MARX AU 21ème SIECLE ?

  • index
  • Bienvenue
  • Qui sommes-nous ?
  • MARX LIBERATEUR

  • Economie marchande et non marchande
  • valeur d'usage/forces productives
  • Valeur Travail/exploitation
  • Théorie de l'aliénation
  • Monnaie
  • Etalon monétaire et prix
  • Inflation:actualité
  • Marchés de l'or actuels
  • Libre Echange, monnaie coloniale
  • Le salariat
  • MARX INDUSTRIALISTE pour le compte du capitalisme

  • Machinisme et science
  • Déterminisme historique
  • Démocratie
  • Communisme révolution
  • Le capitalisme peut-il s'effondrer ?
  • Lois du capitalisme ??
  • Industrialisation
  • Famines et capitalisme
  • famines et communisme
  • Les forces productives ont-elles cessé de croître ?
  • REVOLUTION dans le Tiers Monde ?
  • Soviétiques en Afghanistan
  • Chine communiste

     

     

  • ANNEXES

    Analyses théoriques

    Colonisation, CurrencyBoards

     

    euro

    Islamisme

    Inégalités

    Justice

    Keynes

    La Gauche dans le monde

    L'extrême gauche

    Les trente glorieuses

    Nationalisme

    Racisme et discrimination

    religion irréligion

    Socialistes français 2014

    Terrorisme

     

     

     

     

    Analyses factuelles et historiques

    Al Qaïda: Qui infiltre qui ?

     

     

     

  • Liberté d'expression Charlie Hebdo
  • Luttes de classe au jour le jour
  • Macron
  • Palestine maudite
  • Patriarcat et droits des femmes
  • Paysannerie en Inde
  • Somalie
  • Soudan,Darfour
  • Soviets
  • stratégie syndicale
  • Syrie
  • Théorie du complot ?
  • TRUMP, un cancrelat du capitalisme, un produit logique du communisme
  • UKRAINE la guerre
  • Voyoucratie d'Etat
  • Yémen

     

     

     

    QUE FAIRE ?

    -L'Internationale des travailleurs: urgence !

    -Pétition, lettre ouverte au PS

    -Gilets jaunes

  • Ecrivez-nous :

    infos@marx21siecle.com

  •   

    MACRON

    Un homme politique de notre temps !

    Un modèle du genre dans l'apparemment acceptable

     

    De UBER à la gestion anticovid : Les méthodes de Macron

    La découverte récente de l'implication de Macron dans l'installation de UBER en France, et sa façon de procéder, éclaire un peu plus la personnalité de ce dernier, et ses méthodes de gouvernement.
    L'entreprise UBER
    Grace aux centaines de milliers de documents internes (messages, mails, documents) livrés par un ancien responsable du lobbying d'UBER, Mark MacGann, devenu lanceur d'alerte au Guardian, à des journalistes d'investigation, nous pouvons savoir comment l'entreprise américaine UBER s'est implantée et a prospéré en Europe et en France et le rôle particulier qu'y ont joué des hommes politiques, comme Macron quand il était Ministre de l'économie sous la présidence de HOLLANDE entre 2012 à 2016 .


    Plusieurs pages du journal le Monde y sont consacrées depuis le 12 juillet 2022. Les faits, les dates, les courriers, les compte- rendus, les témoignages sont donc très précis.
    Quel était l'enjeu de l'implantation de UBER ? Sous couvert de permettre à tout un chacun de devenir chauffeur occasionnel au volant d'une voiture, il s'agissait plus généralement de permettre de travailler sans statut, sans contrat précis, sans horaires, à titre individuel, hors salariat… Pour des milliers de petites mains au profit d'une entreprise UBER , ou d'une autre, qui prenait des commandes de toutes sortes: transport d'individus d'un lieu à un autre, livraison de paquets, commandes de repas, réparations... ou tout autre service de natures très différentes..... Très exactement il s'agissait de mettre en cause le salariat et ses droits acquis, en faisant croire à la liberté du travail, et à des possibilités nouvelles de faire de l'argent.
    Les petites mains en question venaient avec leur voiture, leur fourgonnette, leur moto, leur vélo (!) prendre la commande, l'exécutaient comme ils l'entendaient et étaient payées au service rendu, par UBER. Ils n'étaient pas salariés, n'avaient pas de fiche de paye, pas de couverture sociale, agissaient hors de tout cadre légal, sauf à devenir "auto-entrepreneur" (!). Il s'agissait de déréguler complètement le secteur des transports et ce qui restait du code du travail, en instaurant "la liberté du travail"..


    UBER s'installe en France dès 2011. Les protestations sont immenses, entre autres chez les chauffeurs de taxi. Cela occasionne une loi imprécise, la loi Thévenoud de 2014 sensée encadrer les conditions pour devenir chauffeur.
    MacGann précise que UBER faisait valoir d 'énormes opportunités économiques,. Tout dépend pour qui. Pour les entreprises de type UBER c’était des possibilités de profits immenses, pour les gouvernements cela pouvait permettre d’en finir avec des conflits salariaux avec les syndicats. Par contre pour les «petites mains » ça n'a pas été le cas : "Il était clair que nous avions vendu un mensonge à tout le monde". Mais le discours opportuniste a fait illusion et a "pris". Macron ne s'y est pas trompé.
    Les documents en question révèlent donc le rôle personnel joué par ce dernier dans la protection de l'implantation d'UBER en France: rendez-vous très fréquents avec le PDG Travis Kalanick, qui est un personnage très controversé ( scandales de harcèlement, conflits avec ses actionnaires), mais qui noue des relations "d'amitié" avec Macron. Celui-ci aurait été fasciné par l'individu et y aurait vu un « double ». Rencontres une fois par mois. Macron va suggérer des décrets d'application d’une loi ad hoc. En effet , il est pour les activités de UBER qui, selon lui, vont créer bp d'emplois. C'est le critère mis en avant. Il salue en UBER des innovateurs, et se refuse à interdire leurs activités.
    Une rencontre confidentielle est préparée le 1-10-2014 avec UBER pour discuter de la loi qui vient d'être votée et qui a pour but officiel d'entraver les activités de UBER. Mais le travail en franc tireur de Macron consiste à "contourner la loi" . En effet Macro affronte en douce l'hostilité du gouvernement au complet contre UBER (outre les termes imprécis des décrets d'application, il conseille la DGCCRF d'être "moins conservatrice" dans ses appréciations, idem auprès de préfets...) et oeuvre en secret pour le compte de UBER.


    Les révélations de "UBER files" (les multiples écrits étudiés par les journalistes d'investigation) provoquent la stupeur. Macron a donc oeuvré en coulisse à Bercy pour défendre UBER et l'aider dans ses initiatives sans que le gouvernement d'alors le sache et contre son avis.
    Comment est-ce possible ? Macron interrogé sur son comportement en 2022 a vertement réagi en disant qu'il ne reniait en rien ce qu'il avait fait, et qu'il a eu raison. La preuve: les petites mains existent toujours et ont une activité …. certes mieux encadrée. Il n'a pas nié, il n'a pas attaqué en justice les grandes pages du Monde du 12 juillet, puis du 13, et des 14 et 15 juillet....qui donnent des détails sur la façon dont les choses se sont passées. On renvoie donc le lecteur à ces pages où on apprend aussi que les Pays Bas ont été un allié fiscal de UBER.
    La riposte violente de Macron est certes la meilleure défense, mais il est étonnant que les choses en restent là tant son comportement avec UBER est révélateur d'un personnage sans scrupule, qui joue de sa fonction, manie un discours officiel en contradiction avec son activité réelle, n'est pas gêné de tromper ses collaborateurs, aime apparemment les situations équivoques et les personnages troubles.
    Ses rapports avec Travis Kalanick font penser de suite à ceux qu'il a entretenus avec Benalla en tant que Président de la République.
    Macron n'entretient pas seulement des rapports importants avec les hommes d'argent et les banques, comme on le dit, mais il aime les personnages qui ont des rapports limites avec la loi. Il a toutes les caractéristiques du voyou malin et bien élevé qui se trouve aussi bien en eau trouble que dans des fonctions de responsabilité. MacGann, le lanceur d'alerte, voyait en Macron un homme talentueux.
    Précisons tout de même que UBER arrivait à point nommé dans un système économique libéral qui rêvait d'en finir avec toutes les règles admises du droit du travail. UBER avait l'avantage de plaire à la fois aux libéraux et à des jeunes réticents face au salariat, et ignorants de son histoire, qui ont imaginé faire affaire avec une "liberté totale du travail", voyant dans les règles en vigueur uniquement un aspect bureaucratique et tatillon.
    Naturellement, les premiers moments passés, ils ont vite déchanté, quand ils ont compris tout l'intérêt d'une couverture sociale, et qu'ils n'ont pu engranger les sommes d'argent qu'ils espéraient.


    ACTUALITE DE LA METHODE UBER


    -juin 22 : on manque d'enseignants, Macron propose que les chefs d'établissements recrutent eux-mêmes des contractuels pour enseigner, après un entretien de 30 mn.....!
    -Au 12 août 22, une expérience vient d'être tentée de recruter des réservistes (18 à 61 ans) de la police nationale selon la méthode UBER. Après une formation de 15 jours, ils pourront tous porter des armes. Il faut 12 mois en théorie pour former un policier.
    Les adjoints sont formés en 3 mois
    -on étudie la méthode UBER adaptée aux médecins!!!! on a déjà tenté la télémédecine

    conclusion sur ce point.


    Si les objectifs de UBER et tout ce qui y ressemble sont connus , la réalité sur laquelle il s’appuie est piégée. Il y a une couche de la société gavée d’idéologie du « tout marché » qui peut faire avec la méthode, et répudie le travail, le salariat, se moque des acquis sociaux, ne veut même pas savoir de quoi il s’agit et a une vision du monde purement opportuniste, c’est tout le gain de « la société de consommation ». Ainsi on voit des centaines de jeunes et moins jeunes refuser les CDI qu’on leur propose, dans la restauration par exemple, dans la santé…. Pour préférer des CDD : s’en aller quand on veut, rester libre, ne pas travailler tout le temps, profiter de l’existence de l’assurance chômage pour prendre des vacances payées, voir ailleurs si c’est plus intéressant… etc (le Monde du 26-19-22). C’est la mentalité UBER qui n’apprécie pas les acquis pour ce qu’ils sont mais pour l’utilisation qu’on peut en faire de façon opportuniste. Les membres du gouvernement et du patronat ne s’y sont pas trompés, et paradoxalement vis à vis de la mentalité Macron, proposent de chasser de l’assurance chômage tous ceux qui refuseraient un CDI. Ce dernier était la panacée il y a plusieurs années en arrière quand le pays ne manquait pas de main d’oeuvre. Des contractuels mendiaient des CDI !!
    C’est ce qu’on appelle aujourd’hui le refus du travail, et plus généralement la dévalorisation du travail….
    Qu’en penser ? Pour une fois donnerait-on un avis favorable à la position du patronat ?


    Politique sanitaire anti covid par Macron de 2020 à 2022

    Cette analyse succinte n'est pas inutile pour tenter de comprendre comment, quelques années après UBER, Macron a imaginé une politique sanitaire face au Covid 19. Comment avoir un discours "scientifique" pour couvrir une opération financière dont il a immédiatement saisi les contours, ayant une bonne connaissance des labos et de leurs actionnaires, et des banques qui leur étaient liées.
    Il a en effet su utiliser rapidement, avec quelques médecins opportunistes, la réputation des vaccins d'après guerre, et leurs caractères d'acquis, pour faire d'un nouveau vaccin conçu à la hâte ("l'urgence sanitaire") l'arme de guerre contre une maladie qui allait prétendument, grâce à l'OMS, tuer des millions de gens.
    Et pour ce faire, il a conçu le rôle d'un Conseil scientifique "indépendant" à ses côtés pour faire "sa" politique sanitaire à propos de la crise du Covid.

    On ne va dire que quelques mots sur le Conseil Scientifique. Ce dernier dit scientifique et "indépendant" lié à l'état d'urgence, doit se dissoudre fin juillet 2022 pour laisser place à un autre.
    Une chose est au moins sûre, l'état d'urgence est levé.
    Nous n'avons pas, pour l'analyse qui suit, recours à des journalistes d'investigation. Nous faisons des hypothèses à propos des articles et infos lus dans la presse, principalement le Monde.
    Ce Conseil constitué le 10 mars 2020 fut composé de 16 médecins (en majorité) sans envergure, leurs noms sont largement inconnus.
    Ils sont tous nommés par le Président de la République par décret , et non pas désignés par leurs pairs et des personnes indépendantes. Ils sont donc choisis comme "macronistes", puis nommés. Contrairement à ce qui a été dit, ce Conseil n'est donc pas indépendant, il est aux ordres.
    Ce Conseil ad hoc semble donc avoir donné l'assurance au départ que ses membres ne rueraient pas dans les brancards quand ils seraient malmenés par les médias et les réseaux sociaux ou par le gouvernement lui-même. Sa garantie de sérieux était le silence !!


    On devine pourquoi Raoult, pressenti pour ce Conseil, l'a quitté au bout de 2 semaines... Des" bénis oui oui " aurait-il dit . Nous saurons un jour exactement comment les choses se sont passées.
    Il s'avère ainsi que au nom des avis du Conseil dit "scientifique indépendant", Macron fera exactement ce qu'il voudra, sans que le Conseil ne fasse publier de protestation sur une dite mauvaise application de ses avis.
    Il est écrit dans les nombreux articles, dont celui du Monde du 23-7-22, que le Conseil était pour le confinement (imité de la Chine), et le couvre feu en 2020; et que Macron s'était alors exécuté !. Un Conseil scientifique qui se prononce pour un confinement, c'est possible, mais pour un "couvre feu", c'est inquiétant. Un "couvre feu est une mesure politique. Le conseil n'a t-il pas servi de paravent pour justifier un couvre-feu voulu par le gouvernement ? Cela parait évident. Quantité d'écrits y voient une dérive despotique et antidémocratique. On sait que les défenseurs des droits se sont récriés au nom de la démocratie.
    On sait également que le gouvernement Macron réunissait une sorte de conseil de guerre chaque semaine, dont les débats restaient secrets, sur la conduite à tenir face à la crise sanitaire. Mais l'état d'urgence justifiait cela, disait-on . On nous a fait croire que nous étions dans un danger semblable à la guerre; d'ailleurs le mot guerre a été prononcé. L'actuelle guerre en Ukraine rend la comparaison grotesque, tant l'épidémie de covid 19, même grave pour certains, n'a rien eu d'une guerre. C'est le manque de lits et de personnels, voulu et organisé par le gouvernement depuis longue date (dans une perspective de privatisation), qui a rendu la situation catastrophique pendant certains mois. On a fait passer l'état déplorable dans lequel se trouvaient les hôpitaux, pour une situation déplorable due à la maladie...
    Il y a, entre autres, beaucoup à dire sur la façon dont les morts du covid ont été décomptés à partir des chiffres donnés par les hôpitaux et les Ehpad. Ces derniers furent particulièrement problématiques, et utilisés en vue de noircir le tableau, mais ça n'est pas notre objet ici. Nous savons qu'il y a eu des morts.... mais pas autant qu'on le dit, dus surtout à l'absence de soins, à l'intervention trop tardive, à l'état de l'hôpital, à la comorbidité accélérée par le virus...


    A la veille de nommer un nouveau conseil "indépendant" en juillet 2022, aucune évaluation de l'activité du Conseil encore actuel, n'a été rendue publique sur son expertise sanitaire , ... entre autre par le Conseil d'Etat.
    Le Conseil a-t-il joué ces deux années, 2020 et 2021, le rôle attendu par le public ? Un article du 14 et 15 juillet du Monde en doute. D'une part il n'y a jamais eu le point de vue dans ce Conseil des Associations de patients, pour faire valoir au moins les attentes et les résultats des "soins". D'autre part il y a eu multiplication des expertises, venues de toutes parts, de groupes de médecins opposés entre eux, ce qui a permis au gouvernement de choisir ce qui l'arrangeait le mieux . "Le gouvernement n'a jamais clarifié à quels degrés il prenait en compte les avis du conseil". Le gouvernement faisait confiance, à partir de janvier 21 à des "visiteurs du soir", dit l' article, qui envoyaient des notes régulièrement. On parle même de rupture entre Macron et le Conseil scientifique ces derniers mois. Il est demandé aujourd'hui que tous les avis soient rendus publics.
    Qui étaient ces visiteurs ? Macron n'aurait-il pas pris ses avis essentiellement auprès de Pfizer/MacKinsey, dont on a appris le rôle fin 2021, et ... Cap Gémini dont on vient d'apprendre le rôle début juillet 22, y compris dans la politique sanitaire ?
    La société Mac Kinsey a agi en faveur des vaccins et les a préconisés très vite. Le gouvernement en accord avec l'ordre des médecins "donnait l'ordre" aux médecins de ne donner que du Doliprane aux malades en attendant le vaccin, et décriait avec une violence extrême, pas seulement les soins du docteur Raoult, mais ceux de tous les médecins naturopathes, homéopathes, en recommandant de jeter aux orties..... entre autres les huiles essentielles..... bien plus nocives apparemment que le covid, et des médicaments classiques pour lutter contre la grippe, laquelle, par miracle, avait disparu.....
    L'interchangeabilité des membres de Pfizer et de ceux de Mac Kinsey peut nous convaincre de cette réalité (1).... A noter que Mac Kinsey a aussi mauvaise réputation que UBER : les deux ont des procédures judiciaires attachées à leurs basques et reluisent pour leurs malversations. Qu'à cela ne tienne. (2)
    On retiendra encore une fois les relations personnelles et politiques de Macron avec tout ce beau monde, qui rappellent celles qu'il a entretenues avec Benalla, qui n'était autre qu'un voyou. On a vite tiré un trait là-dessus. Pourtant les rapports de Macron /Benalla ont donné le ton immédiat sur son comportement politique à une époque où son rôle dans l'introduction de UBER en France n'avait pas encore été établi.

    Pour en finir, notons que J F Delfraissy, Président de ce Conseil fut interviewé sur France Info le 20-7-22.
    Il dit en substance que le vaccin actuel "ne protège pas bien, mais un peu quand même".... car les anticorps monoclonaux dégagés par le vaccin ne peuvent rien contre les nouveaux variants, explique-t-il, et voient leur efficacité s'évanouir. Mais ce serait "mieux que rien" d 'être quand même vacciné. C'est le leitmotiv de la radio depuis des mois;
    Un article explique dans le Monde du 6-7-22.....que cette efficacité moindre des vaccins est une évolution normale. Question : Pourquoi alors entretenir l'idée de se faire vacciner dans ces conditions ? Les raisons économiques reviennent évidemment au galop: faire du chiffre en matière de vaccins et de tests, et satisfaire les actionnaires des labos..
    Pourtant l'éditorial du Monde du 23-7-22 dit que le vaccin protège contre les formes graves de la maladie. Etonnant en regard à ce qui est dit précédemment par Delfraissy.
    Il n'empêche que le Min de la Santé répète à longueur d'émissions radios qu'il faut se refaire vacciner, surtout les gens âgés et les femmes enceintes. C'est un harcèlement bien pire que de la publicité, car il se prévaut de l'autorité du Min de la santé.
    Delfraissy a dit dans l'interview cité plus haut que nous avons maintenant des médicaments qu'on n'avait pas auparavent: des antiviraux, l'un par voie intraveineuse à titre préventif, de faible efficacité dit l'article nommé, l'autre en cachets (Paxlovid ). Celui-ci serait très efficace, selon lui, pris dans les 5 jours après les premiers signes. Delfraissy reproche, tout comme l'article, aux médecins de n'en faire qu'un usage limité, alors qu'on est paré avec ce médicament face à une nouvelle déferlante, dit-il.... Qu'en pense les médecins ?? Ils hésitent en raison des effets secondaires....lesquels ne sont pas nommés ! Les médecins en général ne le préconisent pas.


    Un médecin interrogé par nous dit que la procédure d'utilisation est compliquée, et que la façon dont il est vanté par les structures pharmaceutiques pose question, et fait fortement hésiter. Ce médecin n'est pas étonné par la défiance générale des médecin vis à vis des anti-viraux.
    Finalement Delfraissy parlait au nom de qui ? D’un Conseil "indépendant" ??
    ......
    Le nouveau Conseil comporterait plus de personnalités extérieures, aurait un rôle de veille, d'anticipations, et de conseil sur la santé en général !!
    Un grand doute se manifeste car rien n'a encore été fait au niveau des hôpitaux où tout laisse croire que le gouvernement laisse pourrir la situation et ne veut pas répondre aux demandes maintes fois exprimées concernant les nominations et les salaires...De nombreux médecins désertent l'hôpital, aggravant son cas, en allant vers le privé. Le parlement va-t-il se saisir de cette situation ?
    Faut-il attendre une déferlante sociale du type du Sri Lanka (prise d’assaut du parlement) dont on a bp parlé, ou du Panama, dont on a peu parlé, au mois de juillet ???
    Nous ne savons pas aujourd'hui où en sont les poursuites contre Benalla, contre Mac Kinsey, contre Cap Gémini. Y a-t-il eu plainte contre Macron sur son rôle occulte en faveur de UBER ??
    Silence radio pour l'instant.
    AMC 29-7-22

    (1)AamirMalik, vice pdt de Pfizer, nouveau directeur à l’innovation, le 21-8-21, était consultant chez Mac Kinsey ;
    De même Stephen Hoge, Pdt de Moderna , était partenaire à Mac Kinsey de juillet 97 à sept 2001

    (2) Une commission du sénat a porté plainte contre Mac Kinsey

    (Avant que le sénat ne porte plainte nous notions ceci :
    Mac Kinsey a obtenu 1600 missions en 5 ans en France

    Macron est au cœur d'un scandale !
    329 millions d’euros de chiffre d’affaire annuel pour Mc Kinsey et 0 euro d’impôt payé en France depuis 10 ans.
    22-2-22)

    "Vendredi 25 mars 2022 :plainte du Sénat


    En application de l’article 40 du code de procédure pénale, le Sénat a saisi la justice pour une suspicion de faux témoignage devant la commission d’enquête sur l’influence croissante des cabinets de conseil sur les politiques publiques.
    Le 18 janvier 2022,un directeur associé du cabinet McKinsey a déclaré sous serment devant la commission d’enquête sénatoriale : "Je le dis très nettement : nous payons l’impôt sur les sociétés en France et l’ensemble des salaires sont dans une société de droit français qui paie ses impôts en France".
    Or, l’enquête des sénateurs atteste que le cabinet McKinsey n’a pas payé d’impôts sur les sociétés en France depuis au moins 10 ans. Ces faits ont été étayés par deux contrôles sur pièces et sur place menés au ministère de l’économie et des finances.
    Les faux témoignages devant une commission d’enquête, aussi appelés "parjures", sont passibles de sanctions pénales, prévues par l’ordonnance du 17 novembre 1958 sur le fonctionnement des assemblées parlementaires.
    Dans le respect de la séparation des pouvoirs, il appartient désormais à la justice de statuer sur ce signalement du Sénat."
    ................

    D'après Wikipedia MacKinsey serait un escroc international

     (en octobre 22 il s’est passé tellement de choses tout l’été, que nous avons oublié tout ce qui précède. La justice interviendra-t-elle sur ces problèmes de fond ? Il y a peu de chances!)