MARX AU 21ème SIECLE ?

  • index
  • Bienvenue
  • Qui sommes-nous ?
  • MARX LIBERATEUR

  • Economie marchande et non marchande
  • valeur d'usage/forces productives
  • Valeur Travail/exploitation
  • Théorie de l'aliénation
  • Monnaie
  • Etalon monétaire et prix
  • Inflation:actualité
  • Marchés de l'or actuels
  • Libre Echange, monnaie coloniale
  • Le salariat
  • MARX INDUSTRIALISTE pour le compte du capitalisme

  • Machinisme et science
  • Déterminisme historique
  • Démocratie
  • Communisme révolution
  • Le capitalisme peut-il s'effondrer ?
  • Lois du capitalisme ??
  • Industrialisation
  • Famines et capitalisme
  • famines et communisme
  • Les forces productives ont-elles cessé de croître ?
  • REVOLUTION dans le Tiers Monde ?
  • Soviétiques en Afghanistan
  • Chine communiste

     

     

  • ANNEXES

    Analyses théoriques

    Colonisation, CurrencyBoards

     

    euro

    Islamisme

    Inégalités

    Justice

    Keynes

    La Gauche dans le monde

    L'extrême gauche

    Les trente glorieuses

    Nationalisme

    Racisme et discrimination

    religion irréligion

    Socialistes français 2014

    Terrorisme

     

     

     

     

    Analyses factuelles et historiques

    Al Qaïda: Qui infiltre qui ?

     

     

     

  • Liberté d'expression Charlie Hebdo
  • Luttes de classe au jour le jour
  • Macron
  • Palestine maudite
  • Patriarcat et droits des femmes
  • Paysannerie en Inde
  • Somalie
  • Soudan,Darfour
  • Soviets
  • stratégie syndicale
  • Syrie
  • Théorie du complot ?
  • TRUMP, un cancrelat du capitalisme, un produit logique du communisme
  • UKRAINE la guerre
  • Voyoucratie d'Etat
  • Yémen

     

     

     

    QUE FAIRE ?

    -L'Internationale des travailleurs: urgence !

    -Pétition, lettre ouverte au PS

    -Gilets jaunes

  • Ecrivez-nous :

    infos@marx21siecle.com

  •   

    Inégalités de plus en plus criantes entre les revenus.

    Appropriation des richesses de plus en plus inégalitaire

    (revenir aux fondamentaux) janvier 2023

    Nous verrons comment la question des retraites se situe dans cette discussion de fond traitée un peu longuement.

    Il y a une grande diférence entre les deux termes.
    Le premier: Il s'agit des inégalités de répartition des revenus, entre cadres et ouvriers, entre salariés PDG et simples salariés, entre ouvriers et paysans, entre professions libérales et salariés, entre hommes et femmes, entre les nationaux et les émigrés, etc etc

    Le second a trait à la spécificité du capitalisme: les possesseurs de capitaux, d'entreprises, de banques, ont le pouvoir de s'approprier la richesse produite et toute nouvelle richesse, précisément parce qu'ils sont propriétaires d'une partie du capital qui a vocation à fructifier dans l'appareil de production, ou dans les opérations financières par les mécanismes du prêt ou de l'usure.

    Nous appelons "capital" les masses monétaires qui doivent fructifier; et "revenus" les masses monétaires appelées à être dépensées.

    Les Etats jouent un rôle dans la redistribution des salaires et revenus, et dans l'aide à l'appropriation de la richesse par les propriétaires de capital.

    Les Etats reçoivent en effet en impôts une part des revenus des salariés et une part du capital produit. Ils peuvent tout redistribuer en revenus, comme ils peuvent transformer une partie du revenu reçu en capital (pour qu'elle fructifie), comme ils peuvent ne pas contrôler le montant qui devrait leur revenir en impôts de la part du capital. Par exemple fermer les yeux sur les évasions de capitaux dans les paradis fiscaux.

    Exemples:

    Montant du patrimoine financier détenu dans les paradis fiscaux : 7 900 milliards d’euros en 2017, 8 % du PIB mondial; il en résulte une perte de recettes fiscales d’environ 155 milliards d’euros par an dans le monde.

    En Europe, environ 11 % de sa richesse nette totale, soit 2 300 milliards d’euros, sont détenus à l’étranger.

    En France, la fraude fiscale globale est comprise entre 80 et 100 milliards d'euros, en 2022, qui comprend 20 à 25 Mds de perte de TVA annuelle.

    En 2020, l'État a récupéré près de 7,8 milliards d'euros grâce aux contrôles de lutte contre la fraude fiscale,

    Le syndicat "Solidaires finances publiques" considère que c'est peu, et que tous les moyens ne sont pas employés à cette récupération. Ce sont les lanceurs d'alerte et les journalistes d'investigation qui permettent la plus grande récupération (cf Panama Pappers) .

    C'est dire quelle est l'orientation de l'Etat.

    Nous avons cela présent dans la tête lorsque nous examinons les exemples ci-dessous qui marquent les esprits en ce moment où il est question en France de faire passer l'âge de la retraite à 64 ans au motif de vouloir un système de retraites financièrement équilibré en 2030 ! ( L'Etat veut obliger les gens à travailler plus par une loi, mais l'Etat ne veut pas s'obliger par une loi à récupérer l'évasion fiscale et à l'empêcher, alors que sa complaisance à ce niveau est totale).

    Ce matin, 30-1-23 sur France Info, une discussion extraordinaire s'est engagée avec une "philosophe" bien choisie (nom ?...) qui tentait d'expliquer, face aux chiffres qui circulent publiquement, que la répartition de la richesse ne relevait pas de l'immoralité comme semblent le présenter certains commentateurs, mais de la "différence" et des "mérites" !

    "Différence" ?: il faudrait penser qu'il y a des gens doués pour s'enrichir, et qui passent leur vie à s'enrichir, parce qu'ils sont faits pour cela ??? et d'autres pas. Ce n'est pas ce que la philosophe a dit exactement, mais c'est ce qu'elle a laissé à entendre. Que nous ne savons pas accepter la différence, donc il faut accepter cette différence ! Comme pour celle qui existe entre les noirs et les blancs.

    Et elle a cité habilement Mélenchon qui dit dans un discours récent que s'il y a des riches, c'est qu'ils ont pris la richesse quelque part, sur le dos de ceux qui n'ont rien... Donc il y a des bons et des méchants, et des gens qui volent la richesse. Sous entendu il y aurait un montant donné de richesses mal partagé, un montant fixe ? Comme l'image du gâteau qu'on ne peut agrandir!

    Tout cela relève de la fausseté, à notre avis.

    Le débat ne se situe pas ici entre l'existence des riches et des pauvres, ou entre les méchants et les bons.

    Nous sommes dans un système économique d'entreprises, depuis la fin du 18ème siècle, dont le but est de faire fructifier du capital, à partir de l'appropriation d'entreprises qui font travailler un salariat. Ces entreprises ont le pouvoir économique, politique, et sont gérées par des gens qui ne sont ni bons ni méchants, mais dont le but est la fructification du capital, sur la base de la fabrication de marchandises ou de services, à faire vendre sur le marché. Cette fabrication s'étend d'année en année et est vendue.

    Le capital croît donc d'année en année, parce qu'il fructifie. Sauf crise brutale exceptionnelle, le capital croît et son appropriation par le système d'entreprises est en valeur absolue toujours plus grande, même si l'appropriation était fixe en valeur relative.

    Cette fructification se fait par l'intermédiaire de l'EXPLOITATION (dont plus personne n'ose parler pas même Mélenchon), à savoir que le salariat ne peut être rémunéré à la valeur de ce qu'il produit, mais bien moins, c'est à dire au niveau où il doit être capable de se renouveler physiquement et socialement, c'est à dire historiquement au 19ème siècle au minimum vital tandis que la plus grande partie va au propriétaire du capital engagé (1).

    C'est la LUTTE DES CLASSES (dont plus personne n'ose parler) qui a permis, au 19ème et 20ème siècle, que cette rémunération augmente jusqu'au niveau où le salariat a pu accéder à "la société de consommation", cette géniale invention, qui a permis de faire face à l'URSS, dont le salariat occidental était persuadé que celle-ci apporterait le bonheur sur terre.

    On est loin de la question de la méchanceté, de la morale, du mérite, même si ces notions existent, bien sûr, mais ne sont pas explicatives du système dans lequel nous sommes.

    Ce système est fait pour accroître la richesse en continu, toujours plus, et de trouver la méthode à la fois pour soumettre les salariés à accepter une part faible de la richesse, et à la fois d'apporter toujours la plus grande part de richesses entre les mains de ceux qui ont le pouvoir d'appropriation de cette richesse.

    Toujours plus, mais comment ? Par une exploitation toujours plus grande du salariat dans les pays occidentaux en utilisant la technologie pour ce faire; et Par une exploitation gigantesque qui concerne le monde entier, exploitation des grandes masses d'individus expropriés, menacés de faim, jetés hors de chez eux par la guerre et la misère, mal soignés, non instruits, prêts à travailler pour un plat de lentilles... Non la fin des maladies, des guerres, de la faim, ne sont pas à l'ordre du jour, même si on l'annonce sans arrêt.

    Oui le marxisme a été utilisé à des fins d'exploitation encore pires que celles produites dans le capitalisme; oui l'URSS a crée un autre genre de barbarie, mais ni l'exploitation, ni la lutte des classes n'ont disparu.

    La richesse capitaliste ne fait que croître, en marchandises et services en tous genres, utiles certes pour certaines mais dévoyées, mais surtout inutiles et dangereuse, qui inondent nos poubelles, jonchent les sols, pourissent les rivières et les mer, détruisent la nature et la planète... Cette richesse ne peut qu'être errodée par la monnaie qui en diminue constamment la valeur.

    Peut-on la maîtriser ? Vaste discussion. Il nous faudrait une démocratie à toute épreuve pour que les peuples prennent le contrôle du système d'appropriation des richesses, et en fasse autre chose...

    (1)Le salariat n'est pas payé à la valeur de ce qu'il produit. C'est une évidence sinon il n'y aurait même pas de renouvellement du système de production. La valeur monétaire de ce qui a été produit (quand cette production est vendue) se décompose comme suit: salaires à venir des ouvriers + renouvellement du capital engagé + salaire ou revenu du propriétaire de capital + investissements à venir pour développer le système de production. Ces trois dernières rubriques constituent la valeur non payée de ce que les ouvriers ont produit. Marx a appelé cela le "surtravail", ce travail qui ne sera pas payé aux ouvriers. Il n'y a pas d'immoralité dans l'existence de ce surtravail, puisque c'est dans les investissements à venir qu'on va trouver la possibilité de construire des logements, des écoles, des hôpitaux, des routes, des usines pour produire des biens utiles etc.. Mais la part qui revient aux salaires des ouvriers, et la part qui est restituée en biens sociaux et services publics, peuvent être extrêmement réduites, à la portion congrue, selon les rapports de force en présence.

    Tandis que les salaires et revenus du PDG ou (des)du propriétaire de capital, et les investissements somptuaires, pour les guerres de conquête, pour les châteaux en Espagne, pour abattre des forêts, expulser des populations, dévaster des territoires, produire des biens et services inutiles ou dangereux.. etc peuvent être immenses. Là l'immoralité du surtravail (de l'exploitation) peut devenir inupportable.

     

    En l'état actuel des choses, voici quelques chiffres révélateurs:

    L'ETAT AU SERVICE DES GRANDES ENTREPRISES

    L'ETAT VEUT BRISER LE SYSTEME ACTUEL DES RETRAITES

    Des chercheurs lillois chiffrent à au moins 157 milliards d’euros par an les aides publiques à destination des entreprises, ce qui en fait le premier poste du budget de l’État.  (140 Mds en 2009)
    (Mathias Thépot Médiapart)

    157 milliards déversés sans aucune contrepartie sociale ni environnementale

    Face à cela:

    Le système des retraites était déficitaire de 13 milliards d'euros en 2020. Mais en 2021, retour au vert : « Le système a été excédentaire de près de 900 M€», indique le COR dans son dernier rapport. Principales explications : le redémarrage de l'activité économique et les créations d'emplois après la période covid.5 janv. 2023

    (Conseil d'orientation des retraites (COR) )

    Face à cela:

    Les États généraux de la justice ont coûté près d’un million d’euros, versés à deux cabinets de conseil.

    rapport du sénat avril 2022 (voir un autre fichier à construire)

     

    Face à cela

    Un versement de dividendes à un niveau record qui concerne l'Europe

    L'étude annuelle de la société de gestion Allianz Global Investors, publiée le 26-1-23, indique que les entreprises de l'indice MSCI Europe (2), ont distribué à leurs actionnaires, en 2022, 382 Mds d'euros, en progression de 23%; ce chiffre se monterait à 387 Mds en 2023, ceci au moment où les revenus du travail sont rognés par l'inflation.

    (2) L'indice MSCI Europe est un indicateur de la performance des marchés boursiers des pays développés européens. Il s'agit d'un indice européen qui mesure la performance des sociétés de grande et moyenne capitalisation sur 15 marchés développés en Europe. Avec plus de 400 composants, l'indice MSCI Europe couvre environ 85 % de la capitalisation boursière ajustée au flottant des pays inclus. Les 5 premiers composants représentent plus de 12% de l'indice et sont Nestlé (Ind Agro Suuisse), ASML (pays bas : puces informatiques), Roche Holding (pharmacie Zurich), LVMH (Ind Luxe France) et Novartis (Ind Pharm Suisse).

    Le MSCI France contient 74 entreprises. La capitalisation est de 1,15 milliard d'euros. C'est donc un indice plus diversifié que le CAC 40 qui contient 40 entreprises et pèse 900 millions d'euros.

    dont:

    LVMH Moet Hennessy Louis Vuitton SE
    12.78
    TotalEnergies SE
    8.48
    Sanofi SA
    5.92
    L'Oreal SA
    5.32
    Schneider Electric SE
    4.6
    Air Liquide SA
    4.4
    Airbus SE
    4.15
    BNP Paribas Act. Cat.A
    3.92
    Vinci SA
    3.27
    AXA SA
    3.07

     

    Face à cela :

    Les 120 des grandes sociétés cotées du SBF (société des bourses françaises) ont vu LA RÉMUNÉRATION MOYENNE DES PATRONS progresser, au titre de 2021, de 22% par rapport à 2019, année antérieure à la crise sanitaire, elle s’inscrit à 4,5 millions d’euros, atteignant ainsi un record historique depuis 15 ans.

    Celle du CAC 40 a bondi de 52% en 2021, toujours par rapport à 2019, aux alentours de 5 millions d'euros. Elle aurait doublé.

    En 2021 les sociétés du CAC 40 ont fait 160 Mds d'euros de Bénéfice.

    Il faudrait ajouter les superprofits de Total et d'autres.

    Il nous paraît certain qu'il y a une face cachée de la loi sur les retraites : briser la résistance du salariat sur cette question, pour avoir les mains libres ensuite pour saccager totalement les services publics, l'hôpital et les services de soins en France en premier lieu.

    Janvier 23

     

     

    DISCRIMINATIONS

    Le WOKISME importé en France

    Dès avant la mort de George Floyd, mais surtout à partir de cette mort, s'est développé aux USA un travail " d'éveil à toute forme de discrimination ". L'analyse dite " intersectionnelle " (due à une juriste noire, Kimberley Crenshaw) avait déjà courroucé la droite raciste, car sous ce mot barbare, il s'agissait d'examiner comment des personnes, femmes ou hommes, peuvent additionner plusieurs discriminations du fait de leur couleur de peau et de leur statut social, et d'intervenir en leur faveur. Par exemple la femme de ménage noire en entreprise est discriminée parce qu'exploitée par son patron. Elle l'est encore plus, en tant que femme car elle reçoit un bas salaire ; et encore plus en tant que noire, son salaire étant diminuée d'autant, et en tant que salariée parmi les plus précaires. En plus si elle est frappée dans la rue par un voyou qui veut son sac, elle va subir l'insulte de celui qui la frappe, l'insulte de la police qui ne prendra pas en compte sa plainte, l'insulte éventuelle de l'homme blanc qui sur le trottoir ne lui portera pas secours.etc etc


    Les chercheurs et militants américains qui travaillent sur le sujet, ont établi des listes de cas de ce type, qu'il s'agisse d'homme ou de femme, les femmes étant particulièrement visées par une discrimination extrême. Les féministes peuvent y ajouter que la femme noire, quand elle rentre chez elle, peut subir la violence de son mari noir, parce qu'elle est une femme…..L'analyse de toutes ces discriminations ne privilégie pas obligatoirement le cas de la femme noire, ou de l'homme noir, persécutés par la police blanche. Elle peut concerner, cas très rare, le policier noir qui frappe une femme blanche d'abord parce qu'elle est femme, et en plus femme de chambre sous payée dans un hôtel, et peut-être handicapée mentale. En somme il s'agit de toutes les formes de discriminations qui se combinent avec l'exploitation économique et sociale.

    Evidemment ce type d'analyse exaspère les racistes de tout poil qui tentent un renversement des termes de la démonstration, en accusant les auteurs du travail sur les discriminations, de racistes, alors que ces auteurs analysent précisément la situation des victimes du racisme ! On voit ainsi naître le qualificatif blessant de " wokiste " (par exemple à l'IEP de Grenoble). Le wokisme en effet, " analyse intersectionnelle des discriminations ", est en outre l'intervention pour les faire reculer, surtout quand elles touchent les plus faibles, entre autres ceux ayant subi l'esclavage, ou la colonisation dans leur histoire familiale et personnelle, cette dernière au nom de la civilisation. Or à une époque où certains tentent de réhabiliter la colonisation, cette démarche est vue comme allant à l'encontre de l'analyse historique. " On " voudrait alors y voir des conflits d'identités, des conflits religieux et de cultures rendant certains " inassimilables ".
    Pour quelques habitués du contresens calomnieux, c'est la bonne aubaine en France pour les racistes de droite (M BLanquer) et d'extrême droite (Zemmour), pour tenter de discréditer ceux qui les traitent à juste titre de racistes et d'islamophobes, en mélangeant intentionnellement d'un part les islamistes et les musulmans, d'autre part " l'islam des islamistes et des dictatures " avec " l'islam du Coran ".


    Il faut souvent relire deux fois les articles des journaux pour s'y retrouver tant l'usage de mots ou de phrases, jamais définis ou empruntés, ont un sens volontairement équivoque (comme la " déconstruction ", " liberté d'expression extra-académique ", " bouleversements identitaires "….. ) . Il en est ainsi de la lecture de compte- rendu d'un " colloque " à la Sorbonne des 7 et 8 janvier 2022 organisé par la droite, soutenu par le gouvernement et le Ministre de l'Education nationale en tête, Blanquer, avec Zemmour caché sous son manteau, sur le wokisme entre autre. Le thème étant quant au fond la nécessité de " nettoyer " (déconstruire disent-ils) l'université de tout travail sur les discriminations et sur le racisme. Il ne manquait que Valérie Pécresse (une femme au service du patriarcat) à cheval sur son karcher à l'assaut de la liberté de la Recherche et de la liberté d'expression à l'université, depuis que Charlie Hebdo a le seul monopole de cette " la liberté d'expression ", c'est-à-dire du droit à l'insulte sans fin contre l'islam (cf son dernier journal début janvier qui est vraiment déshonorant).
    Celui qui n'est pas un peu au courant du problème, ne comprend rien, tant le langage est obscur (voir le Monde du 11-1-22). Ce qui n'est pas obscur par contre est la qualification d' " islamo-gauchistes " de ceux qui traitent les organisateurs du colloque d'islamophobes. D'où vient ce mot qui prétend mettre des individus de gauche dans le camp de " islamistes " ? De quoi parle -t-on ?


    En janvier 2002, Pierre-André Taguieff emploie le mot contre les " tiersmondistes " qui soutiennent les palestiniens ! Le 2 avril 2016 dans le Monde, Elisabeth Badinter, qui se targue d'être féministe, écrit: "Etre traité d'islamophobe est un opprobre, une arme que les islamo-gauchistes ont offerte aux extrémistes." (sens ?). Puis Blanquer, chargé de l'Education par Macron, reprend le mot il y a peu à propos de la mort de Paty ! La confusion est à son comble.
    On va ainsi tout droit vers la proclamation d'une pensée unique de la droite extrême à l'Université. Il suffirait que de vrais islamistes, c'est-à-dire des intégristes, par exemple des salafistes téléguidés (1), invoquent dans des colloques improvisés et autorisés, " leur liberté d'expression " à l'université contre le féminisme, contre les femmes afghanes, contre la contraception, contre le droit à l'avortement, et pour l'abolition de l'examen critique et du doute, pour l'abolition du droit à l'analyse des diverses pensées, pour que cesse l'étude la plus approfondie du colonialisme et du néocolonialisme (qui ne fait que commencer sérieusement), pour que l'établissement des faits et leur analyse soit décrétés et non pas objet de recherche…il suffirait tout ceci pour que s'instaure la dictature sur la pensée et les écrits. Un colloque réunissant 600 personnes contre le wokisme à la Sorbonne, en janvier 2022 en dit long sur ce que l'appareil d'Etat aux mains de Macron entend imposer aujourd'hui, dans un silence relativement assourdissant.


    AMC le 11-1-22


    (1)Concernant le fructueux commerce des armes de la France avec l'Arabie Séoudite, un caricaturiste bien connu, Plantu, dans le Monde du 20-2-2020, avait représenté un possible échange d' armes par Macron à l'Arabie contre des salafistes….

    Note complémentaire sur le wokisme : ( la grande peur des dominants)
    Les individus critiques qui ont assisté avec stupeur au " colloque " du 7 et 8 janvier à la Sorbonne ont bien relevé que pour Blanquer et ses amis, " " la pensée woke " devait être considérée comme l'instrument d'une destruction de la civilisation occidentale " (E Roudinesco dans le Monde du 21-1-22, J-B Fressoz dans le Monde du 20-1-22) ! Rien que cela ; " Ce serait " un appel à un ethnocide de grande ampleur ", " le monstre conquérant d'un nouvel esprit totalitaire "…Les " déconstructeurs " seraient animés des pensées de Foucault, de Bourdieu, de Derrida, du " marxisme ", du " relativisme ", du" néoféminisme ", de " l'écoféminisme "….
    S Fath de La Croix rectifie en voyant " dans le wokisme, un agrégat de revendications de minorités longtemps dominées " (21-1-22)

     

    En France, les PDG du CAC 40 ont gagné en moyenne 277 fois le SMIC en 2018

    Le montant du SMIC horaire brut est fixé, depuis le 1er janvier 2021, à 9 € soit 1 365 € bruts mensuels, soit 16380 euros annuels

    Le directeur Général de Dassault systèmes a gagné 33,1 Millions euros en 2018

    Carlos Ghosn 14,3 millions

    Le PDG de l'Oreal 9,5 millions

    Le Monde du 8-11-2019