MARX AU 21ème SIECLE ?

  • index
  • Bienvenue
  • Qui sommes-nous ?
  • MARX LIBERATEUR

  • Economie marchande et non marchande
  • valeur d'usage/forces productives
  • Valeur Travail/exploitation
  • Théorie de l'aliénation
  • Monnaie
  • Etalon monétaire et prix
  • Inflation:actualité
  • Marchés de l'or actuels
  • Libre Echange, monnaie coloniale
  • Le salariat
  • MARX INDUSTRIALISTE pour le compte du capitalisme

  • Machinisme et science
  • Déterminisme historique
  • Démocratie
  • Communisme révolution
  • Le capitalisme peut-il s'effondrer ?
  • Lois du capitalisme ??
  • Industrialisation
  • Famines et capitalisme
  • famines et communisme
  • Les forces productives ont-elles cessé de croître ?
  • REVOLUTION dans le Tiers Monde ?
  • Soviétiques en Afghanistan
  • Chine communiste

     

     

  • ANNEXES

    Analyses théoriques

    Colonisation, CurrencyBoards

    Division Unité

    euro

    Islamisme

    Keynes

    La Gauche dans le monde

    L'extrême gauche

    Les trente glorieuses

    Nationalisme

    Racisme et discrimination

    religion irréligion

    Socialistes français 2014

     

     

     

     

    Analyses factuelles et historiques

    Al Qaïda: Qui infiltre qui ?

     

  • Liberté d'expression Charlie Hebdo
  • Luttes de classe au jour le jour
  • Palestine maudite
  • Patriarcat et féminisme
  • Somalie
  • Soudan,Darfour
  • Soviets
  • stratégie syndicale
  • Syrie Irack
  • Théorie du complot ?
  • TRUMP, un cancrelat du capitalisme, un produit logique du communisme
  • Voyoucratie d'Etat
  • Yémen

     

     

     

    QUE FAIRE ?

    -L'Internationale des travailleurs: urgence !

    -Pétition, lettre ouverte au PS

     

  • Ecrivez-nous :

    infos@marx21siecle.com

  •   

    Ecologie : l'eau

    Gestion de l'eau

    août 2018

    Le Kerala, Etat de l'Inde géré par les communistes depuis très longtemps, a subi une inondation dévastatrice et mortifère. Quelle gestion de l'eau ?

    L'Irak n'a plus d'eau, dans le delta du Tigre, l'eau est devenue saumâtre, les terres agricoles ont massivement disparu. Quelle gestion de l'eau ?

    Dans les deux cas, les barages sont en partie en cause. De quoi s'agit-il ??

    1)Au Kerala il y a 53 barages de plus de 15 m de haut qui servent à l'hydro-électricité, et à la régulation des cours d'eau. C'est un vain mot si l'incompétence est de mise. A la veille de la mousson, les barages doivent être pratiquement vides pour recueillir les grandes quantités d'eau à venir, et contrôler les lâchers d'eau. C'est du moins ce que relate le journaliste du Monde G Delacroix le 23-8-18.

    En outre dans ce type de pays, il faut prévoir en principe un bon écoulement de l'eau; trop d'immobilier ne permet pas ce bon écoulement. Il conviendrait également qu'une multitude de petits bassins (comme dans certaines régiosn d'Afrique) soient disponibles pour l'absorbtion de l'eau, et qu'il y ait des petites digues, des murs séparant les espaces agricoles, des forêts... Tout ce qui est nécessaire pour retenir et garder l'eau. Tout ce qui provoque le ruissellement doit être évité.

    La querelle porte aujourd'hui sur la collusion des intérêts publics avec les intérêts privés, justement dans l'imprévoyance concernant l'immobilier pour le tourisme.

    Des spécialistes doivent donner leur avis sur cette question.

    2)En Irak, la baisse du niveau du Tigre et de l'Euphrate a permis, dans le delta Chatt El Arab, la remontée des eaux de mer dans les terres, leur salinisation, et la destruction des terres agricoles (-40%): poissons et bétail ne peuvent survivre. La production de dattes a diminué drastiquement. (d'après le Monde du 1-9-18)

    Pourquoi en est-il ainsi ? Outre la sécheresse, en Amont, l'Iran, la Turquie, la Syrie ont construit des barrages pour s'approvisionner en eau, ne permettant pas à l'Irak de bénéficier de l'eau nécessaire. Chacun pour soi !! Problème récurrent. La Turquie a cependant cessé le remplissage de son barrage Ilisu pour éviter la catastrophe. Les négociations pour répartir l'eau n'ont pas eu lieu: guerres répétées, destructions, oppositions politiques. La gestion de ces deux fleuves aurait dû se traiter pacifiquement entre les 4 pays depuis longtemps.

    Il en est ainsi dans de nombreux pays.

    Il est urgent de traiter ces questions

    2-9-18