MARX AU 21ème SIECLE ?

  • index
  • Bienvenue
  • Qui sommes-nous ?
  • MARX LIBERATEUR

  • Economie marchande et non marchande
  • valeur d'usage/forces productives
  • Valeur Travail/exploitation
  • Théorie de l'aliénation
  • Monnaie
  • Etalon monétaire et prix
  • Inflation:actualité
  • Marchés de l'or actuels
  • Libre Echange, monnaie coloniale
  • Le salariat
  • MARX INDUSTRIALISTE pour le compte du capitalisme

  • Machinisme et science
  • Déterminisme historique
  • Démocratie
  • Communisme Révolution sociale
  • Le capitalisme peut-il s'effondrer ?
  • Industrialisation
  • Famines et capitalisme
  • famines et communisme
  • Les forces productives ont-elles cessé de croître ?
  • REVOLUTION dans le Tiers Monde ?
  • Soviétiques en Afghanistan
  • Chine communiste

     

     

  • ANNEXES

    Analyses théoriques

    Colonisation, CurrencyBoards

    Division Unité

    euro

    Islamisme

    Keynes

    La Gauche dans le monde

    L'extrême gauche

    Les trente glorieuses

    Nationalisme

    Racisme et discrimination

    religion irréligion

    Socialistes français 2014

    Subprimes

     

     

     

    Analyses factuelles et historiques

    Al Qaïda: Qui infiltre qui ?

     

  • Liberté d'expression Charlie Hebdo
  • Luttes de classe au jour le jour
  • Palestine maudite
  • Somalie
  • Soudan,Darfour
  • Soviets
  • stratégie syndicale
  • Syrie
  • Théorie du complot ?
  • TRUMP, un cancrelat du capitalisme, un produit logique du communisme
  • Voyoucratie d'Etat
  • Yémen

     

     

     

    QUE FAIRE ?

    -L'Internationale des travailleurs: urgence !

    -Pétition, lettre ouverte au PS

     

  • Ecrivez-nous :

    infos@marx21siecle.com

  •   

    Révolutions dans le Tiers Monde ?

     

    Des révolutions dans le Tiers Monde ont-elles abouti à un mieux être pour les populations ?

    Si nous partons de de l'une des plus anciennes, celle de 1910 au Mexique, qui fut le fait de la paysannerie, puis qui s'est répandue dans les villes et dans toute la société, pour imposer quelques réformes démocratiques, que pouvons-nous en dire aujourd'hui ? Il a fallu plus de 20 ans pour qu'une timide réforme agraire soit imposée, suite à quoi le parti "révolutionnaire institutionnalisé" déjà très bureaucratisé, devienne une officine de la mafia, protecteur de cette mafia, et gangrène toute la vie publique et politique du Mexique. Idem pour le "parti de la révolution démocratique"...

    Le pire exemple est l'assassinat de centaines d'étudiants sur la grande place du Mexique en 1968... et ça n'en finit pas.

    Les évènement de la fin de l'été 2014 ont mis en lumière cette gangrène, qu'il s'agisse d'un parti ou d'un autre. Pas un seul parti issu d'une révolution ne fait exception à la règle.

    Les relations entre les USA et le Mexique en disent long sur le narcotrafic, poursuivi par les USA, en réalité prétexte pour ces derniers pour intervenir dans la vie politique du Mexique....

    Plus de perspective politique, plus d'espoir, sauf dans des structures populaires de base, petites et bien contrôlées par les citoyens, mais très souvent armées.

    Où en sont les analyses au Mexique ? Nous ne savons pas.

    (janvier 2015)

     

    Nous écrivions ce qui suit en juin 2011. En Syrie....le Hezbollah s'est mis du côté d'un despote effroyable... contre toute attente. Mais c'était avoir beaucoup de naïveté.

    Ce qui est vrai à moment donné, n'est plus vrai à un autre. Nous maintenons ce que nous disions ci-dessous, mais nous pensons qu'aujourd'hui le Hezbollah s'est détruit en tant que force politique... voir l'article qui suit sur la "relativité"en politique ... (février 2012)

    Le mûrissement des révolutions arabes: 2 juin 2011

    Par rapport à ce qui suit, nous mettons en introduction ce qui nous paraît aller de soi, et que toute la presse, toutes les analyses politiques taisent. Même nous jusqu'à ce jour, nous nous sommes abstenus de dire ce qui suit, victimes nous-mêmes du préjugé ambiant, alors que nous sommes pourtant très proches de ce qui gît au fond du coeur des masses arabes.

    La victoire du Hezbollah contre Israël en 2006 a été d'une importance capitale vis à vis de tous les peuples arabes, suspendus aux télévisions arabes, à l'époque. Il était désormais possible que des arabes puissent vaincre un puissant ennemi, surarmé, soutenu par toutes les bourgeoisies occidentales. Il était possible, avec la force de l'organisation, de la conviction, du sentiment de la justice, de l'honneur même des arabes, de vaincre au mépris de sa vie, l'ennemi sioniste, pour sauvegarder l'indépendance des nations arabes. Mais au-delà de la question d'Israël, il devenait possible que les peuples arabes soient capables de s'en prendre efficacement à tous les pouvoirs despotiques qui laissaient faire Israël et les écrasaient, c'est à dire leurs propres bourgeoisies. La joie immense qui s'est emparé à l'époque des peuples arabes a fait son chemin, a donné du courage, a fait cheminer la conscience individuelle et politique vers la possibilité de la libération.

    Il a fallu 5 ans de maturation politique pour qu'une étincelle fasse jaillir la révolte populaire. Mais cette étincelle s'est produite sur un brasier qui couvait et grondait: "Nos Etats despotiques nous soumettent, nous écrasent, nous exploitent, et nous ont fait croire que nous ne pouvions les chasser, or c'est faux". Cela a commencé en Iran en 2009, et cela mature encore, C'est le peuple tunisien qui montre la voie aujourd'hui.

    La question du Hezbollah est très intéressante. Ce n'est pas l'idéologie éventuelle des dirigeants du Hezbollah qui a marqué les esprits, ce fut sa capacité à vaincre un ennemi qui voulait occuper et écraser la nation arabe libanaise, au nom finalement de tous les peuples arabes. D'ailleurs les discours politiques de Nasrallah mettaient bien en évidence, avant tout, le drapeau de la libération arabe, sous tous ses aspects. Et paradoxalement c'est le peuple iranien qui s'est soulevé en juin 2009 le premier contre ses oppresseurs, avec la certitude de pouvoir gagner, même si leur Etat finançait le Hezbollah ! Le paradoxe n'est qu'apparent. La victoire du Hezbollah a été au-delà, très certainement, de ce qu'il voulait lui-même: Les peuples arabes venaient d'avoir la conviction qu'ils pouvaient vaincre le despote, l'exploiteur, par la force de la détermination et de l'unité vers un objectif commun. Les jeunes, avec les moyens techniques de l'époque, se sont emparés de cette leçon capitale. Les bourgeoisies et leurs médias, les staliniens de tout poil, les bureaucrates en tous genres sont incapables de comprendre cela.

    Les peuples arabes ne se sont pas soulevés contre le sionisme mais contre leurs bourgeoisies et leurs propriétaires terriens, et se faisant, ils se donnent les moyens à terme...de mettre à bas à bas le sionisme, et les intégrismes. L'autorité palestinienne et le Hamas n'ont pu faire autrement que de refaire l'unité, et l'Egypte vient d'ouvrir le passage de Rafah entre Gaza et l'Egypte !

     

     

    15 février 2011

    Les évènements qui se sont produits en Tunisie, puis en Egypte, fin janvier 2011 et en février, et qui menacent le Yemen, la Jordanie, le Soudan, la Syrie, la Lybie, l'Algérie, le Maroc, la Palestine, l'Iran et l'Irak... font bien partie du début d'une révolution sociale, dont on ne sait jusqu'où elle va aller, quelles forces sociales tenteront de l'étouffer ou de la confisquer, et dans quelle mesure le peuple, averti depuis de nombreuses années de la rourie de leur bourgeoisie, sera assez vigilant pour la mener le plus loin possible...

    La dictature est tombée avec une rare facilité en Tunisie, elle vient de tomber en Egypte...

    Par rapport à la question qui suit et qui était écrite depuis longtemps, il apparaît bien qu'une révolution, pour se faire, n'a nul besoin du marxisme ou d'un parti dit d'avant garde pour avoir lieu. Le peuple a énoncé ses revendications avec la plus grande clarté, a montré qu'il ne voulait se fier qu'à lui-même, même s'il a encore des illusions sur l'armée en Egypte. Il s'est organisé, a protégé ses quartiers (cf la Tunisie), a protégé le Musée du Caire, a fait des rondes dans les villes contre les policiers devenus des voyous... Certes il faudra que se créent des partis démocratiques pour que la discussion ait lieu sur ce qu'il faut faire...

    La révolution a montré que le peuple a su réaliser son unité, et soudain la baudruche fabriquée par l'Occident sur l'islamisme a volé en éclats, même si le bavardage occidental tente de la ressusciter.

    Fait intéressant, l'Iran, qui tremble à travers ses despotes, a apporté une aide à l'Occident en le poussant à faire craindre le danger du dit islamisme, en faisant valoir qu'il attendait une République islamique en Egypte.... ce qui n'est pas à l'ordre du jour, car nous ne sommes plus en 1979... Les régimes islamiques, ayant instrumentalisé l'islam à leur profit, sont clairement désignés par les peuples comme étant leurs ennemis.

    Et terrible réalité, l'Iran assassine ses opposants en prison avec une rare cruauté. Le peuple n'oubliera pas. Espérons que les despotes iraniens seront un jour jugés... Faut-il espérer qu'ils soient passés par les armes ??

    Mais fait plus important peut-être, on comprend mieux que le Fatah, l'OLP aient stoppé depuis longue date l'activité autonome des palestiniens ! Les masques sont tombés !

    -Mamoud Abbas interdit aux palestiniens de Cisjordanie de manifester leur soutien aux arabes de Tunisie, Egypte, et autres , car le sort de ce monsieur corrompu est lié à celui de tous les corrompus qui sont au pouvoir dans le bassin méditerranéen, et à Israël. Le Hamas juste un peu moins. Ce n'est pas le peuple qui intéresse ces gens mais leur pouvoir, et ceci de longue date pour le Fatah et l'OLP, le Hamas n'étant qu'une excroissance bureaucratique due à la pourriture du Fatah. Toutes les révélations qui enfin sortent, par ex sur les palestiniens tués sur ordre du Fatah parce que Israël le demande, conforte ce jugement.

    Quand Rafah sera-t-il ouvert entre Gaza et l'Egypte ?


    -Les relations d'amies entre la femme de Ben Ali et Souha Arafat, qui avec les millions volés au peuple palestinien, pouvait rivaliser avec celle-là (et l'arrêt des poursuties judiciaires de la France sur cet argent pour ne pas éclabousser Arafat) en disent long sur la décomposition de l'OLP depuis au moins que sa charte a été abandonnée en 1988.

    Le peuple n'est pas dupe et va faire ses comptes. Les USA sont prêts à débarquer Moubarak et à s'allier avec les Frères musulmans si ceux-ci reconnaissent Israël !! Pas de commentaires !

    Il y a fort à parier que la guerre en Irak, en Afghanistan, va prendre une autre tournure... Les conséquences de ce tremblement de terre chez les arabes et les musulmans vont être immenses...

    .............

    LA RELATIVITE DANS L'HISTOIRE POLITIQUE REVOLUTIONNAIRE (3 novembre 2011)

    Une certitude : les analyses politiques en termes d'oppositions religieuses n'ont aucun sens pas plus en Occident qu'en Orient ou au Moyen Orient. La connaissance des faits politiques invalide quant au fond la vision des soi-disant conflits religieux. Seule l'analyse des mouvements des classes sociales, et des intérêts étatiques, sont susceptibles de donner un éclairage sur la réalité.
    Ce qui se passe au Moyen orient depuis la fin de la colonisation est saisissant à cet égard. Certes le confessionnalisme (c'est-à-dire étymologiquement la reconnaissance pour chaque communauté de son propre droit et l'absence d'un droit commun étatique), installé et aiguisé par les colonisateurs ayant mandat sur ces pays, dont le Liban, tend à brouiller les cartes, et à donner de l'histoire une vision confessionnelle et religieuse. Ce n'est que formel et pure fable comme on va le voir.

    La dictature terrifiante du fils de Assad sur le peuple syrien, apparaît plus que jamais aujourd'hui comme étant insupportable. Pourtant cet Etat s'est manifesté, ces dernières années, sur la scène internationale, comme étant anti-impérialiste et anti-sioniste, ce qui lui valait la réputation d'être dans le camp des palestiniens et des masses populaires. Il faut dire que traditionnellement cet Etat était armé et protégé par l'URSS, si tant est que cela puisse vouloir dire que l'URSS était aux côtés des masses populaires….
    La Syrie, depuis 1982, après avoir désiré et soutenu, comme les USA et l'Europe, le départ de Arafat du Liban, va armer, avec l'Iran, le Hezbollah contre Israël. La vulgate explique que Assad, alaouite, branche des chiites, et régnant sur les sunnites et les chrétiens, a aidé naturellement le Hezbollah chiite, tout comme l'Iran, majoritairement chiite. Pourtant le Hezbollah aide lui-même en continu le Hamas, sunnite à Gaza…

    Assad, aujourd'hui unanimement condamné pour avoir fait plus de 3000 morts dans une population, pacifique mais résistante, depuis mars 2011, se trouve totalement isolé mais tient bon. Des pans de son armée se sont retournés contre lui et tentent de lui résister aujourd'hui par les armes. La population a juré de lutter jusqu'à la mort. La défaite est annoncée à moins que l'Arabie Saoudite sauve Assad en trouvant une parade. Mais éventuellement, le Hezbollah peut perdre du jour au lendemain ses sources d'armement, donc son invincibilité.
    Ce parti, se disant " parti pour les masses ", " pour la justice sociale ", pour la pérennité du Liban, antisioniste violent, visant à interdire à Israël de constituer le " Grand Israël " en prenant une moitié du Liban qui irait jusqu'au fleuve Litani.....le Hezbollah soutient Assad, et se tait largement sur les révolutions arabes.
    Pour tous les arabes, le Hezbollah est en train de perdre sa réputation.

    Pourtant, pour les masses arabes, toutes tendances confondues, le Hezbollah vainqueur en 2006 contre Israël, du fait de l'intelligence politique de son chef, et de sa stratégie militaire, leur avait redonné le moral et la fierté. Cette victoire avait signifié à leurs yeux qu'ils pouvaient non seulement se relever des défaites militaires infligées par Israël à leurs Etats ripoux, mais s'en prendre à ces Etats. Pas un arabe ne pouvait manquer de regarder la chaîne Al MANAR du Hezbollah et d'entendre les discours de Nasrallah, fin politicien.
    Quatre ans et demi après, le Maghreb et le Moyen Orient s'enflamment et les peuples galvanisés par cette victoire de 2006 veulent la liberté et la démocratie. Le Hezbollah est dépassé. La mise en cause du dictateur de la Syrie change la donne. Il se retrouve aux côtés des chrétiens de Syrie qui soutiennent Assad, des Partis Communistes de toute la région (dont le PC algérien est le plus virulent), des staliniens du monde entier (russes et chinois) dont Thierry Meyssan du Réseau Voltaire, des Etats chinois et russe, de … Marine Le Pen en France. Mais les Phalanges chrétiennes du Liban, fascisantes dans leur organisation (ce sont elles qui ont assassiné les palestiniens de Sabra et Chatila sous les ordres de l'israélien Sharon) semblent s'abstenir sur la question….
    Les choix politiques et les combats menés n'ont donc rien à voir avec les religions.

    Ceci est encore plus vrai pour l'Etat syrien lui-même.
    En juin 1974, le président américain Richard Nixon se rend à Damas, après la guerre des Six jours, afin de trouver un accord avec Assad pour l'avenir. Le monde arabe n'apprécie pas. Le 16 février 1975, Yasser Arafat, laïc, va à Damas et scelle la réconciliation entre la Syrie et l'OLP. Mais la guerre civile au Liban éclate en février 75 à propos de la présence des palestiniens réfugiés de la Nakba. Les troupes régulières de l'armée syrienne entrent alors au Liban au matin du 1er juin 1976 pour soutenir…. les milices chrétiennes du Front libanais menacées sur tous les fronts au Liban par les milices de la gauche libanaise et les combattants palestiniens
    Cette décision du président Assad produit un fort mécontentement dans la population syrienne, dont la grande majorité est composée de fervents partisans de la cause palestinienne. Parmi eux, des Frères musulmans syriens expriment aussi leur opposition. Assad va profiter de ce fait pour (très certainement sur l'instigation des USA qui préparaient la défaite de l'OLP de façon souterraine), réprimer dans le sang toute opposition, en prétextant que celle-ci est intégriste ! (nous y voilà avec l'islamisme !). Des troubles éclatent dans les grandes villes du pays, entre autre dans la ville de Hama, dite bastion des Frères musulmans. Celle-ci est bombardée à l'artillerie lourde en février 1982. Dix neuf ans plus tard, elle le sera de nouveau, au motif que la ville est infestée de pro-impérialistes…. On voit bien à quoi servent les divers épithètes ! Les palestiniens étaient en fait considérés par Assad comme une menace pour son régime despotique, non pas en tant que sunnites mais en tant que combattants pour la liberté et la démocratie. Sa position anti-israélienne est en plus souvent de pure forme. Elle sert à sceller des alliances de circonstance. A la suite des accords de Camp David, le conflit entre l'armée syrienne et les milices chrétiennes va éclater. La Syrie n'en est pas à un retournement près. Elle juge alors bon de soutenir le Hezbollah contre Israël, ne serait-ce que pour des raisons de politique intérieure.
    Les révolutions arabes qui sont en 2011 en plein développement ont changé le paysage politique. Le Hezbollah n'est certainement plus aussi utile à la cause arabe. Le danger d'envahissement du Liban par Israël n'est plus à l'ordre du jour. L'isolement de ce dernier serait total si les USA ne jouaient pas leurs dernières cartouches pour le défendre. La position des USA paraît aussi ridicule et désespérée que celle de la Syrie. Avec l'arrivée des " indignés " sur la place publique israélienne, et autour de Wall Street, c'est peut-être encore une nouvelle page qui se tourne. Sans compter le tremblement de terre provoqué par l'annonce d'un certain référendum…
    Il n'échappe à personne que Abbas, malgré ses gesticulations à l'ONU pour un Etat palestinien, maintient à bout de bras la résignation des palestiniens, avec une police financée par l'Europe et Israël. Jusqu'à quand ? Israël vient de s'arroger le droit de ne pas verser l'argent dû à la Palestine… !
    Il ressort de tout cela que l'islamisme ou les guerres de religion, dont parle l'Occident n'ont aucun contenu. D'ailleurs tous les gouvernements despotiques (Egyptien, Libyen, Tunisien, Yéménite, sans compter l'Algérie et l'Iran) qui ont instrumentalisé l'islam à leur profit, ont en même temps lutté contre d'hypothétiques islamistes, qui remplissaient et remplissent leurs prisons, en réalité d'abord des opposants politiques musulmans ou parfois laïcs. Mais la petite cervelle des grands médias occidentaux a besoin du manichéisme religieux pour s'y retrouver.

     

    PAR QUELS MECANISMES LE CAPITALISME OCCIDENTAL MAINTIENT LES PAYS ARABES ET AFRICAINS SOUS SA DOMINATION ?

    Egypte:

    Les USA maintiennent l'existence d'Israël et celle de Moubarak jusqu'à présent par des milliards de dollars à l'un et à l'autre: 2,3 billons de dollars par an (www.planetenonviolence.org/Armement-d-Israel-Par-Les-USA-Cooperation-Militaire-Avec-La-Participation-De-Certains-Pays-Arabes-R... ) pour Israël (mais il y aurait des prêts garantis dans cette somme monstrueuse et les versements du lobby sioniste US), et 1,3 Mds de dollars pour l'Egypte pour l'armée. Sommes disproportionnées certes, mais cette manne pour l'Egypte, plus la terrible corruption du pouvoir, a permis jusqu'à présent que l'armée soit payée, et que la corruption, le traité " de paix" pourri avec Israël de 1979, la fermeture de Rafah vers Gaza, le libre échange avec les pays capitalistes, tiennent en équilibre...au prix de la misère du peuple, et de l'enfermement de la Palestine. Les jours à venir vont peut-être faire dégringoler tout cela.

    (19 février 2011)

    Tunisie

    Aujourd'hui, les tunisiens et des journalistes français disent ouvertement que BEN ALI faisait partie de la pègre, c'est à dire de la mafia organisée pour le pillage du pays, mais accréditée par les gouvernements français sucessifs.

    Que dira-t-on bientôt des gouvernements français, de celui-ci, après les révélations sur les relations de la Ministre des affaires étrangères avec la pègre... ?

    Dans ce pays la Tunisie, 6 gouvernorats (préfectures) ont décidé que le peuple ferait sa propre police, et que de toutes façons ils récusaient l'ancienne police....

    L'exigence d'une Constituante est mise en avant, dont le gouvernement doit être issu. Une vingtaine de partis se sont crées.

    17-2-11

     

    Après les tueries en Libye, en Syrie, au Yemen, à Bahrein (avec l'aide de l'Arabie Saoudite et des USA pour ce dernier...), un point de vue pas si étonnant que cela, celui du réseau Voltaire sur la Syrie et la Libye !

    Ce serait la CIA qui armerait le bras des insurgés contre ces bons dictateurs en Libye et en Syrie.

    Voici ce qu'un correspondant écrit au réseau Voltaire le 28-4-11

    Bonjour,
    .................vous donnez une très bonne image (du reseau Voltaire) avec cet article (sur la Syrie) que je trouve particulièrement odieux. J'ai fait confiance à T Meyssan et à ses amis à propos du 11-9-01; mais là vous loupez tous le coche et vous vous présentez tous comme des soutiens des dictateurs, sous prétexte que ces dictateurs, pour des raisons de politique extérieure, se sont montrés comme anti-impérialistes. Vous confondez les Etats avec leur peuple. Exactement comme le faisaient les soviétiques. Vous faites des analyses en terme de "blocs d'Etat" et non en termes de classes. Sous prétexte que la CIA a des pions partout, vous donnez à cette dernière une importance qu'elle n'a pas, et vous êtes incapables de regarder ce qui se passe au niveau des peuples. C'est la fin du reseau Voltaire et de ce qu'il fut. Vous êtes à contre courant du mouvement d'émancipation des peuples. Je pense que Meyssan a toujours fait partie de ce qu'on appelait "les staliniens". Je crois que le Hezbollah sera plus intelligent que les dirigeants syriens et iraniens, car il est au contact des masses paysannes et ouvrières et a rellement combattu les sionistes sans jamais passer d'accords avec eux, ce sur quoi les iraniens et syriens n'ont pas été stricts. Ne parlons pas de Kadhafi.
    Vous faites partie de la réaction, vous n'avez plus rien à nous dire, si ce n'est ce que les PC les plus totalitaires nous disent.

     

    Les comités de coordination en Syrie.

    Sans doute les syriens sont le plus en avance dans le mouvement social actuel, contre leur gouvernement assassin, après 5 mois de luttes et de résistances extraordinaires, face à un pouvoir fascisant soutenu par la Chine "communiste", la Russie, l'Iran, (et l'affreux Thierry Meyssan de "Voltaire" qui s'est discrédité totalement..). L'organisation spontanée par le peuple de puissants Comités de coordination, contre lesquels le pouvoir ne peut rien, montre bien que le peuple sait ce qu'il lui faut, et qu'il n'a pas besoin de "parti révolutionnaire" et de chefs charismatiques..... mais que de morts, que de sang versé, sans compter 3000 disparus, 12000 emprionnés dans des conditions sans doute effroyables...

    Voici ce qu'écrit l'opposant syrien Riyad Al-Turk en clandestinité :" ..l'absence de leaders politiques au sens traditionnel du terme n'est pas négative. C'est un phénomène nouveau, commun à la plupart des révolutions arabes, après les révolutions du passé liées à des chefs charismatiques, des mouvements idéologiques ou à des coups d'Etat militaires..."

    Voilà saluée la résistance autonome d'un peuple mûr et courageux. Al-Turk manifeste sa confiance dans ce type de mouvement, qui rejoint les" conseils" de février 1917, les "assemblées populaires" d'Argentine en 2001, les "comités de quartier" tunisiens du printemps 2011. Enfin, les peuples en révolte contre les pouvoirs sanguinaires vont nous montrer la voie vers une démocratie à la base qui se combinera très certainement avec une démocratie parlementaire contrôlée.... A quand la chute de la famille Assad ? Du pouvoir des Ollahs en Iran ? Du pouvoir des ex KGB en Russie, des dictateurs en tous genres en Afrique, du communisme du grand capital en Chine ?...... et de tous les autres ?

    4 août 2011


    L'armée comme force d'oppression en Egypte

    Ce n'est pas les islamistes qu'il faut craindre en Egypte, pas plus qu'ailleurs, c'est la force économique de l'armée. L'armée tient sans doute plus de 30% de l'économie. Elle veut se maintenir au pouvoir. Les parlementaires n'y feront rien, si la révolution commencée en février ne parvient pas aujourd'hui à jeter l'armée du pouvoir. L'armée ne sert plus ses missions de défense, elle est un entrepreneur capitaliste féroce. Ses provocations à Port Saïd après un match de foot, sont évidentes et dénoncées comme telles.

    A nouveau, le peuple et la jeunesse vont au devant de la mort pour protéger ce qu'ils croyaient conquis. Si les Frères musulmans sont veules dans cette affaire, ce ne sont pas eux qui sont cause des provocations et qui constituent le danger...

    Le processus par lequel l'armée s'est introduit dans l'économie est intéressant.

    Le "socialiste" Nasser a fait contrôler les entreprises d'Etat par l'armée en 1960

    El Sadate a privatisé, comme le demandait le FMI, les généraux se saisissent de l'appareil productif et de l'industrie alimentaire à titre privé (c'est pourquoi les gens crèvent de faim en Egypte). Les généraux se servent des jeunes militaires comme main d'oeuvre gratuite.

    Moubarak, entre 2004 et 2011, force encore sur la privatisation, c'est au tour des officiers de grade intermédiaire de se porter acquéreur d'enreprises. L'armée se lance dans le tourisme, l'immobilier...

    Les islamistes et les démocrates sont en prison. En 2011 l'armée égyptienne caresse les jeunes dans le sens du poil lors que la révolution qui chasse Moubarak. Mais "pas touche à nos affaires".....

    Les médias nous rabachent leurs leçons apprises "attention aux islamistes".

    Enfin le Monde publie deux articles très intéressants de Claire Tallon (23-1-2012, et 3-2-12)...

     

    La theorie de Marx est-elle utile au Tiers monde ?

    Cette théorie semble utile pour n'importe quel pays dans l'analyse des rapports sociaux et des rapports d'exploitation.

    Mais concrètement elle n'a été d'aucune utilité pour les pays qui ont voulu s'émanciper de l'Occident. Elle a même servi de prétexte pour justifier des dictatures impitoyables dans presque tous les pays (la Chine, l'Ethiopie, l'Algérie, le Vietnam, la Corée du nord, de nombreux pays d'Afrique...etc) à travers des partis uniques corrompus.

    Après les échecs subis, elle a été jugée inutile du point de vue de l'action et des perspectives, récemment, par les organisations arabes de résistance du Moyen Orient, entre autres. Les peuples arabes, africains, du Moyen Orient et de ce qu'on nomme le tiers monde en général, qui ont à souffrir de plusieurs maux majeurs et conjoints, ont partout minorisé les partis communistes, lesquels parfois résistent légitimement mais souvent ont collaboré avec les dictatures et ne s'en relèvent pas (le PC algérien par exemple)..

    Quels sont les maux dont souffrent ces peuples ?

    D'une part ils ont été pillés pendant des décennies et cela continue; la propriété nationale ou collective a été transformée en propriété privée par les coloniaux, des frontières sans aucun sens ont été tracées, les droits de parcours pour les éleveurs et le nomades en ont été bouleversés, l'accès à l'eau et aux puits de même, les forêts sont décimées par les exploitations forestières occidentales, les terres agricoles sont réduites et saccagées par les exploitations de pétrole. Les nigérians appellent le pétrole la "merde du diable". Les produits à bon marché de l'Occident viennent concurrencer les productions locales et les ruinent (ex: les infâmes tomates d'Espagne, les poulets industriels des USA, aujourd'hui les poulets à l'eau de javel, les légumes industriels.. etc), entraînant les populations locales à faire des cultures de la coca ou du pavot, non plus des nourritures locales mais la base d'industries de la drogue; la surexploitation de la pêche en mer qui ruine tous les petits pêcheurs (la Crête n'a plus de pêcheurs et importe son poisson d'Athènes lequel le reçoit de la pêche industrielle, et que dire des pêcheurs africains ?). Le colonialisme a été remplacé par l'exploitation des richesses par les grandes sociétés industrielles.

    D'autre aprt et dans ce cadre, la "démocratie" exportée par l'Occident est synonyme la plupart du temps de corruption, d'anéantissement de la démocratie locale, de faux discours se cachant derrière une fausse aide, en fait aide aux sociétés industrielles. Et derrière la démocratie il y a en fait le soutien éhonté de la dictature des prédateurs, et même de leur mise en place à travers les services secrets d'Etat. Tout ceci, moyennant le financement d'armées sophistiquées et la liberté pour les grands groupes industriels d'intervenir comme ils veulent dans les pays en question. Se cache aussi la déstabilisation politique à tout va (ex le Liban). Et pire, quand ce n'est pas suffisant, la guerre, le ravage, la destruction, la tentative de mise au pas des populations par l'extermination.

    La situation actuelle est pire que le colonialisme de nos parents et grands parents.

    D'abord très influencées par les mouvements communistes, en Asie et en Amérique latine, ces grandes masses ont fait un retour théorique très profond vers leur religion, après des échecs terribles et des répressions politiques majeures. En effet les communistes n'ont rien compris au problème de la terre (ex les tribus en Afghanistan) et ont préconisé le salariat agricole, l'industrialisation de l'agriculture, comme mode d'existence de la paysannerie.Ils n'ont rien compris au problème de la propriété et de la culture paysanne ancestrale, ils ont voulu appliquer la théorie du prolétariat vainqueur, et de l'industrie conquérante, puis ils s'en sont pris à la religion. Ce sont les évêques de la théologie de la libération qui ont aidé et financé la constitution du mouvement "des paysans sans terre" au Brésil, et ailleurs en Amérique latine, et pas les communistes. Ce sont les organisations caritatives musulmanes qui sont venues aider les populations en détresse, et pas les communistes. La religion apparaît aujourd'hui comme le rempart contre la corruption et non pas la démocratie ou le socialisme.

    Dès lors les mouvements paysans soit se sont tournés vers la tradition andine (propriété collective de la terre), soit ont effectué un retour à l'Islam dans les pays arabes. Très consciemment le mouvement religieux chiite au Liban a par exemple conclu à l'impossibilité de s'appuyer sur la tradition marxiste au motif que les marxistes n'ont en vue que l'Occident industriel comme perspective et non pas la société paysanne et artisanale traditionelle. Marx imaginait en effet que le monde civilisé deviendrait nécessairement comme l'Europe occidentale industrialisée.Ceci s'avère être non seulement une erreur grave mais est extrêmement nocif pour l'avenir des peuples essentiellement paysans et artisans. Le marxisme traditionnel ne répond à aucune des questions que ces sociétés se posent.

    C'est ici qu'il faut revenir à la question du machinisme évoquée dans la rubrique "sciences et technique". Il est bien probable que l'opposition aux machines mécaniques par les compagnons et artisans au 19ème siècle relevait de ce problème. Dans les cahiers de doléance en France, on n'a pas relevé de demandes concernant l'abolition de corporations, mais des demandes concernant leur démocratisation, une plus grande facilité pour devenir soi-même maître, c'est à dire artisan. Par contre, on relève dans ces mêmes cahiers une opposition répétée aux machines mécaniques, ce qui, avant le livre de Nicolas Chavassus (sur les bris des machines au 19ème siècle), n'avait guère été dit !

    Autrement dit, au moment de la révolution française, la population ne voulait pas sortir de l'univers paysan et artisanal, mais voulait en finir avec l'absolutisme royal, les impôts forcés, le servage.. La population voulait la démocratie communale, l'extension de l'artisanat sur des bases plus démocratiques, la liberté pour les paysans. Elle ne voulait pas de l'industrie, de la concurrence et du salariat. De ce point de vue les marxistes ont réécrit l'histoire de la révolution française, en présentant la bourgeoisie comme la seule classe émancipatrice, et le capitalisme industriel comme la seule voie démocratique.

    Les marxistes ont suivi en cela Marx qui n'a jamais voulu renoncer à son idée de société supérieure communiste industrielle au nom d'une idéologie qui ne s'appuyait nullement sur le désir des masses. Pourtant il était parfaitement au courant du désastre que subissait à son époque l'Inde colonisée par la GB, du fait de la concurrence féroce que celle-ci faisait, grâce à ses métiers mécaniques, au tissage traditionnel fondé sur des métiers à bras. Il savait que le tissage mécanique introduit en GB avait pour objet explicite de ruiner l'Inde en tarissant ses exportations, de lui prendre sa production de tissus dont le coût était plus élevé, et de la réduire au rang d'un pays producteur de coton !! Il savait que les habitants des villes hindoues, superbes, retournaient à la campagne sous l'effet de l'effondrement de l'artisanat. Malgré cela Marx persistait à dire que l'Inde devrait nécessairement devenir un pays industriel du type de la GB, en s'appuyant sur des millions de pauvres revenus à la campagne après cette ruine, puis chassés à nouveau des campagnes par l'expropriation progressive et l'appel en main d'oeuvre de l'industrie, tout ceci au motif que finalement et en définitive, tout le monde bénéficierait un jour des bas prix de la production industrielle...! En réalité, seuls les salariés ayant un salaire à peu près correct pouvaient prétendre devenir des consommateurs.

    Aujourd'hui, face à cela l'historien africain, Achille Mbembe, constate l'absence de réelle démocratisation où que ce soit, le recul de toute perspective de révolution sociale, une diffraction sociale sans précédent, c'est à dire un émiettement considérable des forces sociales susceptibles de s'unir pour résister au capitalisme, une fragmentation des capacités et formes de résistance, et l'émergence d'une sorte de lumpenprolétariat dont la violence est sans projet politique alternatif (Courrier international du 26-6 au 2-7- 2008). Il constate que le bidonville est devenu le lieu névralgique d'affrontements sociaux qui combinent lutte des classes, lutte des ethnies, et celle des millénarismes religieux.

    Heureusement les évolutions ne sont pas homogènes; l'Amérique latine ouvre des perspectives même s'il faut rester très circonspect, et même si la mafia dévorante a des pouvoirs considérables en Colombie, au Mexique, au Salvador et ailleurs, et traduit l'échec de la démocratie parlementaire. Très certainement il faut regarder du côté de la démocratie communale et paysanne pour retrouver espoir.

    Des alliances se font jour entre les paysans, les intellectuels, des mouvements religieux, des salariés pour affronter l'ennemi commun: le prédateur qui s'approprie les richesses avec le soutien de l'étranger. Et ceci sur un terrain trsè concret de la vie de tous les jours et non sur la base de consensus idéologiques a priori.

     

    Il est triste de constater, qu'au delà des descriptions géniales du fonctionnement capitaliste, Marx aouvert la voie aux directions du salariat du 19ème vers une collaboration pour des perspectives communes d'industrialisation à outrance qui ont laminé les peuples et apporté les terribles impasses actuelles.

    Marx en cassant le mouvement des bris de machines mécaniques en Europe, en agitant l'idée de la préparation à la prise du pouvoir par le prolétariat le plus cultivé, préparait en fait le terrain à l'esclavage du salariat (dont il parlait lui-même), particulièrement celui des pays colonisés, son écrasement final, la corruption de ses organisations syndicales et politiques, et la soumission du Tiers monde à l'impérialisme, tout cela pour satisfaire des visions intellectuelles pour un communisme improbable dont le meilleur exemple serait finalement la Chine communiste d'aujourd'hui !!

    C'est Marx qui disait que l'idéologie ne pouvait supplanter les rapports réels, et ne pouvait être que le reflet de ces rapports. Pourrait-on dire que l'idéologie communiste n'a finalement été que l'expression perverse des besoins de la bourgeoisie marchande et industrielle en Occident ??

    Forts de cette expérience dont ils font état, les mouvements politiques religieux arabes, dont nous n'avons que quelques textes, stigmatisent l'échec des pensées nationalistes panarabes, celui de la pensée marxiste, et font retour à l'islam, comme fondement moral, dans les mouvements de résistance à l'occupation et de libération nationale contre l'impérialisme. Ils y puisent le courage, la recherche de la justice, l'intégrité contre la corruption, l'absence de compromission, la ténacité, qualités indispensables face à des adversaires sans principe et très mécanisés ! Mais si le modèle ultime est l'Iran, vers quelles nouvelles terribles impasses irons-nous ?

    Mais très certainement la pensée sud américaine fera échec à cette tentation.

    Il convient de comprendre cependant autant la théologie de la libération en Amérique latine et en Afrique, que l'islam comme arme de résistance au Moyen Orient et en Orient. C'est le même mouvement. Il convient de se pencher sur les analyses de ces organisations religieuses qui ont pris tant d''importance. Nous n'avons que peu de textes traduits concernant l'islam en raison du discrédit jeté a priori sur les mouvements islamiques, et de l'absence dramatique de traductions. Ce n'est pas par hasard que la religion des plus pauvres soit vilipendée. Pourtant si l'on veut comprendre ce qui se passe aujourd'hui dans une grande partie du tiers monde, il faut sûrement aussi revenir aux textes religieux.

    Les laïcs intégristes, en luttant principalement contre les religions et non contre le capitalisme, ne sont-ils pas en train, eux aussi, de nous offrir une voie perverse vers la défense du capitalisme ?

    Juillet 2008