (surtout depuis la modification du rôle des actionnaires dans les labos par la grâce des socialistes au début des années 80), tels ceux contre le H1N1 qui ont été largement repoussés en France en 2009.


    Il y a longtemps que je ne me fais plus vacciner contre la grippe.
    Si John Le Carré était là, il dirait que derrière les vaccins actuels, donc des labos, il y a " le crime " (cf son roman " La constance du jardinier de 2000).

    Et effectivement il y a le crime concernant Pfizer. (doc ci-dessous concernant l'Hydoxychloroquine)


    J'avais déjà constaté que les essais du vaccin contre la dengue mal préparé par notre labo Sanofi avaient fait en 2019 des centaines de morts aux Philippines, et qu'il n'y a toujours pas de vaccin contre la dengue….contre la malaria, contre le sida et d'autres maladies car pas d'espoir de marchés lucratifs !!


    Le vaccin contre le covid est un vaccin pour pays riches. Une chance pour les labos que le covid se soit répandu également en Occident ! Tous les arguments pour plusieurs doses du vaccin sont entachés par cette interrogation : plusieurs doses ne rapportent-elles pas des millions aux labos ?
    49% des habitants de l'UE sont vaccinés (une dose), contre 2% de la population africaine (Le Monde du 7 juillet 21), et l'UE refuse de soutenir le levée des brevets et le transfert des technologies aux pays pauvres, comme les USA. L'OMS dit : seul 1% des 3,3 mds de doses déjà administrées dans le monde, l'ont été dans les pays les plus pauvres.
    Alors tout est dit. Ce vaccin pue le fric et le crime !


    C'est la première raison qui m'éloigne de la seringue avec dégoût.
    Mais pire, cette vaccination à deux vitesses, favorise l'émergence de variants de plus en plus dangereux (OMS Le Monde des 11 et 12 juillet 21) : Donc tout est fait objectivement pour garder le virus.

    La seconde raison de mes réserves tiendrait aux effets à moyen terme du vaccin, totalement inconnus, puisque nous servons de cobayes, nous sommes dans la phase 3 des essais, phase expérimentale jusqu'en 2022 .


    La troisième raison tient au fait que pas un scientifique préposé à la lute contre le Covid n'a d'abord indiqué qu'il fallait modifier les conditions dans lesquelles naissent ces nouveaux virus (et ça n'est pas fini) : Monocultures productivistes, élevage d'animaux en batteries industrielles (cochon, poulets, canards…) qui propulsent quantité de virus du fait même des conditions anormales dans lesquelles on les fait vivre. (épidémies de H1N1 chez les poulets et canards, peste porcine récurrente en Chine …)


    La quatrième :L'INSERM vient de publier une expertise sur les pesticides le le 30 juin 2021. Depuis des années il est question des effets dramatiques des pesticides sur la santé. Malgré l'opposition du " monstre " Monsanto, il y a eu des procès retentissants aux USA à l'initiative de malades des pesticides… Et ceux-ci ont obtenu gain de cause. Rien n'y fait, en France et en Europe, les industriels des pesticides menacent les malades, les scientifiques non attachés aux industriels, les ONG.. Et les gouvernements s'agenouillent avec respect devant ces criminels de l'argent. Car qu'est-ce qui est en cause sinon l'argent ???
    Cette fois c'est l'INSERM qui donne les résultats de son travail par voie imprimée (dans 6 mois, sa version électronique) (Le Monde du 2 juillet 21). Parmi toutes les atteintes à la santé humaine, sont signalées, entre autres des pathologies respiratoires.
    Dans l'infection par le covid, les personnes fragiles peuvent mourir par obstruction des voies respiratoires ! Qu'à cela ne tienne ! Le gouvernement et son fameux conseil scientifique (aussi scientifique que je suis nonne !) qui sont parfaitement au courant depuis des lustres des effets nocifs des pesticides, appellent ceux qui ne sont pas vaccinés à la solidarité et au respect des autres ! Les mots ont-ils encore un sens ? De qui ces gens se moquent-ils ?


    Les gens malades du covid n'ont eu droit à aucun soin immédiat même pas les soins les plus traditionnels et élémentaires contre la grippe tels que par exemple le Chlorure de magnésium (Magnogène supprimé par les labos car pas assez cher, et surtout trop efficace pour garantir l'immunité) : aujourd'hui on peut encore le trouver en poudre dans des sachets, à mélanger avec de l'eau, mais c'est proprement infâme… et les généralistes indéfectiblement attachés aux labos avec une laisse de chien, ne le connaissent plus. (je ne vais pas décrire ici la panoplie des soins possibles contre la grippe, inconnus des généralistes .
    Ainsi que l'hydroxychloroquine qui a été interdit mais dont l'armée dispose comme elle l'entend pour soigner les soldats, car la guerre et les campagnes ne peuvent supporter des gens malades!!

    Cinquième raison : Enfin une étude de " Santé publique France " (Le Monde du 6 juillet 21) révèle en début de mois les effets toxiques des métaux lourds (arsenic, cadmium, mercure, nickel….) dont nous sommes imprégnés à plus de 90 %. Ils provoquent entre autres choses, une déficience immunitaire ! (lire tout l'article). Il y a plein de ces métaux lourds dans les céréales du petit déjeuner !
    Ce n'est pas la première fois qu'on l'entend dire, qu'on le voit écrit !
    Le covid est donc d'autant plus efficace sur les voies respiratoires et dans un organisme à faible immunité !! C'est su et connu ! Mais le vaccin est là !!!! On va obliger les soignants à se vacciner ! Continuons à détériorer la santé, et fabriquons des vaccins !


    C'est la même chose pour le diabète et pour le cancer : l'environnement contribue à développer ces maladies, mais les labos criminels vont nous sauver. Ainsi va la logique meurtrière des responsables politiques !
    Alors, vous les gouvernants, les gens qui savent tout, les flippés en tous genres, les poncifs….. Parlez-nous du respect d'autrui et de la solidarité !
    Oui je sais, ça n'est pas mon refus personnel du vaccin, qui changera la donne ou qui aura une quelconque efficacité !
    Mais j'ai le devoir de dire non.
    D'autant qu'il semble bien que la maladie a été refoulée en Chine par l'Hydroxychloroquine !
    Tous les phraseurs, les culs bénis de la " politique ", les menteurs en tous genres… qu'ils continuent donc leurs fredaines dégoulinantes en vue des présidentielles ! … Le peuple finira par se lever !
    AMC le 11-7-21

     

    La question de l'Hydroxychloroquine


    Selon le professeur Raoult, ce médicament contre le paludisme, vieux de 70 peut soulager et aider les personnes qui, selon toute vraisemblance, présenteraient les symptômes du covid : symptôme de la grippe + violents maux de tête + toux.
    Ce médicament absorbé dès le début de la maladie a, selon lui, des vertus bienfaisantes, que Raoult a utilisé avec ses collègues de l'IHU dès le début de 2020.

    L'hypothèse de Raoult repose sur l'administration du médicament en tout début de maladie, dans les 7 premiers jours des premiers signes donc en consultation à l'hôpital, ou chez le généraliste, ou chez soi. Il le préconise également en prévention pour les patients à risque et les personnels soignants.
    Raoult précise bien qu'administrer le médicament à quelqu'un qui en est déjà au stade de la maladie en pleine expansion, c'est-à-dire hospitalisé, est devenu inutile.
    L'expérimentation du médicament par les détracteurs du prof Raoult

    D'après une liste d'expérimentations ( à publier intégralement si c'est possible car les éléments précis de celles-ci manquent), faites pour prouver que ce médicament n'a aucun effet ou est dangereux, il emble que les détracteurs ont utilisé le médicament sur des personnes surtout hospitalisées, sans dire à quel stade de la maladie elles en étaient. Est-ce compatible avec l'utilisation qu'en fait Raoult dans ses services ?
    Ce point doit être établi avec la plus grande précision, sinon on ne parle pas de la même chose.
    L'expérimentation conclut à l'inefficacité et à des effets secondaires
    Les chercheurs, les médecins, pour tester le médicament, auraient établi des listes de malades dont les uns (désignés au hasard) auraient reçu le médicament, et les autres n'auraient rien reçu.
    Toutes les études de ce type auraient conclu à un effet nul du médicament, ou à des effets non significatifs. Par contre des effets secondaires, soit cardiaques, soit sur la vision, auraient été enregistrés. Parfois sévères. De nombreuses expérimentations auraient eu lieu dans plusieurs pays avec les mêmes résultats. C'est la fameuse revue " the Lancet " ou " Nature " qui ont donné ces résultats.
    Outre que " The Lancet " a dû retirer en toute hâte des articles jugés mensongers à ce sujet, il est de notoriété publique que cette revue est entre les mains des labos les plus puissants.
    Les effets secondaires énumérés n'ont jamais été observés lors de l' usage de ce médicament contre le paludisme. Il a fallu le Covid pour que ce vieux médicament fasse connaître ses dits méfaits concernant des effets secondaires.

    L'expérimentation sur ce médicament, à laquelle le gouvernement français se réfère, ne donne pas le protocole utilisé et la nature des malades choisis.
    A l'évidence les essais ont eu lieu sur des malades hospitalisés, ce qui n'était pas le choix de Raoult.
    Qu'a dit Raoult sur tous ces essais ? Qu'ils étaient nuls sur le plan scientifique. Il a traité par un mépris agacé ces attaques, et fait valoir son pragmatisme et ses expériences, sans se douter de ce qui allait arriver. Le médicament a été interdit à la prescription, et même à la vente en pharmacie même sur ordonnance !! Par qui ? Des agences du gouvernement.

    Pour notre part, nous savons que pour expérimenter la valeur d'un médicament, il faut préalablement définir le protocole de l'expérimentation avec la plus grande précision. Et s'il y a conflit entre les parties, celle-ci doivent et peuvent nécessairement se mettre d'accord sur ce protocole. Si cela n'est pas, l'expérience doit être déclarée nulle si elle est menée par une seule partie, sans l'accord de l'autre partie.

    Le problème s'est posé jadis pour les médicaments homéopathiques. Jamais les parties en présence n'ont pu se mettre d'accord sur un protocole, ce qui constituait la base de toute vérification. Il fallait entre autre reproduire des expériences identiques à celles annoncées par les homéopathes. Mais les détracteurs ne voulaient pas reconnaître la possibilité d'expériences identiques (malades présentant des profils semblables par ex). Les uns parlaient de malades à traiter, les autres de maladies à traiter sans considération des malades … or c'est toute la divergence entre les uns et les autres. Et cela rendait certes l'expérience difficile. Donc aucun protocole n'a pu être défini et posé.

    Dans le cas du covid, il fallait trouver un échantillon de malades en phase initiale de symptômes, et un échantillon de personnes à risques, les séparer chacun en deux groupes au hasard, et prescrire aux uns de l'hydroxyne chloroquine, et aux autres un pseudo médicament ne contenant rien.
    Puis il fallait se mettre d'accord sur le temps d'attente concernant l'évolution des symptômes, puis faire consigner ces symptômes par des personnes agrées des deux parties.
    Nous n'avons jamais vu décrits les éléments d'un tel protocole dans les expériences relatées sur internet dans tel ou tel hôpital de divers pays. Et les deux parties n'étaient pas présentes. Raoult n'a pas été invité à de telles expériences. La chose était déjà jugée avant toute expérience dont les conditions de protocole étaient inconnues.
    Nous pouvons donc affirmer que le jugement dit scientifique donné sur l'hydroxy chloroquine est un jugement a priori, totalement fallacieux, et que les expériences vantées de ci de là n'ont aucune validité scientifique.
    L'affirmation de Raoult, selon laquelle les malades potentiels n'étaient pas soignés dès qu'ils présentaient des premiers symptômes, se trouve donc vérifiée.
    Il semble bien hélas qu'il fallait montrer que le covid était une maladie insoignable, si ce n'est, à un stade de grande gravité de la maladie, par intubation, donc mortelle.


    La seule perspective ouverte était le vaccin à venir, sur lequel travaillaient des labos ayant tous sur la conscience des accidents mortels suite à de mauvais médicaments, tel par exemple le Trovan par Pfizer, retiré du marché en 1999, après tous ses méfaits.
    Tout cela pour une grosse affaire commerciale devant rapporter beaucoup d'argent.
    AMC 20-8-21

    Questions parlementaires 39k 9k

    13 janvier 2021 E-000178/2021

    Question avec demande de réponse écrite E-000178/2021
    à la Commission
    Article 138 du règlement intérieur
    Mathilde Androuët (ID) Réponse écrite

    Objet: La Commission a-t-elle pris en compte le passif du laboratoire Pfizer?

    L'Agence européenne des médicaments a octroyé une autorisation de mise sur le marché conditionnelle pour le vaccin de Pfizer/BioNTech sur la foi des données transmises par Pfizer. La Commission a négocié une option d'achat pour 2,3 milliards de doses de plusieurs candidats vaccins, mais seuls ceux de Pfizer/BioNTech et Moderna ont été autorisés sur le marché européen à ce jour.
    Or, Pfizer a été condamné à de multiples reprises aux États-Unis pour falsification de données, corruption active et versement de commissions occultes. En 2016, le laboratoire a été également condamné en Angleterre à une amende de 84,2 millions de livres pour la surfacturation du prix de son traitement contre l'épilepsie. En 1996, Pfizer avait aussi été accusé d'avoir provoqué au Nigeria la mort de 11 enfants et des dommages physiologiques sur beaucoup d'autres en testant sur eux un antibiotique. Wikileaks a révélé en 2010 que Pfizer aurait essayé de trouver des preuves de corruption contre le ministre de la justice nigérian pour le contraindre à abandonner ses poursuites.
    Ce passif et les méthodes de Pfizer ont-ils été pris en compte par la Commission lors des négociations?
    Dernière mise à jour: 27 janvier 2021

    Réponse : (très générale, laissant de côté les éléments de la question)

    Questions parlementaires 37k 18k

    26 avril 2021 E-000178/2021(ASW)

    Réponse donnée par Mme Kyriakides
    au nom de la Commission européenne
    Référence de la question: E-000178/2021


    Les contrats d'achat anticipé, qui sont au cœur de la stratégie de l'Union européenne concernant les vaccins contre la COVID-19(1), ont été conclus avec des producteurs de vaccins qui disposaient de candidats vaccins prometteurs ainsi que du potentiel de livrer des doses à l'échelle nécessaire et dans les délais nécessaires, et en tenant compte des critères de sélection définis dans la stratégie.
    Un comité de pilotage, composé de représentants de tous les États membres, a guidé la Commission et l'équipe conjointe de négociation lors de la négociation des contrats d'achat anticipé. En outre, comme indiqué dans l'accord entre la Commission et les États membres, qui sous-tend la stratégie, afin de lancer des négociations avec un fabricant spécifique, le soutien d'au moins quatre États membres participants est nécessaire.
    Lorsque la stratégie a été élaborée, personne ne savait lesquels des nombreux vaccins contre la COVID-19 en cours de mise au point dans le monde seraient concluants. C'est la raison pour laquelle la Commission s'est appliquée à créer un large éventail de candidats vaccins, représentant différentes technologies. En ce qui concerne le vaccin de BioNTech-Pfizer, la Commission s'est à présent assuré la livraison de 600 millions de doses au plus, reconnaissant le succès de la technologie de l'ARN messager. La Commission a signé le contrat après l'aboutissement positif d'une procédure d'appel d'offres négociée, fondée sur des critères objectifs.
    Afin d'autoriser un médicament quel qu'il soit, l'Agence européenne des médicaments doit avoir à sa disposition et évaluer des informations fiables sur son innocuité, son efficacité et sa qualité pharmaceutique, la plus grande importance étant attachée à l'innocuité. En dépit du contexte de pandémie, les exigences d'innocuité imposées aux vaccins contre la COVID-19 restent aussi élevées que celles qui le sont à tout autre vaccin dans l'Union.

    (1)
    https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/?qid=1597339415327&uri=CELEX:52020DC0245

    Dernière mise à jour: 26 avril 2021
    ………………..

    Deux témoignages contre Pfizer à propos du Nigeria

    Le litige Kano - Pfizer, un crime contre le Nigeria
    ENTREPRISES PHARMACEUTIQUES PERSONNEL DE CORVELVA 17 FÉVRIER 2019 VISITES: 20555


    L'expression "litige Kano" fait expressément référence à toutes les affaires judiciaires impliquant la multinationale Pfizer à la suite d'une expérimentation humaine non autorisée sur des enfants dans la ville de Kano, au Nigéria.
    En 1996, plus de 12.000 XNUMX personnes sont mortes en Afrique d'une épidémie de méningite. A Kano, dans le nord du Nigéria, les médecins de Pfizer, l'une des plus grandes sociétés pharmaceutiques au monde, ont proposé, dans le cadre d'un programme d'urgence lancé par l'OMS (Organisation mondiale de la santé) pour soigner environ deux cents enfants, la moitié avec le nouveau médicament expérimental Trovan, et l'autre moitié avec le meilleur médicament contre la méningite sur le marché à l'époque, la ceftriaxone.
    5 enfants sont morts sous traitement avec le nouvel antibiotique expérimental Trovan (tandis que de nombreux autres ont été victimes de cécité, de malformations et de paralysie) et cependant, selon les médecins de Pfizer, le test a donné de bons résultats.
    L'antibiotique expérimental Trovan a ensuite été commercialisé en Europe, mais uniquement pour les adultes et, pratiquement immédiatement, en 1998 retiré du marché en raison de sa toxicité élevée.
    L'opinion publique du monde entier a mis en lumière le cas des enfants de Kano après que le journaliste Joe Stephens a écrit le 17 décembre 2000 dans le Washington Post un article qui décrivait bien la situation de Kano.
    Dans cette ville poussiéreuse du Nigeria, une épidémie fait rage qui fait de nombreuses victimes et l'arrivée de médecins étrangers qui dispensent gratuitement des médicaments coûteux est considérée par la population comme un salut absolu. L'organisation d'aide Médecins sans frontières avait déjà mis en place un centre de traitement destiné uniquement à sauver des vies, tandis que les médecins et chercheurs de Pfizer avaient créé une unité distincte. Ils utilisaient l'épidémie de méningite au Nigeria pour mener des expériences sur des enfants avec ce que Pfizer croyait être un nouvel antibiotique prometteur - un médicament non encore approuvé aux États-Unis.

    Le médicament expérimental était un succès potentiel: les analystes de Wall Street ont déclaré que Pfizer pourrait lever 1 milliard de dollars par an si Trovan obtenait l'approbation pour toutes ses utilisations potentielles. Pfizer voulait également tester le médicament contre la méningite, y compris une souche épidémique. La société ne trouvant pas suffisamment de patients aux États-Unis, ses chercheurs étaient donc venus à Kano, parmi les mourants.
    Le cas le plus emblématique, ou du moins celui qui est arrivé au bureau du Washington Post, était celui d'une fillette de 10 ans pesant 41 kilogrammes. Son nom n'a jamais été connu, il a été remplacé par les médecins Pfizer en tant que patient numéro 0069 sur le site de test numéro 6587.
    6587-0069 vivait au Nigeria, à Kano, et en avril 1996, elle a contracté une méningite mais est décédée 3 jours après avoir pris une dose de 56 milligrammes de l'antibiotique expérimental Trovan. Évidemment, personne ne peut savoir si la mort du 6587-0069 est survenue à la suite de l'expérimentation, d'autant plus que les seules données en sa possession proviennent des dossiers médicaux des chercheurs de Pfizer, mais ce n'est pas le sujet. Peut-être que la fille était au-delà de tout espoir. Pourtant, les circonstances de sa mort, après avoir pris un médicament non approuvé dans une situation où une entreprise privée expérimentait un médicament, suggèrent des problèmes beaucoup plus importants.
    Au fil des ans, le Washington Post s'est concentré sur les expériences pharmaceutiques en Afrique, en Asie, en Europe de l'Est et en Amérique latine, détectant un système de test en plein essor et mal contrôlé dominé par des intérêts privés visant uniquement à favoriser l'économie.
    Ces drogues, comme la drogue de Kano, sautent les frontières avec un mauvais examen du gouvernement et entrent dans le total des critiques uniquement privées. Le contrôleur est celui qui produit, teste, voit. Les ressources limitées que la FDA alloue pour superviser les expériences à l'étranger permettent aux sociétés pharmaceutiques de payer des médecins dans les pays du tiers monde et en Europe de l'Est pour tester leurs médicaments pour des milliers de sujets humains.
    Le problème alarmant est que la FDA, comme l'EMA, exige que les patients vous donnent tous les tests, quel que soit leur lieu de résidence, consentent pleinement aux expériences si les résultats doivent être utilisés pour obtenir l'approbation de commercialisation. Mais l'enquête qui a résulté des procès liés au "Kano Litigation" et plus tard au Washington Post, a révélé que dans de nombreux autres cas les règles n'étaient pas appliquées, il n'y avait pas de consentement éclairé et, par conséquent, comment la FDA ou L'EMA approuve-t-elle les produits pharmaceutiques si la documentation requise pour l'approbation elle-même est manquante?
    De toute évidence, étant Pfizer américain, le problème et les questions s'élargissent. Si la FDA n'aurait pas pu approuver le médicament Trovan, les institutions américaines le savaient-elles? Les nigérians?
    Une source anonyme a envoyé un rapport très long et détaillé du gouvernement nigérian au Washington Post en 2006. Ce rapport, au contenu explosif, a été caché à tout le monde malgré l'enquête des avocats des enfants et des médias du monde entier. Le rapport conclut comme suit:
    Pfizer n'a jamais obtenu l'autorisation du gouvernement nigérian pour donner le médicament non prouvé à près de 100 enfants et bébés. Pfizer a sélectionné des patients dans un hôpital de campagne de la ville de Kano, où les enfants avaient été traités pour une souche de méningite souvent mortelle. À l'époque, Médecins sans frontières a distribué des antibiotiques approuvés à l'hôpital ... L'expérience de Pfizer était un essai illégal d'un médicament non enregistré, un cas évident d'exploitation de l'ignorance "
    Pfizer a toujours affirmé que ses chercheurs se sont rendus à Kano avec un motif purement philanthropique, pour aider à lutter contre l'épidémie, qui a finalement tué plus de 15.000 XNUMX Africains. La commission médicale nigériane a totalement rejeté cette explication ridicule, soulignant que les médecins de Pfizer ont terminé leur procès et sont partis alors que "l'épidémie était toujours en cours" et que l'expérience violait la loi nigériane, la Déclaration internationale de Helsinki régissant la recherche médicale éthique et la Convention des Nations Unies relative aux droits de l'enfant.

    Le groupe nigérian d'experts qui a rédigé le rapport sur l'affaire Kano a recommandé que Pfizer soit "convenablement et directement sanctionné", demandant officiellement à Pfizer de présenter des excuses sans réserve au gouvernement et au peuple nigérians.
    En trouvant la documentation relative au cas de Kano, nous avons réalisé combien d'aspects de la question subsistent après des années très très mystérieuses. À ce jour, nous n'avons pris connaissance du rapport du gouvernement nigérian que par le biais du Washington Post, car le rapport reste confidentiel aujourd'hui. Le chef de l'équipe d'enquête du gouvernement, Abdulsalami Nasidi, a déclaré en 2006 que le rapport n'avait jamais été publié. Il est supposé, à la lecture d'articles de journaux nigérians, que Nasidi a décrit avoir été la cible de menaces de mort non spécifiées à ce jour.
    L'enquête s'est terminée par une confirmation, Pfizer n'a jamais demandé le consentement des parents des enfants ou du gouvernement nigérian pour le traitement expérimental. En 2010, la Cour suprême nord-américaine a autorisé le procès contre Pfizer et quatre familles nigérianes ont reçu une indemnité de 175.000 dollars chacune d'un fonds de 35 millions de dollars créé par un accord entre la société pharmaceutique et la ville de Kano où le expériences. Les paiements font partie d'un règlement à l'amiable conclu en 2009.
    Cet incident est l'une des causes de l'échec de certaines campagnes de vaccination contre la polio promues par l'OMS au Nigéria, qui est le pays avec le pourcentage le plus élevé de personnes atteintes de poliomyélite dans le monde.
    ________________________________________
    source:
    " www.washingtonpost.com
    " www.nytimes.com
    " www.ilpost.it

    Le Monde :
    Morts sous antibiotique

    Des essais cliniques du géant du médicament Pfizer ont-ils provoqué la mort d'enfants nigérians en 1996 ? La Cour suprême devait examiner, le 20 juillet, la validité des plaintes déposées par l'Etat.
    Par Philippe Bernard
    Publié le 20 juillet 2007 à 13h39 - Mis à jour le 30 juillet 2009 à 20h49 Le Monde
    Temps deLecture 7 min.
    "
    Nigeria contre laboratoire Pfizer : cette affaire-là se présente comme un précipité de tous les maux de l'Afrique - épidémie, pauvreté, corruption - et des angoisses de notre planète mondialisée - déséquilibre Nord-Sud, rapport de forces entre Etats et firmes multinationales. A première vue pourtant, les procès intentés par l'Etat de Kano (Nigeria), puis par l'Etat fédéral nigérian lui-même, contre Pfizer, numéro un mondial de l'industrie pharmaceutique, soulèvent une question tragiquement simple : le géant américain du médicament a-t-il, sous prétexte d'accélérer les essais du Trovan, un nouvel antibiotique financièrement prometteur, mis en danger la vie, voire provoqué la mort d'enfants nigérians en 1996 ?

    Le dossier judiciaire fédéral, le premier du genre en Afrique, doit être examiné vendredi 20 juillet, à Abuja, la capitale du Nigeria, par la Cour suprême du pays. Les juges examineront la validité de la procédure et fixeront éventuellement un calendrier d'audiences. L'Etat nigérian réclame rien moins que 7 milliards de dollars (5,1 milliards d'euros) de dommages-intérêts dans ce procès civil doublé d'une action pénale pour "faux", "possession de substance illégale" et "exercice illégal de la médecine". Il reproche au laboratoire d'avoir mené une expérimentation irrégulière ayant conduit au décès d'enfants ou à de graves atteintes cérébrales. La plainte soutient que les familles n'ont pas donné leur consentement et que le médicament était "impropre à l'usage sur l'homme". Ce que Pfizer dément vigoureusement, assurant que l'essai a été conduit en plein accord avec les autorités, dans le respect des règles éthiques et de sécurité.
    Tout commence en avril 1996 dans la torpeur fétide de l'Infectious Disease Hospital de Kano, capitale du nord du Nigeria. A une terrible épidémie de méningite, maladie rapidement mortelle, s'ajoutent les ravages du choléra et de la rougeole. Une quarantaine de volontaires de Médecins sans frontières (MSF) vaccinent et soignent à tour de bras.
    Surchargé, l'hôpital de Kano, 650 lits en théorie, peine à faire face à l'afflux de malades. "Chaleur extrême, problèmes d'hygiène, d'eau, manque de lits et de bras", résume pudiquement Karin De Jonge, une infirmière néerlandaise à l'époque coordonnatrice pour MSF-Belgique à Kano, qui se rappelle avoir travaillé "sept jours sur sept, à 100 %, dans des conditions loin d'être idéales". L'équipe de Pfizer et son Trovan font irruption dans cette atmosphère bouillonnante. "Ils nous ont expliqué ce qu'ils faisaient, ils étaient corrects. Mais l'heure n'était pas à s'asseoir pour discuter d'un essai clinique", poursuit l'infirmière. La tension croît lorsque l'hôpital requiert une unité de soins et du personnel pour les besoins de l'expérimentation. "Nous étions au pic de l'épidémie et nous avions besoin de toutes les énergies, de tous les lits, témoigne l'ancienne volontaire. C'est important de faire des expérimentations, mais là, ce n'était vraiment pas le moment ! J'ai ressenti de la colère. Il y avait trop d'incohérence."
    "On se marchait sur les pieds, confirme Evariste Lodi, un médecin belge chargé par MSF du suivi des malades à Kano, qui se souvient d'avoir vu arriver "l'équipe de Pfizer accompagnée d'un professeur nigérian mandaté par le gouvernement. Il utilisait des aiguilles ordinaires pour faire des ponctions lombaires à des enfants". D'autres éléments l'avaient "choqué" : "A cause de leur expérimentation, tous les malades n'avaient pas droit au même traitement (une centaine était traitée au Trovan, cent autres recevaient un antibiotique différent). Le médecin local était sans cesse derrière nous pour obtenir des statistiques, car il voulait absolument signer une publication. Pour lui, affirme le docteur Lodi, ce n'était pas la santé des malades qui comptait, mais l'essai pharmaceutique."
    Le monde n'aurait sans doute jamais frémi du bilan de cette épidémie - 15 800 morts dans dix pays d'Afrique - et encore moins des affres des médecins de Kano, si l'affaire n'avait pas fait les gros titres du Washington Post le 17 décembre 2000. Sous le titre : "Les chasseurs de corps. La multiplication des essais de médicaments met en balance les profits et les vies". Ce jour-là, l'affaire Pfizer fait l'objet du premier de six très longs articles, fruits d'une année entière de minutieuses enquêtes. Retentissante, la série dénonce " un système d'essais cliniques en pleine expansion, peu réglementé et dominé par des intérêts privés". "Des patients déshérités, peu éduqués, sont parfois l'objet de tests sans comprendre qu'ils servent de cobayes, écrit le journaliste Joe Stephens. Des laboratoires pharmaceutiques américains rémunèrent des médecins pour effectuer des tests sur des milliers d'êtres humains dans le tiers-monde et en Europe de l'Est." Ceci pour accélérer la mise sur le marché de médicaments qui "seront principalement vendus aux malades des pays riches".
    A Kano, en 1996, révèle le Washington Post, sur les 198 enfants souffrant de méningite concernés par l'essai du Trovan, "11 sont morts, tandis que d'autres souffrent de handicaps liés à la méningite comme la surdité ou la cécité".L'enquête n'établit nullement un lien général entre la prise de l'antibiotique testé et des décès. Mais elle met en exergue le cas de deux enfants. Agés de 7 et 10 ans, ils avaient continué d'être traités au Trovan alors que leur état déclinait. En pareil cas, un traitement alternatif est normalement tenté.

    Dès cette époque, Pfizer, cité par le Washington Post, faisait état de résultats positifs et précisait que l'essai du Trovan avait été validé par un comité d'éthique nigérian. Pfizer rétorquait aux allégations du journal selon lesquelles la firme, pressée d'obtenir une autorisation de mise sur le marché de la forme orale du Trovan, y compris sur les enfants, avait affrété un DC9 spécial pour dépêcher une équipe à Kano. Le laboratoire affirmait que le choix d'un essai sur la méningite, maladie qui touche essentiellement les pays pauvres, démontre l'objectif philanthropique de l'opération. A nouveau aujourd'hui, à l'approche du procès nigérian, Pfizer affirme que le Trovan avait déjà été testé sur 5 000 personnes et que le nombre de morts parmi les enfants de Kano, auquel le nouveau médicament avait été administré - cinq sur une centaine -, est quasiment équivalent au nombre de décès dans l'échantillon comparatif - six sur une centaine. "L'étude sur Trovan a permis de sauver des vies",assure le laboratoire. La carrière postérieure du Trovan, dont Pfizer espérait 1 milliard de dollars de profit par an, allait pourtant confirmer les soupçons. L'autorisation de la Food and Drug Administration (FDA) américaine, finalement accordée en 1997, a été assortie d'une interdiction aux enfants. En Europe, le Trovan n'a jamais été autorisé. Aux Etats-Unis, son usage a été restreint en 1999 après qu'il a été associé à de sévères affections du foie et à des décès. Entre-temps, il était devenu l'un des antibiotiques les plus prescrits outre-Atlantique.

    Dans le sillage de l'enquête du Washington Post, des familles de victimes nigérianes tentèrent un procès civil en 2001 aux Etats-Unis. Elles furent déboutées en 2005. Un document capital, demeuré introuvable, leur manquait. Daté de 2001 et rédigé par des experts nigérians, il fut publié, toujours dans le Washington Post en mai 2006. Son contenu, accablant, a ouvert la voie aux actuels procès. Le panel de médecins concluait que Pfizer n'avait obtenu ni autorisation du Nigeria, ni accord formel des familles. Il a établi que la forme orale du Trovan n'avait jamais été testée auparavant sur des enfants atteints de méningite.
    Pourquoi ce document officiel nigérian est-il resté dans les tiroirs ? La réponse tient sans doute dans le niveau de corruption qui sévit au Nigeria. Le rapport révélait ainsi qu'un médecin nigérian avait rédigé une lettre antidatée certifiant que l'expérimentation du Trovan avait été approuvée par un comité d'éthique. Pfizer a reconnu que cette lettre était "incorrecte" et exprimé ses "regrets". La firme assure qu'au moment des faits, elle était convaincue d'avoir suivi la procédure adéquate.
    Un autre événement, littéraire celui-là, allait donner un vaste écho à la problématique des essais de médicaments en Afrique. Publié en décembre 2000, porté à l'écran en 2005, La Constance du jardinier, de John Le Carré, dénonce avec violence l'exploitation du tiers-monde par l'industrie pharmaceutique. Le roman met en scène une firme multinationale capable de tuer pour protéger le secret d'essais thérapeutiques scandaleux.

    L'émotion et la révolte suscitées par ce livre et ce film ont rendu l'opinion encore plus réceptive à l'affaire de Kano. Elles ne devraient cependant pas accréditer l'idée selon laquelle tout essai thérapeutique est à bannir dans les pays pauvres, estime Jean-Hervé Bradol. Le président de MSF voit dans "les revendications financières excessives du Nigeria", le danger de dissuader les laboratoires de poursuivre des essais dont l'Afrique a besoin. Sur les 1 556 nouveaux médicaments mis sur le marché entre 1975 et 2004, explique-t-il, seuls vingt concernent des maladies parasitaires ou infectieuses qui tuent chaque année 15 millions de personnes dans les pays pauvres.
    A Kano, l'affaire du Trovan a généré de nombreuses rumeurs. Pendant des années, des pans entiers de la population ont refusé la vaccination antipolio, accusée de transmettre le sida ou de rendre stérile. Des prêcheurs musulmans, eux, ont vu dans l'expérience de Pfizer la preuve d'un complot ourdi par les Etats-Unis.


    Philippe Bernard

     

     

     

     

    Pass-sanitaire : le Droit
    La conception du droit par le Monde


    Il y a peu la direction du Monde dans son éditorial écrivait "le droit, rien que le droit", et ceci après l'approbation du dit pass-sanitaire par le Conseil constitutionnel.
    Très étonnant de la part du Monde que sa caution donnée à un document qui n'a aucune fonction de santé publique mais une seule fonction policière.
    D'une part donner des missions de police sanitaire aux patrons de bistrots, restaurants, musées, cinémas, salles de concerts etc ( lesquels ont beaucoup souffert du confinement) pour faire la chasse aux non vaccinés, ce qui ne les regarde pas, et d'autre part tenter par tous les moyens d'obtenir la reddition des non-vaccinés en les privant de tout ce à quoi ils ont eu droit dès la fin du printemps après le confinement, relèvent de l'ignominie..
    C'est diviser pour régner et continuer la bonne affaire des vaccins en sachant que Pfizer en est à plus de 33 Mds de dollars de gain sur des vaccins dont il s'est déchargé de toutes ses responsabilités, en cas de problèmes, sur le gouvernement ! Avec l'accord de ce dernier.

    Que mon interprétation soit dite tendancieuse, je veux bien à la rigueur, mais il est impossible dans une démocratie, de donner des missions de contrôle de police aux ci-nommés ci-dessus. Leur faire accepter ces missions est les exposer à la vindicte populaire un jour prochain. Le boycott parisien contre les bistrots et restos est une riposte pacifique...gare à la suite...!

    En outre le Conseil constitutionnel ne dit pas le droit, il ne peut que garantir le droit, si tant est qu'il ne soit pas sous influence. Or son président Fabius est directeur associé de la sulfureuse société Mc Kinsey qui est couverte de scandales de corruption et autres....

    En droit français il est impossible que quiconque puisse exiger de savoir si un citoyen est vacciné, même pas la police. La police ne peut être habilitée qu'à demander l'identité des citoyens à condition que ceux-ci portent préjudice à l'ordre public. Donc ces missions de police, crées de tout pièce par la macronie et par un "conseil de défense sanitaire" très décrié, puisque sans contrôle, sont inconstitutionnels par définition, et vont faire l'objet d'un combat judiciaire auquel je participerai.., à moins que le caractère despotique du pouvoir dérive vers une situation de tous les dangers... et m'en empêche !

    Je ne relèverai pas ici toutes les incohérences, bizarreries et contradictions auxquelles le Monde se livre depuis quelques temps sur la question du covid et du vaccin. Je note simplement que l'évolution de la situation environnementale, dite plus gravissime que jamais, ces jours derniers, dont les journalistes nous rabattent les oreilles, remplit la fonction particulière de détourner notre attention de la gravité de l'avenir de la République, du fait des pouvoirs spéciaux que Macron s'est approprié..

    AM Chartier le 11-8-2021

     

    Le Passe-dit sanitaire, en réalité "le certificat d'allégeance" à la politique de Macron.

    Ce passe sanitaire a été adopté le 6-8-21 par le parlement et avalisé comme il se devait par le Conseil constitutionnel.

    Samedi 7 août, 4ème semaine de manifestion en plein mois d'aôut contre ce passe. Ce ne sont pas 280 000 personnes qui ont manisfesté mais sans doute 5 fois plus... aux cris de "liberté". Manifestations hors des syndicats et partis, appelées par les réseaux sociaux.

    Grands médias muets. Ils se sont vus imposer des discours succins et mensongers.

    Tout est ouvert...

     

     

     

    LES BREVETS ?

    Jo Biden avait fait semblant de vouloir la levée des brevets sur les vaccins ! Mais l'Europe n'en a pas voulu !

    L'OXFAM réclame à nouveau cette levée, car il est bien évident que le vaccin dit "miracle" n'est réservé qu'aux pays riches, ce qui sera un prétexte pour pratiquer encore plus d'ostracisme, de racisme, d'exclusion vis à vis des habitants des pays pauvres.

    Dans cette situation les labos producteurs de vaccins et de médicaments en profitent pour augmenter leurs prix. Les labos ont facturé les vaccins aux gouvernements à 45 mds de dollars, tant il est vrai que les premiers acheteurs de vaccins sont les gouvernements, exactement comme ils sont les premiers acheteurs d'armes.

    Les libéraux ne voudraient pas d'Etat ?? Mais que feraient-ils sans ces acheteurs extraordinaires que sont ls Etats, qui utilisent nos impôts, moins pour financer les hôpîtaux que pour acheter des armes et des vaccins !!

    Continuons la guerre contre les pays pauvres, livrons leurs populations aux gangsters (les talibans devenus amis des USA ), et ne leur permettons pas l'accès aux vaccins.. Tout ceci est d'une lumineuse logique.

    1-8-21

     

     

    LE COVID, DE QUOI S'AGIT-IL ?

     

    Un certain nombre de citoyens pensent que nous sommes sous le joug d'un complot organisé, où le Covid 19 serait une invention.

    Ce n'est pas notre point de vue.

    Mais avant d'entrer dans le vif du sujet, il convient de dire que toutes les politiques de gestion du covid ont été, et sont avant tout, des politiques de refoulement des étrangers hors des frontières de l'Europe, d'enfermement de ces étrangers dans des camps, d'abandon massif des embarcations dé réfugiés et étrangers en mer, et d'accords assassins avec les gouvernements du Maghreb pour qu'ils refoulent les gens en grand danger dans le désert..... Le silence le plus terrible est fait sur cela.

     

    Il y a donc réellement un virus dit SARS-Cov-2 qui s'est propagé dans le monde en étant mortel pour une faible partie de la population en Occident, c'est à dire les plus fragiles; exactement comme la grippe peut l'être mais sans doutes plus gravement.

    Les preuves de la gravité ont été données par les pouvoirs publics dans le fait que les hôpitaux ont été submergés de malades. Mais dès avant le Covid, les hôpitaux étaient submergés, les personnels étant en guerre contre les milliers de fermetures de lits, en 2019, et déjà bien avant, et contre le manque endémique de personnels. Avant le Covid les grèves s'étaient multipliées en 2018, 2019 avec le soutien des médecins des hôpitaux.

    Il est donc cynique que le gouvernement ait pris en exemple des difficultés de la gestion du covid, la situation qu'il avait lui-même créée précédemment. Le personnel soignant a certes été admirable mais c'était un personnel en colère qui aujourd'hui rechigne à se faire vacciner en disant : "la solution était de reconstruire l'hôpital pour soigner les gens, et non pas de nous prometttre un vaccin miracle qui ne change rien au manque de lits...."

    La gestion de cette "grippe" Covid a donc posé et pose de graves problèmes à tous les niveaux

    Le Covid 19 est un type de grippe moins grave que la grippe espagnole de 1918. Elle "aurait" fait 100 000 morts en France, depuis début 2020, contre 400 000 pour la grippe espagnole.

    Comme pour toutes les grippes, il y a ceux qui sont morts réellement de la grippe et la surmortalité due à la grippe: des malades atteints gravement de diverses affections sont "morts", non de leur affection primitive mais du manque de soins spécifiques (cancers, diabète, coeur) et de l'arrivée par surcroît du covid.

    Les médecins n'ont pas de normes très précises pour faire ces distinctions car à près de 90 % ils sont sous la férule de l'ordre des médecins et des labos. Ils avaient l'ordre de ne donner que du doliprane en attendant le vaccin... "rentrez chez vous au chaud et prenez un doliprane..". Combien de fois ne l'a-t-on entendu !

    A cet égard il est dit (à vérifier..) que l'année 2019 a vu 431 morts réellement de la grippe, et 9000 dans le cadre de la surmortalité due à la grippe. Généralement on entend plutôt dire qu'il y a en moyenne 10 000 morts de la grippe par an.

    Ce qui fut grave, et ça l'est encore, c'est la gestion du virus du Covid.

    Festival de mensonges, de contre- vérités, de chiffres contradictoires, d'affirmations un jour, démenties le lendemain, par le gouvernement et le Président Macron, mais surtout volonté de contraindre la population à la peur de façon policière, pour une exploitation politique largement dénoncée. Ceci avec l'aide d'un dit CONSEIL SCIENTIFIQUE..... très proche des labos, dont on aura peine à connaître les noms et les activités...

    Ce que nous retenons:

    -Obstruction gouvernementale et médicale évidente à toute prévention efficace et aux soins précoces. Dès le début, les malades encore légers étaient renvoyés chez eux sans aucun soin autre que du doliprane, jusqu'à l'obstruction des hôpitaux par des malades qui n'avaient pas été pris en charge de suite: il y a eu des polémiques gravissimes avec le docteur Raoult, et d'autres. Avec l'aide de l'Ordre très réactionnaire des médecins

    Le docteur Raoult préconisait immédiatement, ou péventisment pour des gens testés, et dans le but de soulager, de l'hydroxy-chloroquine, qu'il employait lui dans son hôpital avec succès. Hurlements du "conseil scientifique", des labos contre ce médicament vieux de 60 ans, dont on n'avait jamais décelé des effets secondaires mortels !! Ce médicament devenait d'un coup très dangereux. Il été rapidement interdit. Raoult a porté plainte de multiples fois...

    A part se laver les mains avec du gel, du doliprane, et les gestes barrières, aucune indication de soins n'a été donnée par les médecins, même pas du type soins des grands mères contre la grippe pour commencer : tisanes de thym, de romarin, sauge, menthe, du chlorure de magnésium (en gélules magnogène mais malheureusement disparues, aujourd'hui on ne le trouve qu'en sachet désagréable à prendre), Zinc, vitamine D et C, inhalations très fréquentes, lavages de nez, gargarismes, cataplasmes, gouttes de Ravintsara (huile essentielle vendue en pharmacie) sur un sucre, Ocillococcinum, graines homéopathiques de Belladona (pharmacie), extrait de pépins de pamplemousse (vendu en pharmacie ), et d'autres huiles essentielles.....Mais la majorité des généralistes ne savent plus ou ne veulent plus prescrire cela, puisque leur premier souci est de faire fermer les herboristeries pour montrer à qul point ils sont progressistes et soumis aux labos..... Le professeur Raoult préconisait de l'hydoxychloroquine qui donnait dans son service de bons résultats en prévention ou au tout début de la maladie. Mais les labos ont voulu lui casser les reins. (voir article sur ce produit)

    On a donc attendu que le malade se mette à tousser comme un malheureux, ait besoin d'oxygène et de corticoïdes pour l'envoyer à l'hôpital, souvent trop tard.

    -Dans les hôpitaux, il y a eu évidemment débordements, par manque des lits, de soignants (3400 lit supprimés en 2019, et 2028 en 2020 en pleine maladie !!), les soignants étaient en grève et manifestations de façon continue en 2019.... L'hôpital est en crise depuis au moins 1974 !

    Bref:

    -Informations chiffrées très opaques données par les services de santé du gouvernement

    -Tentatives liberticides immédiates non justifiées de confinement, par des raisons dites sanitaires, en réalité pour des raisons de police

    *interdiction d'aller en forêt, en montagne, de faire du ski, d'aller au restaurant, au cinéma, au concert, en raison de la promiscuité alors que les grandes surfaces recevaient des centaines de gens, avec quelques gestes barrières au début, puis plus rien très rapidement. Ce fut le privilège de la grande distribution. Idem pour les transports en commun. On a fait semblant de limiter le nombre de places et de gens au début....Dans le tram on s'assied à côté de n'importe qui, mais c'est interdit pour le théâtre et le cinéma...

    * "couvre-feux", interdiction de circuler: méthodes policières de guerre

    *fermetures des écoles et universités, fermetures des magasins dits "non indispensables" (qu'est-ce ?)... etc etc

    *confinements chez soi très discutables pour certains, si des soins ne sont pas définis.

    *effets dévastateurs du confinement sur le plan psychologique sur les enfants et les jeunes

    -LE VACCIN comme seule issue !!! Très rapidement on a compris qu'il fallait attendre le vaccin, et en attendant... mourir !!

    En un an, plusieurs vaccins ont été produits sur des bases connues et nouvelles (l'ARN), mais expérimentés en phase 3 sur les citoyens puisque le temps des tests n'a pas été suffisant. Leurs effets à moyen et long terme ne sont pas connus.

    Aucun vaccin n'a été produit contre le paludisme, le sida, la dengue (sauf par Sanofi qui a provoqué la mort de centaines de personnes)....

    C'est le règne des labos qui ont pourtant tous des morts sur la conscience ces 20 dernières années, et qui ont fait de la santé une marchandise qui rapporte beaucoup. L'acte médical tend à devenir avant tout un acte financier...

    -tentatives d'infantilisation avec un harcèlement toutes les heures à la radio visant à faire peur, avec des histoires idiotes du type "la grand mère Giselle qui ne voit plus ses petits enfants..." alors que les grands parents ont été mis à contribution pour garder les enfants...

    -Utilisation de la peur, de la passivité d'une majorité des citoyens pour faire passer des lois liberticides et rétrogrades: quasi silence des partis, syndicats, des élus, de tous les candidats à la présidentielle...face à cette politique

    -Un conseil scientifique très opaque dont les noms ne sont pas tous donnés, dont certains individus sont des proches des industries pharmaceutiques, proches du pouvoir, non élus, inconnus du grand public

    -le 2 juin, le Monde annonce que les labos US ont arrosé de 7 milliars de dollars les médecins de 11 pays européens pendant 3 ans ...

    AMC juin 2021

    ......

    SOUMISSION DES CITOYENS:

    Nous écrivions ce qui suit en 2020 :

    On adore la Chine communiste !

     

    Snowden a annoncé en 2019 dans son livre "Mémoires vives" comment  les USA rêvaient d'imiter la Chine en matière de contrôle de la population. Il était effaré de ce qui se mettait en place et a quitté la CIA en 2013 pour cela. Déjà 7 ans. Il dit aussi que cette surveillance n'était officiellement "justifiée" que par le terrorisme  (!!!).L'ensemble des pays du monde, surtout les régimes de dictature,  baigne dans une atmosphère où l'intérêt du contrôle des populations devient primordial. Les holdings en rêvent.

    Sur ce, une pandémie s'est développée en Chine, du même type que H1N1 jadis fin 2019...... Tous les pays eurent les yeux braqués sur la Chine : est-ce vrai ? Y a t-il des morts ? Combien ? Les opposants chinois disent qu'il y a des morts cachés et que le gouvernement chinois interdit d'en parler.

    Les nouvelles qu'on a de Chine sont celles que le gouvernement chinois veut bien donner. En fait on ne sait rien, et les opposants se sont tus: on les a fait taire.

    La Chine a réagi avec violence contre la maladie, contre ceux qui en parlent, contre les malades en les enfermant chez eux, contre les opposants, tout cela bien mêlé.

    Cette violence a donné des idées à tous les pays qui veulent endiguer leurs opposants. Il est possible de ce fait que beaucoup de pays forment leur police à la guerre civile ensemble et en même temps. D'ailleurs toutes les polices du monde se ressemblent et font exactement la même chose.

    Le covid 19 a déferlé  peu à peu dans le monde. Quelle que soit la gravité de cette maladie, beaucoup de pays ont pensé en profiter pour faire passer des lois liberticides. Ceci, sans qu'il y ait concertation ou complot.

    Y-a-t-il eu en France et ailleurs des hôpitaux submergés par le nombre de malades du Covid . Oui pour des raisons très diverses.

    Il se trouve que les systèmes de santé sont défaillants partout (conséquence du libéralisme économique), les urgences sont déjà prises d'assaut avant le Covid. Il suffit de laisser faire et les hôpitaux vont crier au secours avec le covid. Des récits alarmants vont circuler parce que les soignants n'en peuvent plus avec une vague d'admission dans les hôpitaux qui est plus élevée que d'habitude. Dans quelles proportions ? Les données ne sont pas forcément truquées mais bien utilisées. Rien de tel pour produire la peur !. L'objectif a bien été de produire la peur. La bourgeoisie a vite compris qu'elle pouvait surveiller et maîtriser toute une société sur la base d'un accord tacite pour endiguer une maladie. Union sacrée !! Les mots ont été prononcés par le gouvernement.

    Géniale pandémie qui permet, le temps qu'elle sévit, d'endiguer tous les conflits sociaux, de légiférer sans discontinuer sur la sécurité, de faire passer les lois les plus réactionnaires, surtout si on se met à truquer un peu ! Truquer c'est par exemple fermer des lits quand il y a besoin d'en créer; c'est glisser dans le nombre de morts des décès liés à d'autres maladies; c'est féliciter la Chine pour sa bonne maîtrise de la maladie, alors qu'on ne sait rien...C'est ne plus publier correctement le nombre de morts journaliers (dès octobre 2020), le nombre de gens nouveaux en soins intensifs; c'est confondre "soins intensifs", et "réanimation": rapidement le malade hospitalisé a été dit "en réanimation". Cela a même fait l'objet d'une nouvelle définition.

    Les différents gouvernements ont inventé leur scénario au fur et à mesure du déroulement de la pandémie, d'où les incohérences, les mensonges, les manipulations ..... ça n'a rien d'un scénario organisé à l'avance, un complot. Il s'agit d'une utilisation malsaine d'une situation non contrôlée par des voyous politiques qui connaissaient les possibilités offertes, et qui analysaient au jour le jour le comportement de la Chine, grande source d'inspiration. L'objectif étant de soumettre la population, de faire régresser la société, uniquement pour garder le pouvoir.

    Ceci dit dans des pays très mal couverts par des systèmes de santé défaillants, la pandémie a pris des formes catastrophiques: morts en quantité, pertes des emplois, famines, malnutritions.... En Inde, au Brésil et dans d'autres pays, l'absence totale de soins a engendré de nombreux morts.

    Donc oui il y a eu des effets graves de la maladie, des éléments forts de dictature, des éléments d'inertie,  de non réponse, de désorganisation à tous les niveaux.  Avec en face une police aux ordres prête à tout. Le corps social a réagi, et pas toujours dans le sens attendu, d'où des reculs, puis des redémarrages offensifs, et de nouveaux reculs... etc
    Tous les scénarios de complot sont évidemment attendus dans des cas semblables. A l'opacité répond la complotisme. Les histoires de complots ont au moins 20% de vrai, c'est ce qui les rend crédibles, mais l'ensemble du grand schéma "complot mondial" est totalement inexact, et impossible surtout à réaliser. Le pire dans tout cela est que ce comportement gouvernemental  donne aussi des idées à une partie du corps social quant à la façon d'organiser le chacun pour soi, la démerde au détriment d'autrui, le racisme, et permet à l'extrême droite un développement sans précédent.

    Ce qui se passe au Mexique où les gangsters de la drogue ont pris le contrôle de régions entières est le plus terrifiant. Avec l'appui plus que probable des USA.Au bout qu'y a-t-il ?? Peut-être la dictature.

    Mais s'interdire de prendre en considération un ensemble de propositions et de faits contradictoires, paraît dangereux pour comprendre ce qui se passe.

    AMC 9-12-20